Publié dans Politique

Cantines scolaires - Un droit acquis pour plus de 500 000 élèves

Publié le mercredi, 06 octobre 2021


Le Président de la République Andry Rajoelina a signé, hier au Palais d’Etat d’Iavoloha, l’engagement de l’Etat malagasy au programme national de cantines scolaires. Ce programme vise à augmenter le nombre de bénéficiaires de ces cantines scolaires. Il rentre également dans le cadre d’une réforme et d’une amélioration du secteur de l’éducation à Madagascar. Ce programme doit ainsi permettre de lutter contre le décrochage scolaire. 17 Régions
et 43 Districts de la Grande île bénéficieront, grâce à ce
programme, de cantines scolaires.
Cette initiative participe ainsi à l’atteinte du « Velirano » numéro 4 du Président Andry Rajoelina qui priorise l’éducation de qualité pour tous. Un engagement qui concorde, par ailleurs, avec les objectifs du développement durable des Nations unies. Le Chef de l’Etat malagasy estime que les enfants scolarisés, particulièrement ceux dans les établissements publics, doivent tous recevoir de la nourriture pour les inciter à étudier, accroître le taux de scolarisation et surtout augmenter le taux de réussite au niveau des écoles.
Pour mettre les élèves sur un même pied d’égalité, un effort sera mis en œuvre par l’Etat malagasy avec les partenaires techniques et financiers. Un budget de 18 milliards d’ariary sera désormais accordé à ces cantines scolaires à partir de cette année scolaire. 525 524 élèves devront ainsi bénéficier de cette cantine scolaire contre les 103 442 comptabilisés auparavant. Soit cinq fois plus de bénéficiaires. Les élèves du Grand sud de la Grande île seront privilégiés, notamment ceux des Régions d’Androy et d’Anosy qui rencontrent et vivent dans l’insécurité alimentaire et le kere, les Ecoles primaires publiques, les Collèges d’enseignement général et les Lycées de ces deux Régions en bénéficieront donc tous.
Nouveau mécanisme
La méthodologie de travail entière a été modifiée afin d’atteindre les objectifs, note la ministre de l’Education nationale, Marie Michelle Sahondrarimalala.680 ariary étaient auparavant consacrés à l’achat de denrées pour un élève. Ce budget est passé de 214 à 574 ariary. Pourtant, le nombre de bénéficiaires augmentera ostensiblement. En effet, auparavant, le ministère au niveau central se chargeait de l’achat des denrées et de l’acheminement de ceux-ci sur l’ensemble du territoire. Un mécanisme qui présentait des risques notamment par rapport au stockage, l’acheminement, de détournement ou encore de marchés fictifs.
Dans le cadre de la nouvelle approche, le ministère de l’Education nationale ne va plus acheter les denrées. Il va transférer les fonds pour l’achat des denrées alimentaires aux associations Farimbon’Ezaka ho fahombiazan’ny fanabeazana eny ifotony (FEFFI) dans les écoles, pour les inclure dans une gestion financière convenable des caisses-écoles. Les denrées seront ainsi achetées localement ce qui, outre la question des coûts, permettra aux élèves de bénéficier de repas sains. Ce programme de financement répond aux exigences d’orthodoxie financière et respecte les règles l’exécution budgétaire. Un mécanisme de contrôle et d’audit et de suivi sera mise en place.
Outre la distribution gratuite de livres scolaires pour les élèves des classes de T5, T9 et T12, à partir de cette année, le Chef de l’Etat a annoncé que toutes les classes de la maternelle jusqu'en terminale bénéficieront également de livres scolaires gratuits de la part de l'Etat, afin que ces élèves puissent d'abord, maîtriser leur langue maternelle, avant d'apprendre d'autres langues étrangères.
La Rédaction

Fil infos

  • Cryptomonnaie africaine - Des souscripteurs de Madagascar victimes
  • Pollution - Antananarivo étouffe
  • Akamasoa - Inauguration de l’Institut d’Excellence culinaire Guillaume Gomez
  • Energie fossile - Les ressources locales remises en question
  • Drame familial - Il assassine froidement sa tante
  • Axe Toamasina-Foulpointe - Coup d’envoi d’une réhabilitation en béton !
  • Trafic d’or aux Comores - Un directeur des aéroports et un fils de procureur devant la barre
  • Kidnapping et agressions - Le cas des albinos malagasy préoccupe les Nations Unies
  • Usine « Pharmalagasy » - Une ambition locale et internationale confirmée
  • Ivato - Un camp au nom du Général Ismaël Mounibou 
Pub droite 1

Editorial

  • Un leadership mérité !
    La Grande île recevra le prochain Panel international Cacao fin en juin 2023 à Antananarivo. Pour ceux ou celles qui sont branchés dans ce secteur porteur, il s'agit d'une victoire gagnée à bras le corps par le ministère de l'Industrie, du Commerce et de la Consommation (MICC). Au cours de la 106 ème réunion du Conseil de l'Organisation du Cacao (ICCO) à Abidjan, le mois dernier, le 29 septembre, la délégation malagasy conduite par le ministre Razafindravahy Edgard s'était livrée à une bataille acharnée et un pari de taille pour remporter ce prochain rendez-vous à Antananarivo. De facto, Madagasikara s'est adjugé la première place mondiale dans la production de cacao. Un rang que la Grande île mérite.

A bout portant

AutoDiff