Publié dans Politique

Dénigrement du régime Rajoelina - Amnésie internationale s’en mêle !

Publié le mercredi, 05 août 2020


Déclaration publique. Une lettre venant de l’Amnesty international fait actuellement le tour des réseaux sociaux et elle est adressée, dit-on, au public.  A lire cette lettre, ça saute aux yeux que celui ou celle qui l’a rédigé joue fortement le jeu de ceux qui ne cessent de dénigrer le régime en place et ce depuis belle lurette notamment durant cette période de pandémie. A force de chercher la petite bête, cet organisme international est atteint de cécité et de surdité, à l’instar de certains médias internationaux dont les correspondants dans la Grande île  ne cessent de véhiculer des informations à sens unique. Ces détracteurs du régime ne veulent entendre la moindre explication autre que celle pour le sensationnel. C’est un peu dommage qu’Amnesty international, réputé dès fois par son objectivité, gobe toutes les liquides mises dans son verre sans faire de distinction entre buvable et non. 
D’une simple panne technique dont est victime une chaîne privée jusqu’à la détention d’un homme politique pour trouble à l’ordre public en passant par la suspension des phoning sur les radios, l’Amnesty évoque une entrave à la liberté d’expression et à celle de la presse. Un raccourci qui décrédibilise encore un peu plus l’Amnesty international qui, en dépit des explications des autorités malagasy, fonce tête baissée dans ce qu’il qualifie de répression des droits humains. Les observateurs se demandent si le fait d’imposer aux chaînes de radio et télévision privées, état d’urgence sanitaire oblige, de diffuser les informations officielles sur la situation de la pandémie équivaut à un contrôle. Une réquisition, autorisée par la loi en vigueur, mais qui ne dure que 30 minutes par jour au maximum. Il suffit d’écouter les journaux parlés et de voir les journaux télévisés des chaînes privées à Madagascar pour constater le pluralisme dans le traitement des informations. Ni le ministère de la Communication ni une autre entité publique n’ont donné des sanctions ou fait des remontrances aux journalistes sur leurs critiques envers les lacunes, les défaillances ou même la gabegie dans les hôpitaux par exemple. Ces reportages « osés » ont permis aux autorités de rectifier le tir. Néanmoins, des précisions étaient faites au cas où ces critiques seraient jugées infondées. De là à déduire qu’il y a une entrave à la liberté de presse ou à la liberté d’expression, Amnesty international doit certainement revoir sa copie…
La Rédaction

Fil infos

  • Covid-19 - Le rebond de l’épidémie à l’étranger doit interpeller les Malagasy
  • Session ordinaire de l’Assemblée nationale - Les dossiers transmis par la HCJ au menu
  • Tournée présidentielle dans le Nord - Sambava, premier bénéficiaire du CVO plus
  • Renforcement du système de santé à Madagascar - Deux hélicoptères médicaux de la Russie
  • Axe Ambilobe - Vohémar - L'inauguration prévue dans 8 mois
  • Arrestation du député Leva - Son épouse parlementaire en flagrant délit
  • Fin de mandat - Rivo Rakotovao rêve d’une prolongation utopique
  • Palais d’Anosikely - Des sénateurs récalcitrants veulent rester à tout prix !
  • Rapatriement - Arrivée d’une énième vague
  • Manifestation populaire à Vohilava - La CNIDH interpelle les autorités étatiques

La Une

Editorial

  • Dans le top 10
    L’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (ONU) consacra la date du 15 septembre en « Journée internationale de la démocratie ». Madagasikara, pays membre, tenait à la célébrer et ce en dépit des restrictions imposées par la pandémie de Covid-19.En 2016, sur la base de « l’indice de démocratie », Madagasikara se positionnait au 103ème rang mondial sur 167 pays. En janvier 2020, selon le nouveau rapport établi par l’« Economist Intelligence Unit » (EIU), la Grande île a gagné 6 points, ce qui le place dans le top 10 des pays africains. A l’issue des élections de 2018-2019 et en se basant sur le processus électoral, Madagasikara s’est attribué la mention de « bon élève » et obtient la note de 7,92 sur 10 alors qu’entre 2009 et 2014, le pays avait en dessous de 4. Des progrès notables ont été constatés mais beaucoup d’efforts restent encore à…

A bout portant

AutoDiff