Publié dans Politique

Hausse des prix du carburant - âpres négociations Etat–Compagnies pétrolières

Publié le jeudi, 30 juin 2022

La hausse des prix du carburant est inévitable. L’Etat, les opérateurs du secteur pétrolier, mais également les simples observateurs reconnaissent le caractère inéluctable d’une révision des prix du carburant dans la Grande-île. Madagascar, comme d’autres pays dans le monde, devra faire face à la réalité économique mondiale marquée notamment par la guerre en Ukraine. Ce conflit a des répercussions sur le prix de plusieurs produits d’importation et surtout sur celui du pétrole. Les tarifs appliqués actuellement auprès des stations-service connaîtront une hausse.

La question n’est donc pas, aujourd’hui, de savoir s’il y aura une hausse. Elle est de savoir quand cette hausse sera effective et quel taux sera appliqué. Les négociations entre l’Etat et les compagnies pétrolières sont entamées depuis plusieurs semaines pour définir justement les contours de cette hausse. Des informations sont balancées ici et là par des petits malins. Cependant, pour l’instant rien ne filtre des tenants et aboutissants des discussions entre les deux parties. Le fait que les nouveaux taux tardent à être connus fait dire aux observateurs que les négociations sont âpres.

En tout cas, à un moment donné, les opérateurs ont expliqué qu’ils enregistraient une perte environnant les 2 000 ariary par litre d’essence dans la conjoncture actuelle. Si l’on table sur cette seule explication, le prix du litre de ce carburant en particulier pourrait donc augmenter de 2 000 ariary, soit un prix aux alentours des 6 000 ariary. La dernière hausse du prix à la pompe date d’il y a trois ans, en juin 2019. L’Etat a toujours fait en sorte que ce prix soit maintenu tel quel, notamment à coups de subvention. Et ce, pour éviter une inflation généralisée, phénomène qui se produit dans la Grande-île à chaque hausse des prix du carburant.

Cependant, la situation n’est aujourd’hui plus tenable pour les opérateurs du secteur pétrolier. Depuis 2019, le coût du baril de pétrole sur le marché international est passé de 70 dollars à 116 dollars actuellement. Les pétroliers se retrouvent ainsi dans le rouge à cause de la différence énorme entre prix à la pompe fixé et hausse brutale du pétrole.

Cette hausse du carburant bien qu’inévitable ne sera pas sans conséquences sur le quotidien des ménages malgaches. Le prix de certaines denrées alimentaires risque de repartir à la hausse. Les coopératives de taxi-be ont déjà affirmé qu’ils vont augmenter le prix de leurs déplorables prestations dès que la hausse des prix du carburant sera effective.

La rédaction

 

Fil infos

  • Accident de minibus à Marovoalavo - Dix personnes décédées
  • Président Andry Rajoelina - « Madagascar n’est pas un pays en crise »
  • Crimes à Kelilalina - Trois enfants tués à coups de hache
  • Massacre à Ankazobe - 6 personnes placées sous MD
  • Tarif optima business - Les grands consommateurs grincent les dents
  • Trafic de drogue - Un dealer cache ses héroïnes sur son bébé
  • Incendie criminel à Ankazobe - Les arrestations se suivent
  • Union européenne - Giovanni Di Girolamo élevé au rang de Commandeur de l’Ordre national
  • Une attaque sur fond de vengeance !
  • Incendie criminel à Ankazobe - Quatre membres de la bande éliminés

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • 10 août, une aubaine… 
    Le pays rendra hommage aux victimes de la tuerie de Mandrimena (Andoharanofotsy) demain. En effet, le 10 août 1991, des dizaines voire des centaines, certains avancent même des milliers de concitoyens, ont été abattus de sang-froid par des éléments de la Garde présidentielle, à l’époque de l’Amiral Didier Ratsiraka, sur le terrain vague de Mandrimena, entre Andoharanofotsy et Iavoloha.Les dirigeants de la lutte populaire issus du « Hery velona Rasalama » conduits par feus Zafy Albert et Andriamanjato Richard décidèrent sur la place du 13 Mai, ce 10 août 1991, d’aller avec des milliers de manifestants rejoindre le Palais d’Iavoloha pour entamer une concertation directe avec le maitre des lieux à savoir Didier Ratsiraka, Président de la République démocratique, et ce afin de dénouer la crise qui a trop duré dans le cadre d’un dialogue direct. Seulement, l’affaire a mal tourné. Les éléments d’élite de la GRP, survolant par hélico,…

A bout portant

AutoDiff