Publié dans Politique

Mise en place d’une commission d’enquête au Sénat - La dernière tentation de … Rivo Rakotovao & Co

Publié le lundi, 30 novembre 2020

Un coup d’épée dans l’eau. C’est le destin qui attend la nouvelle initiative des sénateurs, selon de nombreux observateurs. Le Sénat a adopté, hier au cours d’une séance plénière, la proposition de résolution relative à la mise en place officielle d’une commission d’enquête. Composée de quatre commissions, cet organe enquêtera notamment sur quatre thèmes à savoir, la gestion du budget consacré à la lutte contre la Covid-19, la tuerie lors de la mutinerie à la prison de Farafangana, l’importation d’armes, les « doublons » recensés durant les dernières élections dans le pays. 

La transparence et le respect de la loi, pour les politiciens qui se succèdent à la tête du pays, motiveraient la mise en place de cette commission d’enquête, selon le communiqué officiel émanant de la Chambre haute. Il est du devoir et de la responsabilité des sénateurs devant la population de donner de vraies explications aux questions qui pourraient les titiller. L’initiative fait rire sous cape les observateurs avertis de la vie politique. 

L’on ignore en effet les raisons d’aborder de nouveau des questions auxquelles les responsables ont déjà donné des réponses. Par exemple, sur l’utilisation des fonds de riposte à la pandémie un rapport a été rendu public récemment par le ministère de l’Economie et des Finances. Sur la mutinerie de Farafangana, le garde des Sceaux avait indiqué à l’époque qu’une enquête est déjà ouverte visant les mêmes faits. Pareil pour les deux autres questions auxquelles les autorités compétentes ont déjà avancé des réponses. 

Pour beaucoup, l’initiative apparaît comme un dernier baroud d’honneur pour ces futurs ex-sénateurs qui ne pouvaient pas passer à côté de cette dernière tentation de pouvoir bousculer le pouvoir en place. A moult reprises, des membres du Sénat ont saisi la Haute Cour constitutionnelle, pour dénoncer ce qu’ils qualifient d’irrégularités dans la conduite des affaires nationales. Par autant de fois, les Jean Eric Rakotoarisoa et consorts ont débouté ces sénateurs. Une inimitié issue de la décision du pouvoir actuel de réduire au strict minimum du nombre de sénateurs pour des raisons financières. 

En tout cas, la session ordinaire actuelle du Parlement devrait arriver à son terme d’ici une vingtaine de jours. Les enquêtes envisagées par la majorité des sénateurs ne devraient pas aboutir jusqu’à leur terme vu le temps imparti et les sujets qui doivent encore être abordés par les sénateurs comme la loi de finances. Pour cela notamment, l’initiative pourrait être un nouveau coup d’épée dans l’eau pour les Rivo Rakotovao et compagnie.

Notons par ailleurs que le mandat des actuels sénateurs pourrait par ailleurs s’achever officieusement à la fin de l’actuelle session ordinaire, sauf en cas de tenue d’une très improbable session extraordinaire avant février de l’année prochaine. Même si les sénateurs au mandat finissant espèrent que, par principe de continuité de l’Etat, les nouveaux locataires de la Chambre haute poursuivront ces enquêtes, l’issue en queue de poisson des travaux de cette commission d’enquête ne laisserait que très peu de place au doute. 

La Rédaction

Fil infos

  • Vie politique - Le Malagasy Miara-Miainga en plein essor
  • Pression au sein de l’Exécutif - Mise à l’épreuve prolongée pour le Gouvernement Ntsay
  • Sénat - Imbiki Herilaza et Nicolas Rabemananjara, vice-présidents
  • Nombre excessif de collaborateurs - La HCC recadre les nouveaux sénateurs
  • Opposition au Sénat - « Une disposition illogique »
  • Contrat de location auprès de la compagnie STA - Démenti du ministère de l’Economie et des Finances
  • Etats – Unis - Investiture sous haute protection pour le Président Joe Biden
  • Campagne de reboisement 2021 - 75 000 hectares à couvrir d’arbres !
  • Chambre haute du Parlement - Razafimahefa Herimanana, élu président du Sénat
  • Secteur halieutique - Des investisseurs « abandonnés » implorent le ministère

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Esprit de fidélité
    L’état d’esprit, c’est la base de tout. Avoir un état d’esprit intègre, c’est mieux. Mais savoir entretenir, en soi, un esprit de fidélité, c’est excellent ! En ces temps-ci, il est très rare de rencontrer quelqu’un de fidèle surtout au niveau des dirigeants ou des leaders. La noblesse d’esprit basée surtout sur la fidélité se fait très rare voire introuvable. Le déclin de la mentalité sociale se fait sentir et se constate à vue d’œil. Il résulte de l’absence totale de l’esprit de fidélité dans les relations entre humains (entre amis, entre époux, entre dirigeants et administrés, etc.). Etre fidèle à son principe, à sa promesse ou à ses engagements devient, par la force du temps, chose obsolète ou révolue ! On a honte, parfois, d’être fidèle. La trahison sinon la traitrise ou la félonie règnent dans notre société, dans le pays. Trahir devient chose courante, une mode, une tendance …

A bout portant

AutoDiff