Publié dans Politique

Conjoncture - Une inflation à surveiller de très près !

Publié le mercredi, 28 juillet 2021


La tension sociale est perceptible. Alors que la crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19 est encore loin de se terminer, un autre mal est en train de ronger doucement la population : l’inflation. Malgré les différentes alertes lancées depuis le début de l’année, les prix des produits de première nécessité continuent de monter doucement mais sûrement. Huile, farine, sucre, savons, tout y passe. Depuis la hausse des prix de l’huile cachetée et en vrac au mois d’avril et mai derniers, la situation n’a pas beaucoup évolué.
Bien que les vacances scolaires aient déjà commencé pour un grand nombre d’écoliers, la préparation de la prochaine rentrée est déjà d’actualité pour les parents. Cela rime donc avec achat des fournitures scolaires dont les prix ont également été révisés à la hausse chez la plupart des commerçants. A l’instar des paquets de cahiers qui, selon les témoignages des marchands dans plusieurs marchés de la Capitale, ont connu une hausse d’au moins 1000 ariary. Il va sans dire des autres équipements comme les rames de papiers, les livres, les cartables, etc.
Une tension qui couve
La mauvaise nouvelle liée à la tentative de coup d’Etat doublé d’un projet d’assassinat du Président de la République secoue fortement la sphère politique. D’autre part, la montée de la tension sociale ne pourra pas non plus être bénéfique ni pour le Chef de l’Etat ni pour l’ensemble du régime.  L’éventuelle inaction des responsables concernés revient à faire du tort, bien que de manière indirecte, au Président en personne. 
En effet, la grogne commence à monter du côté de la population quant à la situation sociale. La crise sanitaire n’a pas arrangé les choses en exacerbant la détresse des plus vulnérables. A cela s’ajoute le chômage qui frappe de plein fouet aussi bien les jeunes que les plus âgés en ce moment. Les responsables auraient donc tout intérêt à se pencher sur ces différentes situations afin de prévenir une explosion sociale.
Sandra R.

Fil infos

  • Meurtre d’un opérateur économique français - Le principal suspect extradé de Madagascar
  • AG des Nations unies - Renforcement des capacités pharmaceutiques de l’Afrique souhaité
  • 332 millions $ d’aide non remboursable du FMI - La plaidoirie de Rajoelina fait mouche
  • Membres du Gouvernement - La descente sur le terrain continue
  • Lu sur le Net - Madagascar, pays sans Covid et sans dictature vaccinale
  • Andry Rajoelina sur les îles Eparses - Appel à une veille « bienveillante et cohérente » des Nations unies
  • Acte de banditisme à Tsiazotafo - La propriétaire d’un magasin délestée d’1 million Ar
  • Assemblée générale des Nations unies - Le President Rajoelina rencontre le SG Antònio Guterres
  • Midongy- Atsimo - Quarante-cinq morts dans un affrontement
  • Assemblée générale des Nations Unies - Une première pour le Président élu Andry Rajoelina

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Projets délirants ?
    Fous ! Chimériques ! Utopiques ! Tels sont les termes signifiant comment les sceptiques voient les projets présidentiels. Des projets pharaoniques, impossibles disent les uns. Fruits de la rêverie d’un jeune visionnaire ironisent les autres. En effet, étant vu les capacités matérielles limitées de la Grande île, compte tenu des ravages de la pandémie et considérant les besoins nécessaires pour la relance économique, les concrétisations de grands projets dans un contexte pareil relèvent de la délire, un pari inaccessible ! Contre toute appréhension et en dépit des doutes, lesdits projets prennent forme l’un après l’autre. Du moins en phase d’être pour certains cas.Projet « Tanamasoandro » à Antananarivo et environs. Quand le roi Andrianjaka (1610-1630) investit la colline d’Analamanga en 1610 et fonda la « Cité des Mille » (guerriers) en chassant les Vazimba, la plaine d’en-bas (Plaine d’Antananarivo) n’était qu’un espace désert. Il a fallu le transformer en zone…

A bout portant

AutoDiff