Publié dans Politique

Inondations à Antananarivo - La nécessité d’une nouvelle ville devient pressante 

Publié le vendredi, 21 janvier 2022

Des pluies torrentielles se sont abattues sur la Capitale malgache depuis une semaine. Ces pluies intenses ont provoqué des inondations de grande ampleur à Antananarivo, causant la mort d’au moins une dizaine de personnes et endommageant plusieurs centaines d’habitations et des hectares de culture. Près d’une dizaine de milliers de personnes ont été évacuées. Les inondations de ce genre risquent malheureusement d’être récurrentes à Antananarivo.

En effet, l'expansion galopante de la Capitale a donné lieu à la multiplication d’implantations informelles où les habitants vivent dans un état précaire. La situation géographique et les caractéristiques topographiques d’Antananarivo, conjuguées au manque d'infrastructures de drainage bien planifiées et de solutions permettant d’accroître l'infiltration et de ralentir le ruissellement, exposent la ville à de fréquentes inondations ainsi qu'à des glissements de terrain. A cela s’ajoute le remblayage de certaines zones. Des inondations dont le coût est pourtant élevé pour les habitants et l’Etat. Dans les cas extrêmes, elles peuvent détruire des infrastructures essentielles et des biens domestiques, et causer la perte en vies humaines. Leurs conséquences sont néfastes pour les moyens de subsistance et l'économie nationale. Pourtant, l’urbanisation rapide et l'augmentation de l'intensité des précipitations liées au changement climatique vont se poursuivre. 

Face à la multiplication des situations d'urgence provoquées par les inondations, des solutions durables et pérennes sont nécessaires. Le Président de la République Andry Rajoelina est en ce sens visionnaire en proposant la construction d’une nouvelle ville Tanamasoandro pour désengorger Antananarivo. Cette nouvelle ville devait initialement être construite à Ambohitrimanjaka, mais devrait sortir de terre à Imerintsiatosika. Actuellement, même créer de nouvelles infrastructures d’assainissement ou élargir les routes existantes dans Antananarivo ville est une épreuve très compliquée voire utopique. Il est nécessaire d’abord de désengorger la ville avant de penser à la reconstruire. C’est ce qu’ont fait toutes les grandes capitales du monde. « Si vous ne comprenez pas aujourd’hui, vous comprendrez plus tard », cette expression favorite du Président Andry Rajoelina Rajoelina, qui a tant fait l’objet de railleries de la part de ses détracteurs, prend tout son sens aujourd’hui. Il est certain que nombreux parmi ceux qui n’ont pas compris autrefois, saisissent aujourd’hui mieux l’idée du Chef de l’Etat de créer une nouvelle ville.

L.A.

Fil infos

  • Élection - L’Antoko Hiaraka Isika recadre l’Opposition
  • Gestion des risques et des catastrophes - Un centre national pour gérer les réponses d'urgence
  • Président Rajoelina aux côtés des sinistrés d’Ankaboka et de Marovoay - « Nous allons nous entraider »
  • Jean-Claude de l'Estrac - « Madagascar était l'eldorado de l'océan Indien… »
  •  Velirano présidentiel - Le projet « Téléphérique » va bon train !
  • Economie bleue - Maroc apprend de Madagascar
  • Lutte anti-corruption - « Madagascar a fait un bond de 16 places depuis 2019 »
  • Vakinankaratra - Le voyage en immersion pour relancer le tourisme
  • Îles Eparses  - Le SECES écarte toute idée de cogestion 
  • Mobile money - Les systèmes d’arnaque se diversifient

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • De la haute trahison !
    Ketakandriana Rafitoson remet de fait en cause l’appartenance des Iles Eparses dans le giron de la République Malagasy. En effet, la directrice pays de l’ONG Transparency International Initiative Madagakasikara (IT-IM) fustige la cause nationale. Elle défend ouvertement la position de la France selon laquelle ces petites îles font partie intégrante du territoire français. La directrice pays de l’IT – IM, au cours d’une interview accordée au quotidien français « Le Monde », à l’entame de l’année nouvelle 2023, portant sur plusieurs sujets touchant les relations entre les deux pays, Madagasikara et la France, émit un avis pour le moins controversé concernant la revendication des Malagasy en vue de la restitution des îles Eparses au sein du territoire de la République Malagasy. Ketakandriana Rafitoson prend le contre-pied de Madagascar « je m’interroge sur les liens qui nous unit à ces îles. Ce sont des terres inconnues par nous auxquelles nous ne…

A bout portant

AutoDiff