Publié dans Politique

Lignes téléphériques à Tanà - Un projet ambitieux qui fédère les partenaires

Publié le lundi, 20 septembre 2021


La concrétisation du projet d’installation de lignes téléphériques dans la Capitale avance à grande vitesse. Promis par le Président Andry Rajoelina dès le début de son mandat, ce projet verra le jour d’ici peu avec la mise en place de deux lignes. La ligne Jaune reliant Anosy, Andohalo, Ambanidia, Ankatso et la ligne Orange reliant Anosy, Ambohijatovo, Analakely, Soarano, Antanimena, Ankorondrano, Ivandry, Ambatobe.
La signature d’un accord gouvernemental entre l’Etat malagasy et le Trésor public français s’est tenue ce 20 septembre 2021 au ministère de l’Europe et des Affaires étrangères à Paris et porte sur la mise en œuvre dudit projet ainsi que du projet « Mandraka III ». Une signature actée par Rindra Hasimbelo Rabarinirinarison, ministre de l’Économie et des Finances de Madagascar et de Franck Riester, ministre délégué auprès du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, en présence du Président de la République Andry Rajoelina. Au cours de la cérémonie de signatures, les partenaires français n’ont pas caché leur vif intérêt pour ce projet ambitieux. Le ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères parle d’une vitrine pour la coopération franco – malagasy. « Une vitrine de notre capacité à apporter une relation concrète aux enjeux du développement urbain à Tanà avec 12 km de desserte qui permettra un gain de temps de plus de 80 000 personnes par jour. »

Impact environnemental
Les entreprises Poma et Colas seront en charge de l’exécution du projet. « Ce gros projet s’inscrit dans la volonté du Président de doter le pays d’infrastructures modernes. Un projet qui a beaucoup de sens et qui aura beaucoup d’impact sur l’environnement. Nous sommes fiers de participer et hâte de démarrer », a déclaré le représentant de la société Colas. L’amélioration du transport urbain constitue un enjeu majeur auquel font face les grandes agglomérations du monde et Madagascar n’y échappe pas. D’où l’initiative du Président Andry Rajoelina pour ce projet d’installation d’un réseau de transport par câble ou téléphérique à Antananarivo et dont le coût de mise en œuvre est estimé à 151.852.769 euros.
La récente ouverture de la Rocade d’Iarivo a permis la fluidification du trafic interurbain en provenance et à destination de la Capitale. A cette infrastructure routière s’ajoutera la prochaine mise en place d’un réseau de transport par câble qui facilitera la mobilité de la population urbaine et décongestionner les grands trafics routiers.
Le second projet au centre de cet accord concerne l’extension de la Centrale Hydroélectrique de Mandraka III. Le projet vise à augmenter le taux d’électrification qui devra passer de 15% à 50% d’ici 2023. La promotion de la production d’énergie renouvelable est également escomptée. Le coût de réalisation de ce projet d’envergure est, quant à lui, estimée à hauteur de 47.829.530 euros.
La Rédaction

Fil infos

  • Débordement du barrage d’Antelomita - Evacuation immédiate des riverains de l’Ikopa
  • Dégâts des intempéries sur la Route nationale - Les stocks de carburant suffisants pour la Capitale
  • Rajoelina dans les bas-quartiers - Le courant passe toujours !
  • Inondations à Antananarivo - La nécessité d’une nouvelle ville devient pressante 
  • Gestion des catastrophes - L’Exécutif appelle le BNGRC à une meilleure anticipation
  • Impôt - Le GEM suggère d’assouplir les incitations fiscales
  • Montée des eaux à Antananarivo - Le BNGRC pris de court ?
  • Président Rajoelina aux côtés des sinistrés - « Nous devons rester unis dans les moments difficiles »
  • Sinistrés des intempéries à Antananarivo - Le Président Rajoelina appelle à la solidarité de tous 
  • Drame maritime de Soanierana-Ivongo - L'armateur demeure introuvable !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Transparence oblige !
    L'autre fois, il a été question que nous jugions impérieux de livrer à travers la colonne ci-présente un sujet responsable : l'obligation à l'austérité. Un concept qui fâche mais c'est un passage obligé vers la bonne gouvernance. Autrement, la culture de la tempérance, de la sobriété et de la modération doit être inculquée à tous les niveaux du pouvoir. Il fut un temps où l'on avait inculqué aux élèves de l'Ecole officielle, l'ancêtre de l'Ecole primaire publique (EPP), en cours d'instruction civique, la notion de « tempérance », de « sobriété » et de « modération ».

A bout portant

AutoDiff