Publié dans Politique

Trafic des 73,5 kg d’or - La Justice sud-africaine déboute la société de Dubaï et les trois trafiquants malagasy

Publié le samedi, 27 février 2021


La requête de Parpia Gold and jewels trading LLC, Zava Herimanana Anjaranantenaina, Mahamodo et Francis Deliot Regasy, est passée devant la Gauteng local division, Johannesburg, de la Haute cour d’Afrique du Sud. La société de Dubaï qui prétend être la propriétaire de l’or et les trois présumés passeurs malagasy prétendent que l’arrestation par la police sud-africaine des trois malagasy est illégale. Ils ont ainsi demandé la libération des trois malagasy et que les 73,5 kilos d’or et les 20 000 dollars saisis lors de l’arrestation des trois individus leur soient rendus. Une requête qui a été déboutée par la Justice sud-africaine, selon un compte-rendu de l’audience d’hier, qui a circulé sous les manteaux dans la soirée. L’audience a permis aux diverses parties, à savoir la société dubaiote et ses trois présumés employés, le ministère de la Police sud-africaine ainsi que le chargé d’affaire de l’ambassade de Madagascar à Pretoria, représentant le Gouvernement malagasy qui s’est constitué partie civile, de plaider chacune pour leurs causes. Durant les débats, la Justice sud-africaine a tenu à indiquer que la déclaration douanière présentée par les trafiquants prouve que l’accord de vente est faux. Et que les 71kg d’or n’ont pas été achetés au Mali ; les taxes y afférentes n’ont pas été payées par la société dubaiote et les trois malagasy ; et le transfert de la cargaison d’or de Madagascar à l’Afrique du Sud est inexpliquée par ces derniers. De plus, la partie malagasy maintient que l’or en question est bel et bien d’origine malagasy. La société établie à Dubaï et ses trois prétendus employés avancent entre autres que l’or en lui-même n’était pas illégal en Afrique du Sud. Pour la Justice africaine, le fait que le vol n’ait pas été commis sur le sol sud-africain n’enlève en rien le fait que l’or saisi reste toujours une marchandise volée et que celui qui détient entre ses mains l’objet du vol est passible de poursuites en Afrique du Sud. Il s’ensuit que l’argument des requérants qui soulèvent la non existence de lois sud-africaines qui punissent le fait que l’or ait été volé à Madagascar ou ailleurs, n’est pas valable, précise le juge. En tout cas, après cette décision de la Justice sud-africaine, l’opinion malagasy attend aujourd’hui l’audience des trois prévenus arrêtés en Afrique du Sud avec la cargaison d’or. Cette requête de la société dubaiote est en effet à l’origine des différents reports du procès en lui-même des trois trafiquants présumés. Les autorités du pays de Nelson Mandela les accusent en effet d’avoir violé les lois douanières du pays. Notons par ailleurs que le 10 février dernier, l’Etat malagasy, selon le rapport du Conseil des ministres, a porté plainte contre la société établie à Dubaï. Cette dernière est accusée par le Gouvernement malagasy de complicité dans l’exportation illégal d’or. La demande d’entraide judiciaire dans le cadre de cette affaire est toujours en cours.

La rédaction

Fil infos

  • Paiement des bourses - Solution en cours malgré tout
  • Traitement de Covid-19 - Le couple Rajoelina met du baume au cœur des malades
  • La Fièvre de la Vallée du Rift frappe de nouveau - Un millier de têtes de cheptel atteint
  • Serial killer - Un quinquagénaire récidiviste fut repris
  • Destitution du maire élu de Nosy Be - La décision controversée du Conseil d’Etat suspendue
  • Haute Cour constitutionnelle  - Les nouveaux juges d’Ambohidahy prennent fonction
  • Trafic d’influence et usurpation de titre - Un assistant parlementaire déféré au Parquet
  • Réunion du TIM et RMDM - Trêve ou mauvais coup en préparation ?
  • Prix exorbitants et détournement de médicaments - Des répressions sévères attendent les contrevenants !
  • Un parfum de scandale à Nosy Be - Avec 5% de voix, un candidat déclaré maire

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Et… la vie continue !
    La pandémie de Covid-19, variant sud-africain, assomme le pays. Le dernier bilan affiche la gravité et la dangerosité du virus. On parle, sans ambages, de record de nouveaux cas. La barre de cinq-cent-cinquante (nouveaux cas) est dépassée en une journée (du 8 au 9 avril) ! Et celle du décès atteint même au-delà de dix. La page « nécro » des quotidiens de la Capitale est prise d’assaut. Analamanga détient toujours le triste palmarès avec quatre-cent-trente-neuf (nouveaux cas). Et on n’est pas encore au bout de nos peines. Personne n’est en mesure d’anticiper à quand le bout du tunnel ! Catastrophique ! Apocalyptique ! Mais, attention ! La vie continue ! Et les problèmes classiques sinon « traditionnels » continuent aussi de sévir, redoublent même d’intensité. Que les tenants du pouvoir ne se trompent pas. Au front, ils ont en face non pas un seul « ennemi » (le variant…

A bout portant

AutoDiff