Publié dans Politique

JIRAMA - Andekaleka se dote d’un quatrième générateur

Publié le jeudi, 22 septembre 2022

En renfort. Suite à l'incendie d'un transformateur de la centrale hydroélectrique d'Andekaleka, ayant engendré l'arrêt total de cette centrale de la JIRAMA, en janvier dernier, les travaux de réparation des trois groupes sont entièrement achevés et ceux-ci sont désormais en service. A part les réparations de ces trois groupes, l'installation du quatrième groupe G4 a été également lancée, en vue d'accroître davantage la production de l'électricité sur le Réseau interconnecté d'Antananarivo (RIA). « La mise en place de ce groupe G4 revêt une importance cruciale car elle permettra d’accroître la production d'électricité en injectant 33,2 MW supplémentaires dans le RIA.

Autrement dit, augmenter la production de la centrale d'Andekaleka de 120MW. Ce qui devrait au final améliorer l’approvisionnement en électricité de la compagnie » explique Rivo Radanielina, directeur général par intérim de la JIRAMA. Ce responsable qui est présentement sur place avec ces collaborateurs pour constater l'avancement des travaux d'installation de ce G4. Ceux-ci sont évalués à 78% car les gros œuvres telles que l'installation des turbines, l'armoire des commandes, le transformateur et autres composantes sont achevés. Pour rappel, la consommation sur le RIA est estimée à un peu plus de 250 MW. Jusqu'au moment où Andekaleka retrouve son plein potentiel, les autres centrales secondaires doivent ainsi assurer le relais pour la fourniture de la RIA, à l'instar de la centrale d'Ambohimanambola où travaille la société AKSAF qui est en mesure d'injecter près de 60 MW, la TAC de Jovena avec ses trentaines de MW, le CTA qui produit un peu plus d'une vingtaine de mégawatts, sans oublier la centrale thermique de Mandroseza qui génère près de 40 MW, la centrale hydroélectrique de Mandraka qui fournit seulement 16 MW, celle d'Antelomita et ses 8 MW, la centrale de Tsiazompaniry et ses 4 MW, celle de Sahanivotry avec ses 8 MW, et enfin la centrale solaire d'Ambatolampy qui fournit 12 MW. Il faut savoir que cette centrale hydroélectrique d'Andekaleka assure 40 % de l'électricité alimentant le RIA. Et dès qu'il y a un quelconque incident comme l’incendie qui s’est produit en début d’année, même en ayant touché une seule machine, cela laisse un gap dans la production de courant et induit à des coupures généralisées. Et comme cette centrale assure quasiment la moitié de la consommation d'électricité d'Antananarivo, l'approvisionnement dans la Capitale et ses environs restera ainsi pénalisé jusqu’à ce que les réparations soient effectuées après chaque souci technique qui surviendra là-bas. Justement, l’installation de ce G4 permettra alors d’entretenir les générateurs de la centrale par l'arrêt de l'un des groupes en dehors des heures de pointe en plus de la réduction des coûts de la production de l'électricité, car l'exploitation des sources d'énergie renouvelable est moins coûteuse.

Hary Rakotoa

Fil infos

  • Assemblée nationale - Une législature folklorique
  • Cementis Antsirabe - Vers une production annuelle d’un million de tonnes de ciment
  • Transport aérien - Madagascar Airlines renforce sa flotte avec un Embraer neuf 
  • Douane - Les trafics de matières nucléaires à la loupe
  • Ministre Tinoka Roberto - De l’huile sur le feu de la déception
  • Christine Razanamahasoa - Coup de couteau dans le dos de Rajoelina
  • Développement - « Madagascar peut dépasser ses voisins africains » selon la Banque mondiale
  • Forfait de Madagascar aux jeux de la CJSOI - Que les responsables soient sanctionnés !
  • Hajo Andrianainarivelo - «  L'une des mesures phares pour Madagascar, c'est d'établir une bonne gouvernance ! »
  • Drogue dure - La méthamphétamine s'achète à 150 000 ariary le gramme

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Quid du sort de l’environnement !
    Le pays se dégrade. Un constat amer pour tout citoyen jaloux de l’avenir de la Nation. A en croire l’article dûment élaboré par notre confrère tout récemment « Destruction de l’environnement » (vendredi 2 décembre), la machine environnementale de la Grande île tourne à la vitesse marche arrière. Un article qui se doit vivement d’interpeller tous les acteurs de développement du pays dont entre autres les autorités publiques, les élus, la Société civile, les mouvements associatifs, les lanceurs d’information, les simples citoyens, la communauté de base, etc.

A bout portant

AutoDiff