Publié dans Politique

Grands rassemblements religieux - Occasions de terribles accidents

Publié le dimanche, 28 août 2022


Les grands rassemblements à caractère religieux qui se tiennent dans les différentes villes du pays durant les grandes vacances annuelles coûtent cher en vies humaines. Des accidents de circulation se produisent de temps à autre lors de ces migrations temporaires qui tombent dans les habitudes collectives des entités cultuelles établies.
Le gouvernement, par le truchement de son Agence des transports terrestres, a ainsi édicté des mesures en prévision des déplacements massifs occasionnés par la célébration de la 10e édition des Journées mondiales de la Jeunesse qui se dérouleront à Antsirabe du 30 août au 4 septembre prochain. Cette date coïncidera avec la veille de la rentrée scolaire des établissements publics, une autre occasion de grandes affluences aux stationnements et gares routières.
Avant Antsirabe pour les jeunes catholiques, les villes d’Antsiranana, de Fianarantsoa, de Mahajanga et de Toamasina ont abrité des regroupements des branches des églises protestantes (FJKM et FLM). Des pèlerins occasionnels ont connu des événements malheureux au cours de leur périple. D’autres ont affaire à des bandits de grand chemin outre les terribles accidents matériels, corporels et mortels. A ce titre, l’hécatombe sur la route d’Ankazobe dans la nuit du 31 juillet 2017 reste gravée dans la mémoire.
Toutes les entités cultuelles ou presque qui organisent de grands rendez-vous annuels sont concernées. L’on se souvient encore de l’accident qui a tué plusieurs bergers et bergères de l’église FPVM à Antsirinala Moramanga dans la nuit du 12 juillet 2015 alors qu’ils étaient de retour du pèlerinage au Toby Fifaliana à Andaingo Gara (MLA). Mais ce n’est qu’un exemple. Les archives sont truffées des traces de douloureux incidents sur les axes routiers à l’occasion des vagues migratoires temporaires des croyants.
Le laxisme de la part de tous est en souvent la principale cause. Malgré les tonitruantes annonces médiatiques des responsables, le contrôle n’est qu’une simple formalité. Les inscriptions ostentatoires accolées aux pare-brises des véhicules exemptent les convois du contrôle policier alors qu’il y a des irrégularités dans les rangs.
Entre autres, des bus du transport urbain, qui, appâtés par les aubaines des vacances en régions, sont affrétés alors les chauffeurs ne sont pas habitués aux longs trajets. Le gouvernement n’arrive donc pas à tout surveiller et il revient aux organisateurs des grandes réunions d’assurer la sécurité des participants avant, durant et après.
Des consignes sont données certes. Mais celles-ci ne sont pas non plus prises au sérieux. Des directives strictes devraient alors émaner des organes centraux de chaque entité organisatrice. Toutes les ramifications étant sous ordre ne peuvent que s’y conformer. Si elles sont incapables de suivre les bonnes instructions pour mettre les adhérents en sécurité, il serait peu probable que leurs enseignements donnent à eux le billet d’entrée au paradis.
M.R.

Fil infos

  • Nouveau Gouvernement - Après Paris, Bissau et Luanda ?
  • ACTU-BREVES
  • Actu-brèves
  • Nouveau Gouvernement Ntsay Christian - Amputé de deux poids lourds
  • Prétendus « sujets Bacc » - Deux facebookers arrêtés
  • Edgard Razafindravahy à la tête de la COI - Rayonnement de Madagascar dans l'Océan indien 
  • ACTU-BREVES
  • Actu-brèves
  • Jeux olympiques 2024- Emmanuel Macron invite Andry Rajoelina
  • Assemblée nationale - 16 députés indépendants rejoignent l’IRMAR

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Mille convoitises !
    La forteresse au sein de laquelle le Roi Andrianjaka (1610 – 1630) devait installer les mille guerriers assurant la sécurité de son « lapa » fondé sur le haut de la colline à Analamanga, en 1610, contre l’éventuelle attaque des Vazimba qui s’y trouvaient déjà sur place intéressera 4 siècles plus tard les mille convoitises. Les premiers occupants du site, les Vazimba, devaient réagir face à cette colonisation par ce fils cadet du grand Roi Ralambo, d’autant qu’il installait y les mille colons (ou guerriers). La forteresse des mille guerriers qui deviendra plus tard la « Cité des mille », la capitale du royaume d’Analamanga. « Antananarivo », la Ville des Mille, sera en toute évidence la capitale de l’Imerina sinon du Fanjakana Hova. A l’arrivée des vazaha en 1896, année de la colonisation, ils gardèrent Antananarivo comme capitale du pouvoir colonial.

A bout portant

AutoDiff