Publié dans Politique

Belgique - 13 ans de réclusion criminelle pour une Malagasy 

Publié le jeudi, 18 novembre 2021

Onjanirina Rakotomalala, reconnue coupable d'avoir assassiné son mari, Francesco D'Allessandro, écope de 13 ans de réclusion criminelle. C'est la décision de la Cour d'assises du Hainaut  prononcée avant-hier à l'issue du procès de cette trentenaire malagasy, accusée d'avoir porté plusieurs coups de couteau à son mari et ayant causé la mort le 12 octobre 2018 à la Louvière. 

Lors de son réquisitoire, l'avocat général a demandé aux jurés une peine de 18 ans de réclusion criminelle ou au mieux de ne « pas descendre au-dessous de 15 ans ».  De son côté, la défense a insisté sur des circonstances atténuantes afin de réduire cette peine soulevée par la partie adverse. Dans leur délibération, les jurés ont opté vers les arguments de la défense de Onjanirina Rakotomalala entre autres ses aveux et son enfance malheureuse. Dans sa plaidoirie en effet, le conseil de l'accusée a argumenté comme circonstances atténuantes, le comportement violent du défunt envers sa cliente, la tentative de suicide de celle-ci après son acte, le déracinement culturel, l'absence d'antécédent judiciaire, le risque faible de récidive, son enfance malheureuse et les aveux. 

Durant le procès et entre les crises de larmes de Onja, les avocats de la défense ont essayé de démontrer aux jurés sa vie cauchemardesque à Madagascar auprès de sa famille.  Selon leurs révélations, elle s'est construite dans un climat de violence, battue par sa mère, violée par son oncle et frappée par son premier mari. Bref, Onja vivait dans l'enfer et a espéré qu'après sa rencontre avec Francesco D'Allessandro et leur mariage au mois de janvier 2018, elle retrouvera enfin le bonheur. L'avocat abondait également dans ce sens : « quand on lit leurs conversations, on voyait des projets de vie entre eux. Je pense qu'elle voyait en lui un homme stable et responsable, qui pouvait la protéger de tout ce qu'elle a vécu. Dans un message, il avait juré de ne jamais lui faire de mal ». Ce qui n'était pas pourtant le cas si on se réfère à la déclaration de certains témoins à la barre. 

A la fin de la plaidoirie, un des avocats de Onja a demandé aux jurés de « lui laisser une lueur d'espoir ». Une requête entendue et exécutée apparemment par les jurés…

La rédaction

Fil infos

  • Inondations à Antananarivo - La nécessité d’une nouvelle ville devient pressante 
  • Gestion des catastrophes - L’Exécutif appelle le BNGRC à une meilleure anticipation
  • Impôt - Le GEM suggère d’assouplir les incitations fiscales
  • Montée des eaux à Antananarivo - Le BNGRC pris de court ?
  • Président Rajoelina aux côtés des sinistrés - « Nous devons rester unis dans les moments difficiles »
  • Sinistrés des intempéries à Antananarivo - Le Président Rajoelina appelle à la solidarité de tous 
  • Drame maritime de Soanierana-Ivongo - L'armateur demeure introuvable !
  • Inondations des plaines d’Antananarivo - 53,2 milliards d’ariary investis en 2017-2020
  • Montée des eaux à Antananarivo - Les remblayages illicites pointés du doigt
  • Décès du Général de corps d’armée Herilanto Raveloharison - La République perd un grand serviteur

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Un front de trop !
    Alors que les dirigeants du pays s’affairent à affronter l’urgence sanitaire et l’urgence de la reforestation, deux urgences nationales, voilà qu’une troisième urgence nationale pointe son nez : la montée des eaux. Bref, le régime se trouve en face de trois fronts de guerre qu’il faille attaquer en simultané. Evidemment, il faut avoir la tête posée et les reins solides. En somme, c’est l’avantage pour un pays d’avoir un dirigeant jeune en pleine possession de ses facultés intellectuelles et physiques.

A bout portant

AutoDiff