Publié dans Politique

Inondations à Antananarivo - La nécessité d’une nouvelle ville devient pressante 

Publié le vendredi, 21 janvier 2022

Des pluies torrentielles se sont abattues sur la Capitale malgache depuis une semaine. Ces pluies intenses ont provoqué des inondations de grande ampleur à Antananarivo, causant la mort d’au moins une dizaine de personnes et endommageant plusieurs centaines d’habitations et des hectares de culture. Près d’une dizaine de milliers de personnes ont été évacuées. Les inondations de ce genre risquent malheureusement d’être récurrentes à Antananarivo.

En effet, l'expansion galopante de la Capitale a donné lieu à la multiplication d’implantations informelles où les habitants vivent dans un état précaire. La situation géographique et les caractéristiques topographiques d’Antananarivo, conjuguées au manque d'infrastructures de drainage bien planifiées et de solutions permettant d’accroître l'infiltration et de ralentir le ruissellement, exposent la ville à de fréquentes inondations ainsi qu'à des glissements de terrain. A cela s’ajoute le remblayage de certaines zones. Des inondations dont le coût est pourtant élevé pour les habitants et l’Etat. Dans les cas extrêmes, elles peuvent détruire des infrastructures essentielles et des biens domestiques, et causer la perte en vies humaines. Leurs conséquences sont néfastes pour les moyens de subsistance et l'économie nationale. Pourtant, l’urbanisation rapide et l'augmentation de l'intensité des précipitations liées au changement climatique vont se poursuivre. 

Face à la multiplication des situations d'urgence provoquées par les inondations, des solutions durables et pérennes sont nécessaires. Le Président de la République Andry Rajoelina est en ce sens visionnaire en proposant la construction d’une nouvelle ville Tanamasoandro pour désengorger Antananarivo. Cette nouvelle ville devait initialement être construite à Ambohitrimanjaka, mais devrait sortir de terre à Imerintsiatosika. Actuellement, même créer de nouvelles infrastructures d’assainissement ou élargir les routes existantes dans Antananarivo ville est une épreuve très compliquée voire utopique. Il est nécessaire d’abord de désengorger la ville avant de penser à la reconstruire. C’est ce qu’ont fait toutes les grandes capitales du monde. « Si vous ne comprenez pas aujourd’hui, vous comprendrez plus tard », cette expression favorite du Président Andry Rajoelina Rajoelina, qui a tant fait l’objet de railleries de la part de ses détracteurs, prend tout son sens aujourd’hui. Il est certain que nombreux parmi ceux qui n’ont pas compris autrefois, saisissent aujourd’hui mieux l’idée du Chef de l’Etat de créer une nouvelle ville.

L.A.

Fil infos

  • Agression meurtrière - Le tueur cache le corps sous des cosses de riz
  • Liaison aérienne Afrique du Sud - Madagascar - Airlink s'impatiente
  • Grève au MAE - Les syndicats désavouent les propos du ministre
  • Hausse des prix du carburant - âpres négociations Etat–Compagnies pétrolières
  • Association de malfaiteurs - Ninie Donia et ses co-accusés condamnés
  • Les actus en bref
  • Disparition de 36 kg d’or et 64.000 litres de gasoil - Des "magiciens" à Madagascar !
  • Lutte antiacridienne - Un pesticide controversé utilisé à Madagascar
  • Face-à-face entre les députés et le Gouvernement - La JIRAMA sous le feu des critiques !
  • Ministère des Affaires étrangères - Les grévistes veulent changer d’interlocuteur

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Psychose prématurée !
    Panique avant terme ! Depuis un certain temps, l’ombre d’une éventuelle augmentation des prix à la pompe pèse lourdement. Avant que les autorités compétentes, de concert avec les patrons des Compagnies pétrolières, n’annoncent les nouveaux prix la panique des flambées de prix des carburants envahissent déjà les esprits. Les stations-service sont prises d’assaut. Un réflexe très dangereux dans la mesure où il risque d’épuiser avant terme les réserves et d’un. Il portera atteinte aussi et surtout au calcul de projection à la gestion des stocks. Il faussera certainement l’enjeu. Le directeur général de l’Office malgache des hydrocarbures (OMH) a dû prendre la mesure sévère à savoir interdire le stock de carburant. La hantise de l’inflation empoisonne avant coup ! Jusqu’à hier, jeudi 30 juin, les dirigeants au sommet de l’Etat et les décideurs des compagnies pétrolières n’étaient pas encore parvenus à s’entendre sur les nouveaux prix. Evidemment, il s’agit d’un…

A bout portant

AutoDiff