Publié dans Politique

Douane - Les trafics de matières nucléaires à la loupe

Publié le mercredi, 07 décembre 2022

Les agents de première ligne des Etats francophones d'Afrique se réunissent présentement au Radisson Blu, en vue du renforcement du réseau régional sur la détection de trafic illicite des matières nucléaires et radioactives. Cet évènement est organisé dans le cadre de la mise en œuvre du plan intégré d'appui en matière de sécurité nucléaire à Madagascar, par l'Agence Internationale de l'énergie atomique (AIEA) à travers l'Institut National des sciences et techniques nucléaires (INSTN-Madagascar), en coopération avec la Douane malagasy.

En effet, les mouvements non déclarés et les trafics illicites de matières radioactives1) ne sont pas un phénomène nouveau. Il s'agit néanmoins d'une préoccupation qui a considérablement augmenté au cours de la dernière décennie. La grande majorité de ces incidents concerne cependant des sources radioactives, de l'uranium faiblement enrichi, de l'uranium naturel et de l'uranium appauvri qui ne sont pas utilisables pour des armes. En ce qui concerne les mouvements non déclarés, il s'est trouvé des cas où la perte de maîtrise des matières radioactives a conduit à des conséquences graves, voire mortelles, pour des personnes. Parmi ces exemples, on peut citer l'incorporation involontaire de matières radioactives dans de l'acier recyclé, la récupération de sources radioactives perdues par des personnes non averties et le détournement délibéré de matières radioactives.

Réponse vive

 

A rappeler que l'AIEA a été créée en réponse aux vives inquiétudes et aux espoirs soulevés par les découvertes et les diverses utilisations de la technologie nucléaire. L'AIEA est étroitement liée à la technologie nucléaire et à ses applications controversées, soit comme arme, soit comme outil pratique et utile. L'Agence a été créée en tant qu'organisme mondial de « L'atome pour la paix » au sein du système des Nations Unies. Ainsi, à partir de ces principes, des agents et techniciens auprès des administrations douanières, de la Police des frontières et de la Gendarmerie ainsi que des experts nationaux et internationaux, en particulier de l'AIEA, en matière de Sécurité nucléaire et de détection, prennent part à cette réunion. Avec l'évolution de la menace mondiale en matière de sécurité nucléaire, chaque Etat doit renforcer son propre système de détection et de réponse face à d'éventuel évènement de sécurité nucléaire, en particulier au niveau des portes d'entrée. La réunion qui se tient actuellement à Madagascar se focalise essentiellement sur l'aspect détection de matières nucléaires et radioactives non soumises au contrôle réglementaire impliquées dans des actes criminels et non autorisées au niveau des frontières. Rappelons qu'en 2018, l'AIEA a remis des matériels de détection de ces matières à la Douane malagasy. Cette réunion servira de plateforme de partage pour les pays francophones d'Afrique membres de l'AIEA. Il s'agit de mettre en commun les meilleures pratiques et les enseignements tirés des opérations de détection en matière de sécurité nucléaire et à promouvoir la formation de réseaux et la coopération régionale dans ce domaine. A l'issue de la réunion, les pays pourront renforcer leur système de détection aux frontières et ainsi instaurer une réponse adéquate et efficace face à la menace des matières nucléaires et autres matières radioactives. 

Fil infos

  • Christian Ntsay - "La priorité de l'Etat est la population"
  • Ville de Moramanga - Parfum d’abus de fonction et de corruption
  • Vanille - Les fossoyeurs de la filière démasqués !
  • Pacte national pour l’alimentation et l’agriculture - Le Président Rajoelina convainc et obtient 534 millions de dollars des partenaires
  • Conjoncture politique - L’Opposition concocte un plan machiavélique
  • Sommet sur l’alimentation en Afrique - Le Président Rajoelina défend la cause des agriculteurs
  • Exportation de crabes - Redevances quadruplées en une année
  • Maroc - Le Parlement décide de reconsidérer ses relations avec le Parlement européen
  • Embardée d’un taxi-brousse sur la RN5 - Un bébé décède sur le coup
  • Présidentielle - Le vote de la diaspora malagasy se dessine

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Du déjà entendu !
    Redite. Ibidem. Récidive. La communauté internationale revient à la charge avec quelques nuances près. Une subtile note qui sonne après tout en litanie ou refrain du déjà entendu et qui, passez-nous les termes, frise à certains égards l’arnaque !SEM Arnaud Guillois, l’ambassadeur de France, en résidence à Antananarivo, au cours d’une conférence de presse tenue ce lundi 23 janvier à la Résidence de France, devait s’étaler au moins sur deux sujets essentiels relatifs aux défis et enjeux de l’année en cours. En fait, sur les deux thèmes majeurs évoqués à savoir l’élection (présidentielle) et les îles Eparses, Arnaud Guillois annonçait la couleur concernant la position officielle affichée par le Quai d’Orsay.De l’élection, notamment présidentielle, qui se tiendra normalement au cours du dernier trimestre de l’année 2023, l’ambassadeur Arnaud Guillois a bien voulu émettre son avis qui devait, soulignons-le encore une fois, légitimement refléter la position officielle de la France dont…

A bout portant

AutoDiff