Publié dans Politique

Restrictions - Consignes peu respectées

Publié le lundi, 12 avril 2021

Il paraît difficile de mettre sous contrôle le contexte sanitaire à Madagascar. Malgré la gravité de la situation due à la virulence de nouvelles souches de l’agent pathogène de la Covid-19, certains osent encore braver les mesures préconisées. Alors que le minimum des gestes barrières, le port du masque, a encore du chemin à faire pour intégrer les habitudes collectives, des gens appartenant à des catégories qui doivent montrer l’exemple à suivre sont aussi adeptes du laisser-aller laisser-faire.

 

Pour tenter de rompre la chaîne de contamination, sinon la freiner, les autorités ont décrété un certain nombre de restrictions. Celles-ci comprennent la limitation du nombre de personnes autorisées à assister à des funérailles. Le nombre maximum d’assistants à un enterrement est de dix. Jour après jour, les décès se succèdent et la mort frappe en effet toutes les couches sociales.

Grand fut pourtant l’étonnement des observateurs en voyant, samedi dernier, le long cortège de voitures ayant accompagné la dépouille mortelle d’une personnalité terrassée par le virus. Leurs occupants sont bien entendu de puissantes personnes évoluant au sein des cercles d’influence. Contre toute attente, celles-ci se sont permis de passer outre les consignes données par le pouvoir public comme si elles avaient leur propre loi.

Rassemblements risqués

Sur les places des marchés et autres lieux de rassemblement, c’est le vrai « bazar ». Tout y est désordre horrifiant. A voir le fourmillement à ces endroits, l’on a l’impression que le pays serait indemne des contaminations. Pourtant, tous les établissements hospitaliers et centres de santé sont bondés. Le nombre de nouveaux malades est tel que d’autres établissements publics et même privés ont dû être aménagé pour accueillir les flux toujours croissants.

Le tableau est identique dans la campagne à quelques exceptions près. Bien des ruraux sont loin de se conformer aux mesures comme si, pour eux, la pandémie à coronavirus n’affectait que les citadins et épargnait les humains de la brousse. Les attroupements y sont encore réguliers. Pire, les localités à proximité de grandes dessertes censées être la servitude de passage pour l’agent pathogène sont assidues aux rassemblements risqués.

La fermeture des frontières des régions a pour but de ne laisser filtrer des individus susceptibles de transporter sur eux le virus. Les barrages installés sur les routes sont toutefois poreux. Les passants trouvent le moyen d’éviter ces dispositifs. Beaucoup se plaignent d’ailleurs de l’existence de corruption favorisée par ces dispositifs. En bref, aucune formule ne semble marcher et la situation exige la révision urgente des stratégies mises en œuvre.

M.R.

Fil infos

  • Armée Malagasy - Haro sur les conspirations
  • Preuves accablantes contre Paul R. et consorts - « Madagascar Oil » confirme le projet de coup d’Etat
  • Christian Ntsay sur la tentative d’assassinat du Président - « Ce n’est pas du cinéma, il est question de vie ! »
  • Emprisonné en Roumanie - Radu Mazère conteste son extradition de Madagascar
  • Frontières malagasy - Réouverture incertaine 
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - L’Etat-major des armées françaises lâche les deux officiers arrêtés
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - Les pièces à conviction saisies : Des armes de guerre et des milliards d'ariary
  • Projet d’attentat contre le Président de la République - Condamnation tous azimuts
  • Restitution des îles Eparses - Pas un mot des “collabos” !
  • Tentative d’élimination physique du Président Andry Rajoelina - Des ressortissants malagasy et étrangers arrêtés
Pub droite 1

Editorial

  • CUA, la résurrection !
    Antananarivo, la ville d’Andrianjaka, la Ville des Mille renaît-elle de ses cendres ! Guy Willy Razanamasy resurgit-il de sa tombe ! Ou plutôt, le maire Naina Andriantsitohaina jouit-il de la réincarnation du Lahimatoan’Iarivo ! Autant de questions qui taraudent l’esprit en constatant de visu la prouesse du premier magistrat de la ville et son équipe autour de l’assainissement de la Capitale.Les trottoirs de Soarano-Behoririka se dégarnissent. Ces étalagistes, les petits marchands informels qui occupaient indûment les trottoirs déménagent, à contrecœur évidemment. A coup de sifflets, de cris et des huées, ils ont occupé la rue mais les éléments de la Police municipale épaulés par ceux de la Police nationale maîtrisent la situation. En fait, ils déclinent carrément l’offre de la Commune à savoir les recaser au « Tsenaben’ny Behoririka », un nouveau et joli bâtiment « Manara-penitra », de surcroît, dédié pour. Ces étalagistes délogés jugent trop exigus le 1,5…

A bout portant

AutoDiff