Publié dans Politique

Massacre à Farafangana  - 7 enfants tués à coups de couteau

Publié le vendredi, 12 août 2022

Alors que les plaies laissées par les massacres survenus à Ambolotarakely Ankazobe et à Kelilalina Ifanadiana sont encore loin de se cicatriser, voilà que Tsapoka à Iabohazo, dans le District de Farafangan, a fait aussi parler de lui. Là, c’était une effroyable effusion de sang : 10 personnes ont été massacrées sauvagement aussi, vers 21h jeudi dernier. Le plus horrible mais aussi le plus cruel dans cette affaire, c’est que sept victimes sont toutes des enfants. Enfin, et pour le comble des atrocités, les assassins ont mis le feu sur les cinq cases d’habitation où furent domiciliées lesdites victimes.

 

Cette barbarie sans nom serait le fait d’une bande d’individus armés, selon la Gendarmerie. Car en faisant incursion dans le secteur, les criminels ont d’abord fait tonner leurs armes, histoire d’intimider les riverains.

Puis, sans autre forme de procès, les agresseurs ont fait irruption, un véritable forcing, dans les maisonnettes pour tuer impitoyablement les occupants avec leurs couteaux. « Les victimes avaient été lardées sinon démembrées », confie un témoin, la voix altérée sous le coup de l’émotion. Enfin, les assaillants ont incendié les cases avant de prendre la fuite.

Ce qui intrigue le plus, c’est que ces derniers appartiennent à la même ethnie que leurs victimes. Ils sont tous issus de la tribu des Zaramanampy Antefasy. « Ces gens n’étaient pas ennemis », précise la Gendarmerie. Avant de connaître l’issue de l’enquête plus poussée afin d’apporter la lumière sur ces tristes faits, une tension liée à un problème de voisinage se transformant progressivement en une vengeance serait à l’origine de cette bestialité.

De toute façon, l’enquête menée actuellement par la Gendarmerie tente de vérifier et confirmer. C’est le mobile du déplacement sur les lieux, et ce, depuis maintenant quatre jours, du commandant de la circonscription régionale de gendarmerie de Fianarantsoa, mais également de son homologue du groupement de gendarmerie Sud-Est, enfin celui de la brigade de Farafangana.

De son côté, le Général Reribake Jeannot, 1er adjoint du commandant de la gendarmerie, s’est exprimé sur ce drame : « Cette barbarie a montré plus d’une fois qu’un certain relâchement est toujours lourd de conséquence. C’est pour cela que je conseille toujours qu’il faut un maximum de vigilance au niveau des Forces de sécurité et de défense mais aussi du Fokonolona. Et qu’il faut constituer le “Dina” et les ‘‘kalony’’ afin que ce genre de barbarie ne se reproduise plus », déclare le Général.

En attendant, les tueurs seraient déjà identifiés. Le hameau vers lequel ils s’étaient enfuis après leur sale coup serait également connu. Aux dernières nouvelles, les premières arrestations auraient été annoncées, du moins en début de soirée, vendredi dernier. Cependant, ni le nombre ni l’identité des suspects n’ont pas été encore connus. Enfin, le haut commandement de la Gendarmerie, par le truchement du secrétaire d’Etat à cette Force, a déclaré qu’une médiation afin de réconcilier les protagonistes est plutôt urgente, et qu’il faut appliquer la loi en vigueur à l’encontre des coupables dans l’affaire.

Franck R.

Fil infos

  • Cryptomonnaie africaine - Des souscripteurs de Madagascar victimes
  • Pollution - Antananarivo étouffe
  • Akamasoa - Inauguration de l’Institut d’Excellence culinaire Guillaume Gomez
  • Energie fossile - Les ressources locales remises en question
  • Drame familial - Il assassine froidement sa tante
  • Axe Toamasina-Foulpointe - Coup d’envoi d’une réhabilitation en béton !
  • Trafic d’or aux Comores - Un directeur des aéroports et un fils de procureur devant la barre
  • Kidnapping et agressions - Le cas des albinos malagasy préoccupe les Nations Unies
  • Usine « Pharmalagasy » - Une ambition locale et internationale confirmée
  • Ivato - Un camp au nom du Général Ismaël Mounibou 
Pub droite 1

Editorial

  • Un leadership mérité !
    La Grande île recevra le prochain Panel international Cacao fin en juin 2023 à Antananarivo. Pour ceux ou celles qui sont branchés dans ce secteur porteur, il s'agit d'une victoire gagnée à bras le corps par le ministère de l'Industrie, du Commerce et de la Consommation (MICC). Au cours de la 106 ème réunion du Conseil de l'Organisation du Cacao (ICCO) à Abidjan, le mois dernier, le 29 septembre, la délégation malagasy conduite par le ministre Razafindravahy Edgard s'était livrée à une bataille acharnée et un pari de taille pour remporter ce prochain rendez-vous à Antananarivo. De facto, Madagasikara s'est adjugé la première place mondiale dans la production de cacao. Un rang que la Grande île mérite.

A bout portant

AutoDiff