Publié dans Politique

Emprisonné en Roumanie - Radu Mazère conteste son extradition de Madagascar

Publié le dimanche, 25 juillet 2021

Arrêté à Madagascar en 2019 à la demande de l’Etat roumain puis extradé dans son pays d’origine, Radu Mazère conteste son expulsion en saisissant la Haute Cour de cassation de la Roumanie. Son objectif est de retourner à Madagascar afin de défendre ses droits. Ce Roumain, ex- maire de Constanta (Roumanie), est accusé d’avoir causé des dommages à hauteur de 20 millions d’euros à l’administration locale. C’est d’ailleurs l’actuel maire de Constanta qui a poursuivi en justice Radu Mazère obligeant celui-ci de s’enfuir à Madagascar quelque temps avant que tombe sa condamnation à des années de prison ferme par la Justice roumaine.

 

Arrivé à Madagascar en 2017, il a investi dans un hôtel de luxe dans le Nord du pays en y injectant 13 millions d’euros, selon la presse roumaine. Inconnu à Madagascar, néanmoins, il a été accueilli à bras ouvert et c’est le Premier ministre de l’époque en personne, Solonandrasana Mahafaly Olivier, accompagné par le ministre du Tourisme qui s’est déplacé à l’inauguration de cet hôtel de luxe appartenant à ce « fugitif ». Radu Mazère passait un séjour agréable dans la Grande île sous le statut de résident et semble en bonne entente avec l’ancien régime. Il s’est fait discret et seules quelques personnalités connaissaient son histoire en Roumanie. Les mauvaises langues avancent même qu’il a dû de temps en temps « payer » cette tranquillité à qui de droit, du bas au haut niveau de l’échelle…

Quand le vent du changement commence à souffler en 2018, Radu Mazère a adressé une demande d’asile auprès du haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés. Et c’est dans l’attente de la réponse de la demande, traitée selon des sources au bureau du haut –commissariat en Afrique du Sud, que Radu Mazère a été arrêté par la Police malagasy pour extradition en Roumanie faisant suite à une notice rouge de l’Interpol, plus précisément le 8 mai 2019. Une dizaine de jours après, le procureur de la République du Parquet d’Antananarivo autorisa les fonctionnaires roumains, venus spécialement à Madagascar pour l’extradition, à ramener en Roumanie Radu Mazère.

Et depuis son arrivée dans son pays où il a été de suite incarcéré, Radu Mazère n’a jamais cessé de contester auprès des juridictions cette extradition qu’il juge illégale. Au cas où il obtient gain de cause, toutes les procédures doivent être à refaire, ce qui donne à Radu Mazère l’autorisation de quitter librement la Roumanie et de refouler de nouveau le sol malagasy.

La demande de Radu Mazère rejetée par la Cour d’appel de Bucarest, il a porté l’affaire devant la Haute Cour de cassation de la Justice roumaine. Les avocats de l’ancien maire de Constanta estiment que les conditions légales de l’extradition n’ont pas été respectées du fait que « toute demande d'extradition doit faire l'objet d’une audience publique contradictoire devant la juridiction territoriale compétente, étant également pourvu d'un droit d'appel ». Le traitement de son dossier d’extradition n’a pas suivi ces démarches…

La rédaction

Fil infos

  • Meurtre d’un opérateur économique français - Le principal suspect extradé de Madagascar
  • AG des Nations unies - Renforcement des capacités pharmaceutiques de l’Afrique souhaité
  • 332 millions $ d’aide non remboursable du FMI - La plaidoirie de Rajoelina fait mouche
  • Membres du Gouvernement - La descente sur le terrain continue
  • Lu sur le Net - Madagascar, pays sans Covid et sans dictature vaccinale
  • Andry Rajoelina sur les îles Eparses - Appel à une veille « bienveillante et cohérente » des Nations unies
  • Acte de banditisme à Tsiazotafo - La propriétaire d’un magasin délestée d’1 million Ar
  • Assemblée générale des Nations unies - Le President Rajoelina rencontre le SG Antònio Guterres
  • Midongy- Atsimo - Quarante-cinq morts dans un affrontement
  • Assemblée générale des Nations Unies - Une première pour le Président élu Andry Rajoelina

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Projets délirants ?
    Fous ! Chimériques ! Utopiques ! Tels sont les termes signifiant comment les sceptiques voient les projets présidentiels. Des projets pharaoniques, impossibles disent les uns. Fruits de la rêverie d’un jeune visionnaire ironisent les autres. En effet, étant vu les capacités matérielles limitées de la Grande île, compte tenu des ravages de la pandémie et considérant les besoins nécessaires pour la relance économique, les concrétisations de grands projets dans un contexte pareil relèvent de la délire, un pari inaccessible ! Contre toute appréhension et en dépit des doutes, lesdits projets prennent forme l’un après l’autre. Du moins en phase d’être pour certains cas.Projet « Tanamasoandro » à Antananarivo et environs. Quand le roi Andrianjaka (1610-1630) investit la colline d’Analamanga en 1610 et fonda la « Cité des Mille » (guerriers) en chassant les Vazimba, la plaine d’en-bas (Plaine d’Antananarivo) n’était qu’un espace désert. Il a fallu le transformer en zone…

A bout portant

AutoDiff