Publié dans Politique

Vol d’organes liés aux superstitions - Le calvaire des albinos continue

Publié le mercredi, 01 juin 2022


Ces derniers mois, on constate que les agressions contre les personnes albinos surtout des mineurs, sont subitement en recrudescence à Madagascar. Les faits observés au cours de ces deux dernières semaines parlent d’eux-mêmes. La gravité de cette situation d’insécurité est telle que les parents des albinos sont totalement désemparés. En cause, ils n’ont même pas les moyens nécessaires d’assurer la protection de leurs progénitures, ou au moins, les mettre hors de portée des ravisseurs, vu que ces derniers peuvent faire à tout moment leur sale coup. Les albinos vivent ainsi dans la peur, au quotidien. Certains observateurs parlent de souffrances, voire de torture mentale, avec la crainte de devenir à son tour la cible de ces criminels. Les malheureux vivent constamment dans un sentiment d’insécurité totale.
Le dernier fait en date concerne le kidnapping d’une fillette, qui devrait être toutefois en sécurité car elle dormait dans le foyer parental dans une localité du Sud. Un quotidien de la place rapporte alors que les ravisseurs l’avaient empoignée et emmenée de force avec eux alors qu’elle se trouvait encore au lit. Toujours dans le Sud, un petit garçon a réussi à s’échapper des griffes de ses geôliers avec un œil qui pendait hors de son orbite. Les bandits qui l’ont kidnappé étaient déjà à deux doigts de lui arracher l’œil lorsque la victime a eu le réflexe de se débattre pour finalement s’enfuir. Son cas a profondément ému l’opinion après que les ravisseurs avaient enlevé les yeux à cette autre fillette de 12 ans, toujours dans le Sud. Malgré l’état dans lequel les assaillants ont laissé la victime, cette dernière a toutefois survécu à ses horribles plaies. La liste des exemples de ces atrocités envers les membres de la communauté des albinos de Madagascar n’est pas exhaustive.
 L’on rapporte que les attaques et les meurtres macabres impliquent des mutilations et des démembrements basés sur des croyances dangereusement fausses selon lesquelles ces parties du corps peuvent être utilisées dans des rituels pour apporter chance et protection. Là, on peut dire que ce sont surtout les fausses croyances populaires qui sont à l’origine du calvaire des albinos. Ces croyances erronées attribuent des pouvoirs magiques aux albinos. Pour élaborer les potions magiques permettant à leurs clients de connaître le succès professionnel, sentimental ou financier, les sorciers requièrent le sang, les parties intimes, les bras ou les jambes des albinos.
La crédulité de la population ne se limite pas à la préparation des potions magiques. Dans certaines localités, la croyance veut que manger les parties intimes d’un albinos apporte le pouvoir. Au Cameroun, certains pensent que le sang versé d’un albinos arrête un volcan entré en éruption.
Interpellation des Nations unies
Le phénomène a progressivement diminué d’intensité en Afrique, qui semble finalement réaliser ses erreurs du passé. Dans certains pays comme le Malawi, le Burundi, la Tanzanie ou le Mali où les attaques contre les albinos étaient impitoyables, avec un nombre record de victimes, il y a encore quelques années de cela. En cause, les autorités de certaines localités de ces pays africains aidées par les pouvoirs en place et la communauté internationale ont pris une disposition afin de mettre les albinos en lieu sûr. Car on assiste à la mobilisation de communautés religieuses locales, lesquelles ont décidé de créer des centres d’accueil pour les albinos. Il se trouve que, souvent, ces albinos souffrent de la discrimination et surtout l’exclusion dans ces pays. Pire, même leurs proches et autres parents inhumains les rejettent tout simplement. D’où alors la multiplication de ces centres d’accueil dans ces pays du continent noir.
Eu égard à la situation qui prévaut actuellement à Madagascar, la question s’impose donc à propos des albinos dans le pays. Est-ce qu’il existe au moins des mesures de protection des albinos malagasy prises par les différents responsables afin de faire face au danger ou d’un risque d’éventuelle explosion de crimes « racistes » et superstitieux contre eux ? Des associations commencent à y réfléchir mais une action commune avec l’Etat s’avère nécessaire pour que tout soit éradiqué rapidement. Certains proposent donc d’agir comme cette communauté religieuse du Sud-Est du pays qui a décidé de créer un site d’hébergement pour accueillir les enfants jumeaux. Comme les albinos, ces derniers font l’objet de préjugés discriminatoires et de rejet simplement.
Enfin, des experts des droits de l’homme des Nations unies ont exhorté aujourd’hui Madagascar à prendre des mesures immédiates pour protéger les personnes atteintes d’albinisme face à des informations qui font état d’attaques et de meurtres dans le pays.

Fil infos

  • Assemblée nationale - Une législature folklorique
  • Cementis Antsirabe - Vers une production annuelle d’un million de tonnes de ciment
  • Transport aérien - Madagascar Airlines renforce sa flotte avec un Embraer neuf 
  • Douane - Les trafics de matières nucléaires à la loupe
  • Ministre Tinoka Roberto - De l’huile sur le feu de la déception
  • Christine Razanamahasoa - Coup de couteau dans le dos de Rajoelina
  • Développement - « Madagascar peut dépasser ses voisins africains » selon la Banque mondiale
  • Forfait de Madagascar aux jeux de la CJSOI - Que les responsables soient sanctionnés !
  • Hajo Andrianainarivelo - «  L'une des mesures phares pour Madagascar, c'est d'établir une bonne gouvernance ! »
  • Drogue dure - La méthamphétamine s'achète à 150 000 ariary le gramme

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Quid du sort de l’environnement !
    Le pays se dégrade. Un constat amer pour tout citoyen jaloux de l’avenir de la Nation. A en croire l’article dûment élaboré par notre confrère tout récemment « Destruction de l’environnement » (vendredi 2 décembre), la machine environnementale de la Grande île tourne à la vitesse marche arrière. Un article qui se doit vivement d’interpeller tous les acteurs de développement du pays dont entre autres les autorités publiques, les élus, la Société civile, les mouvements associatifs, les lanceurs d’information, les simples citoyens, la communauté de base, etc.

A bout portant

AutoDiff