Publié dans Politique

Développement - « Madagascar peut dépasser ses voisins africains » selon la Banque mondiale

Publié le mardi, 06 décembre 2022


Sur une note d'optimisme ! Pour clôturer sa visite à Madagascar, la vice – présidente de la Banque mondiale pour l’Afrique de l’Est et Australe, Victoria Kwakwa a rencontré le Président Andry Rajoelina au cours d’une audience hier au Palais d’Etat d’Iavoloha.
Un long entretien de plus de trois heures durant lequel les deux personnalités ont eu l’occasion de passer en revue les différents domaines d’intervention de cette institution financière dans le pays. A l’issue de la rencontre, le Chef de l’Etat et la vice – présidente de la Banque mondiale ont tour à tour fait des déclarations.
D’emblée, le Président Andry Rajoelina a reconnu que l’institution est un partenaire stratégique pour le pays. « Les liens de coopération avec la Banque mondiale n’ont cessé de se consolider. Je constate une implication mutuelle dans les projets de développement», a – t – il souligné tout en souhaitant que cela se poursuit et s’accélère. Dans la foulée, le numéro un de l’Exécutif a annoncé des travaux soutenus dans les prochains mois.
Des défis et des opportunités
Pour sa part, la vice – présidente de la Banque mondiale a mis en avant la vision du Président de rattraper le retard de développement accumulé par Madagascar. Elle a constaté que la Grande île fait face à de nombreux défis mais aussi dispose de multiples opportunités.
« Je tiens à saluer votre énergie et votre vision pour faire face aux défis », a déclaré Victoria Kwakwa. Malgré les nombreuses crises mondiales auxquelles la Grande île ne peut échapper, elle évoque particulièrement le fait que le pays a pu maintenir la stabilité macroéconomique et maintenir la dette à un niveau raisonnable contrairement à d’autres pays. Elle fait notamment allusion à la crise sanitaire liée à la Covid19 ou encore les impacts de la guerre en Ukraine.
« J’ai confiance que ce sera avec la vitesse d’un TGV que le Gouvernement sous votre impulsion va lancer des réformes pour rattraper le retard de développement et parvenir voire dépasser le niveau de vos voisins africains », a indiqué cette éminente responsable de la Banque mondiale. L’institution financière qui se dit prête à accompagner Madagascar vers la croissance inclusive.
Sandra R.



Fil infos

  • Christian Ntsay - "La priorité de l'Etat est la population"
  • Ville de Moramanga - Parfum d’abus de fonction et de corruption
  • Vanille - Les fossoyeurs de la filière démasqués !
  • Pacte national pour l’alimentation et l’agriculture - Le Président Rajoelina convainc et obtient 534 millions de dollars des partenaires
  • Conjoncture politique - L’Opposition concocte un plan machiavélique
  • Sommet sur l’alimentation en Afrique - Le Président Rajoelina défend la cause des agriculteurs
  • Exportation de crabes - Redevances quadruplées en une année
  • Maroc - Le Parlement décide de reconsidérer ses relations avec le Parlement européen
  • Embardée d’un taxi-brousse sur la RN5 - Un bébé décède sur le coup
  • Présidentielle - Le vote de la diaspora malagasy se dessine

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Du déjà entendu !
    Redite. Ibidem. Récidive. La communauté internationale revient à la charge avec quelques nuances près. Une subtile note qui sonne après tout en litanie ou refrain du déjà entendu et qui, passez-nous les termes, frise à certains égards l’arnaque !SEM Arnaud Guillois, l’ambassadeur de France, en résidence à Antananarivo, au cours d’une conférence de presse tenue ce lundi 23 janvier à la Résidence de France, devait s’étaler au moins sur deux sujets essentiels relatifs aux défis et enjeux de l’année en cours. En fait, sur les deux thèmes majeurs évoqués à savoir l’élection (présidentielle) et les îles Eparses, Arnaud Guillois annonçait la couleur concernant la position officielle affichée par le Quai d’Orsay.De l’élection, notamment présidentielle, qui se tiendra normalement au cours du dernier trimestre de l’année 2023, l’ambassadeur Arnaud Guillois a bien voulu émettre son avis qui devait, soulignons-le encore une fois, légitimement refléter la position officielle de la France dont…

A bout portant

AutoDiff