Publié dans Politique

Réhabilitation de la RN13 - Le Président Rajoelina obtient la confiance des bailleurs de fonds

Publié le lundi, 05 octobre 2020

« Si la RN13 n’est pas réhabilitée, j’arrêterai la politique » ! Ces mots sont sortis de la bouche du Président Andry Rajoelina au cours de sa dernière intervention sur la chaîne nationale, dimanche dernier.  Le Chef de l’Etat s’est exprimé depuis Taolagnaro où il effectue une tournée dans la partie sud du pays depuis samedi. Il s’est penché sur les difficultés auxquelles font face la population locale dont la sècheresse, la famine ainsi que la vétusté des infrastructures routières. Ce projet de réhabilitation de la RN13 qui relie Ihosy et Taolagnaro fait d’ailleurs partie de ses « Velirano » à l’endroit de la population de l’Anosy durant la campagne électorale et qu’il tient à réaliser par tous les moyens.

 

L’homme fort du pays a annoncé que les travaux dans ce sens débuteront dès l’année prochaine. Comme il fallait s’y attendre, ces propos du Président n’ont pas manqué de déchaîner une nouvelle fois les critiques de la part des membres de l’Opposition qui accusent de Chef de l’Etat de marcher sur les traces de son prédécesseur. Il faut pourtant savoir que presque tous les régimes ont ambitionné de réaliser multiples projets de réhabilitation d’infrastructures routières, y compris la RN13, sans qu’aucun ouvrage n’ait été matérialisé. Le régime actuel a réussi l’exploit d’obtenir la confiance des bailleurs de fonds.

Relance par l’Union européenne

 Certes, de multiples accords ont été signés par le passé mais sans véritablement déboucher vers du concret. L’on parle même de signatures d’accord visant tout simplement à encaisser une partie des financements extérieurs sans la moindre retombée sur les projets en question. Un décaissement ne s’obtient pourtant pas aussi facilement mais est précédé d’une étude approfondie des organismes qui fournissent les financements. Une situation qui a fait perdre la crédibilité des anciens dirigeants aux yeux des bailleurs de fonds. Ces derniers pourraient s’être rétractés à défaut de preuves de bonne gouvernance.

 Il a fallu attendre le régime d’Andry Rajoelina pour voir enfin le début des travaux, et ce pour de vrai. A preuve, le 4 mars 2019, c'est-à-dire moins de deux mois après son investiture, le Président de la République avait reçu une délégation de l’Union européenne à Ambohitsorohitra. Cette organisation qui fait partie des principaux partenaires techniques et financiers de la Grande île avait alors relancé les projets de coopération avec la Grande île tout en promettant des aides financières pour la réalisation de plusieurs projets de réhabilitation d’infrastructures routières incluant la RN13. Lesdits projets ont été à l’ordre du jour au cours d’un dialogue politique suivant cette rencontre. Cela était la preuve vivante que l’organisation attendait sans doute un nouveau régime pour renouveler sa confiance. C’est aussi le cas de l’axe Ambilobe – Vohémar qui n’a cessé de faire l’objet d’un canular destiné à tromper l’opinion publique. L’avènement du régime actuel a permis de rendre les travaux effectifs. Une fois de plus, Andry Rajoelina réaffirme sa bonne foi et sa volonté politique pour conduire le pays vers un réel développement.

La Rédaction

Fil infos

  • La Fièvre de la Vallée du Rift frappe de nouveau - Un millier de têtes de cheptel atteint
  • Serial killer - Un quinquagénaire récidiviste fut repris
  • Destitution du maire élu de Nosy Be - La décision controversée du Conseil d’Etat suspendue
  • Haute Cour constitutionnelle  - Les nouveaux juges d’Ambohidahy prennent fonction
  • Trafic d’influence et usurpation de titre - Un assistant parlementaire déféré au Parquet
  • Réunion du TIM et RMDM - Trêve ou mauvais coup en préparation ?
  • Prix exorbitants et détournement de médicaments - Des répressions sévères attendent les contrevenants !
  • Un parfum de scandale à Nosy Be - Avec 5% de voix, un candidat déclaré maire
  • Lutte contre la Covid-19  - L’Etat d’urgence reprend, le confinement en suspens
  • Covid-19 - Madagascar choisit deux vaccins

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Cause nationale
    En 1959, le tout jeune Gouvernement malagasy dut faire face à une grave inondation qui sévit presque dans toute l’île, notamment à Antananarivo et environs. Dans la Capitale, Ikopa déverse ses eaux sur tous les bas-quartiers. Betsimitatatra et ses rizières immergées ! Le Gouvernement de feu Philibert Tsiranana déclare Antananarivo en « zone sinistrée » et « l’état d’urgence nationale » est décrété. Pour affronter ce sinistre national sans précédent, le Gouvernement malagasy fait appel à la contribution de tous étant donné qu’il s’agit d’une cause nationale. On se rappelle du « Fitia tsy mba hetra » par le moyen duquel chaque concitoyen est convié à participer. A noter que les caprices (les crues) de l’Ikopa et de Sisaony créaient depuis la nuit des temps des problèmes à tous les gouvernants. Les souverains et leurs sujets d’Andrianjaka à Andriamasinavalona et surtout Andrianampoinimerina durent rivaliser d’ingéniosité pour construire des digues afin…

A bout portant

AutoDiff