Publié dans Politique

Restitution des 49 kg d’or - Le refus des Comoriens incompréhensible

Publié le lundi, 01 août 2022

« Les douanes comoriennes ont découvert un trafic d'or à partir de la haute mer et il se trouve que c'étaient des ressortissants malagasy avec des relais comoriens qui étaient impliqués ». C'est ce qu'indique Houmed Msaidie, le porte-parole du Gouvernement comorien récemment dans une interview rapportée par la presse de l'île sœur. Si ce n’est pas une confirmation que les 49 kilos de lingots d'or saisis, sur trois hommes dont deux ressortissants malagasy à l'aéroport international de Moroni en décembre dernier, viennent bel et bien de Madagascar, Dieu que cela y ressemble. 

Les deux Malagasy étaient déjà recherchés depuis décembre 2020, suite à la saisie de 74 kilos d’or à Johannesburg. Cette nouvelle précision du porte-parole du Gouvernement comorien, confortant la thèse que l'or vient de Madagascar, s'ajoute à celles du procureur de la République de l'île sœur rapportant des révélations faites par les présumés coupables lors de leurs auditions. Ces derniers ont fait sortir qu’entre le mois de septembre et décembre de l’année dernière, 11 opérations de ce genre ont eu lieu avec le même mode opératoire. « L’or qui provient de Madagascar emprunte la voie maritime et dissimulé dans des glacières comme étant des poissons. Les marchandises sont ensuite récupérées au large des côtes anjouanaises par de vedette rapide avant d’être expédiées dans la partie sud de la Grande Comore dans l’attente du départ vers Dubaï par des vols réguliers d’Ethiopian Airlines », a détaillé le procureur de la République des Comores. 

Ce serait ce même circuit qui aurait été utilisé par ce réseau avant la découverte à l’aéroport international de Moroni où le 28 décembre 2021, les deux Malagasy ainsi qu’un Comorien ont été appréhendés dans le salon VIP avec 49 kg de lingots d’or à embarquer à bord d’un jet privé pour Dubaï. Les trafiquants ont dû affréter cet aéronef pour leur destination finale suite à la suspension de la liaison aérienne entre Addis-Abeba et les Emirats arabes unis. 

La question que se pose désormais le simple observateur est la raison pour laquelle les Comores rechignent à restituer la cargaison à la partie malagasy au risque de créer des tensions entre les deux pays qui ont une longue tradition de coopération et de relation plutôt bonnes voire excellentes. En matière de coopération judiciaire, plusieurs extraditions ont déjà eu lieu entre les Comores et Madagascar. 

L'exemple le plus récent concerne le cas des ressortissants malagasy interpellés dans le café de cette même affaire. « Le Gouvernement malagasy a demandé à ce qu'on extrade ses ressortissants, ce que nous avons fait. Le ministre malagasy de la Justice a pris lui-même la tête de la délégation venue les récupérer », indique d'ailleurs Houmed Msaidie. L'inverse s'est également déjà produit. Les Comores ont demandé à l'Etat malagasy l'extradition d'un de ses ressortissants par deux fois, et par deux fois Madagascar a accédé à leur demande quand bien même cela n'était pas dans l'intérêt de la Grande-île. Et ce ne sont là que les exemples les plus connus. L'on ne comprend pas ainsi pourquoi les Comores refuseraient la restitution de l’or qui appartient aux Malagasy. Ce serait un juste retour des choses. 

La rédaction

Fil infos

  • Accident de minibus à Marovoalavo - Dix personnes décédées
  • Président Andry Rajoelina - « Madagascar n’est pas un pays en crise »
  • Crimes à Kelilalina - Trois enfants tués à coups de hache
  • Massacre à Ankazobe - 6 personnes placées sous MD
  • Tarif optima business - Les grands consommateurs grincent les dents
  • Trafic de drogue - Un dealer cache ses héroïnes sur son bébé
  • Incendie criminel à Ankazobe - Les arrestations se suivent
  • Union européenne - Giovanni Di Girolamo élevé au rang de Commandeur de l’Ordre national
  • Une attaque sur fond de vengeance !
  • Incendie criminel à Ankazobe - Quatre membres de la bande éliminés

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • 10 août, une aubaine… 
    Le pays rendra hommage aux victimes de la tuerie de Mandrimena (Andoharanofotsy) demain. En effet, le 10 août 1991, des dizaines voire des centaines, certains avancent même des milliers de concitoyens, ont été abattus de sang-froid par des éléments de la Garde présidentielle, à l’époque de l’Amiral Didier Ratsiraka, sur le terrain vague de Mandrimena, entre Andoharanofotsy et Iavoloha.Les dirigeants de la lutte populaire issus du « Hery velona Rasalama » conduits par feus Zafy Albert et Andriamanjato Richard décidèrent sur la place du 13 Mai, ce 10 août 1991, d’aller avec des milliers de manifestants rejoindre le Palais d’Iavoloha pour entamer une concertation directe avec le maitre des lieux à savoir Didier Ratsiraka, Président de la République démocratique, et ce afin de dénouer la crise qui a trop duré dans le cadre d’un dialogue direct. Seulement, l’affaire a mal tourné. Les éléments d’élite de la GRP, survolant par hélico,…

A bout portant

AutoDiff