Publié dans Politique

La Vérité de la semaine

Publié le vendredi, 03 décembre 2021

Donneur de leçon à l’aveuglette
Le FFKM, réuni en conclave à Ambohipo, interpelle le pouvoir en place en le sommant d’organiser une élection « libre et transparente » en 2023, année de l’échéance présidentielle. De qui se moque-t-on ! Les prélats voudraient-ils moraliser les premiers responsables des dernières élections (2018, 2019, 2020) à savoir la Primature, la HCC et la CENI ? Insinueraient-ils que ces scrutins ont été contestés ou contestables  à tel point qu’ils voudraient blâmer lesdits responsables ? Négatif, tout s’est déroulé selon la règle de l’art. Certes, il y avait quelques points à améliorer mais ce furent des scrutins libres et transparents. Ce qu’on aimerait entendre de la part des « Raiamandreny », qu’ils encouragent les responsables à  continuer ainsi.
L’inévitable fossile !
Le vrai débat qui s’impose pour Madagasikara, en ces temps où l’on ne jure que sur les énergies renouvelables, consiste à élucider la question « la Grande île pourra-t-elle se passer définitivement, du moins pour le moment, de l’énergie fossile ? » Une question pertinente dans la mesure où la Grande île regorge suffisamment de réserves  d’énergies fossiles capables de booster la relance économique. Andry Ramaroson, ministre de l’Energie et des Hydrocarbures, va droit au but et déclare que Madagasikara, en l’état actuel de son développement, sollicite encore le service des énergies fossiles.
Vol ou non ?
La sommation de la Banque mondiale à l’adresse de l’Etat (JIRAMA) à rembourser 1.752 millions de dollars alerte l’opinion. Entre 2018-2019, la JIRAMA effectuait des dépenses jugées inéligibles par la Banque. Il faut nécessairement rembourser ! Au final, il ne s’agissait pas d’un crime et détournements mais d’une affectation non autorisée vers d’autres chapitres. En tout cas, vol ou non la JIRAMA doit donner suffisamment d’éclaircissements sur cette affaire qui ternit l’image du pays sur le plan international.
Prestation tant attendue.
Finalement, la prestation de serment des neuf nouveaux membres de la CENI a eu lieu ce mercredi 1er décembre. C’est l’évènement-clou de la semaine. La nouvelle instance d’Alarobia chargée d’organiser les élections à Madagasikara devient ainsi opérationnelle. A la limite du chronogramme pour l’échéance de 2023, les nouveaux commissaires électoraux doivent commencer illico à se pencher sur le renouvellement de la Liste- mère. Rendez-vous donné pour 2023 !
Ndrianaivo

Fil infos

  • Sinistrés des intempéries à Antananarivo - Le Président Rajoelina appelle à la solidarité de tous 
  • Drame maritime de Soanierana-Ivongo - L'armateur demeure introuvable !
  • Inondations des plaines d’Antananarivo - 53,2 milliards d’ariary investis en 2017-2020
  • Montée des eaux à Antananarivo - Les remblayages illicites pointés du doigt
  • Décès du Général de corps d’armée Herilanto Raveloharison - La République perd un grand serviteur
  • Réseau de trafiquants démantelé aux Comores - Un projet d’exportation illicite de deux tonnes d’or déjoué
  • Conjoncture - Le FMI insiste sur le volet social et les infrastructures 
  • Association Tsiky Mahajanga - Les 10 ans de bénévolat et de dévouement de Gilles Tavernier reconnus
  • Déforestation - L’ «Ala atsinanana » en détresse !
  • Jeunes agressés dans un karaoké - Des éléments des Forces de l’ordre pointés du doigt
Pub droite 1

Editorial

  • Au ras des pâquerettes !
    La déviance mène partout, conduit nulle part sauf sur le droit chemin ! Une certaine partie de la classe politique du pays notamment celle qui revendique l'honneur d'appartenir à l'Opposition s'enlise dans la démence intellectuelle. On dévie à cœur joie les débats. On crée de faux problèmes et on monte au créneau pour des polémiques stériles. Les vrais débats s'effacent et on s'éloigne des vraies solutions !

A bout portant

AutoDiff