Publié dans Politique

Gestion démocratique des foules - Les Forces de l’ordre s’entrainent

Publié le mercredi, 18 janvier 2023


L’Académie militaire (ACMIL) à Antsirabe a été hier le théâtre d’un exercice sur la Gestion démocratique des foules (GDF), selon l’information diffusée par le ministre de la Défense nationale. L’entrainement a été pour les élèves-officiers en cours de formation.
Des éléments du groupement de la Gendarmerie et de la direction de la sécurité publique de Vakinankaratra ont aussi participé à la séance assistée par le commandant de l’ACMIL, le Général Démosthène Pikulas.
Des esprits habitués aux raccourcis rapides connectent cet exercice des Forces de défense et de sécurité (FDS) à la situation politique assez tendue au pays. Une série d’événements susceptibles de créer des foyens de tension s’est produite depuis le début d’année.
Alors que les échos du culte organisé par l’église protestante réformée FJKM à Antsonjombe dimanche dernier sont loin de se taire, la grève des camionneurs, exaspérés par le mauvais état des routes, pourrait impulser d’autres dynamiques menaçant l’ordre.
Au passage, il a été question d’armée à Antsonjombe quand le pasteur au pupitre a lancé une pique à l’endroit du système de défense nationale à laquelle le ministre de la Défense nationale et ministre des Affaires étrangères par intérim, le Général Richard Rakotonirina, a rétorqué à l’occasion de la présentation des vœux à Anosy mardi, le jour même de l’exercice militaire à Antsirabe.
Mais tout n’est que fruit du hasard des calendriers. La pratique de la GDF fait partie intégrante du programme de formation pour les FDS, et ce, depuis des années. Des séances d’entraînement dans ce sens se déroulent de façon périodique sur des sites militaires. Des officiers en activité le confirment.
Selon la conclusion de l’Institut des hautes études du ministère (français) de l’Intérieur, la GDF englobe les opérations de maintien de l’ordre dans un cadre plus large qui inclut désormais des aspects prégnants, comme la communication ou la judiciarisation en cas de manifestations.
La même source dit que les manifestants doivent être informés, certes, de leurs droits mais également des règles à respecter pour exercer leurs libertés fondamentales dans des conditions de sécurité optimales puisqu’ils sont – ou devraient être – co-acteurs de cet exercice, aux côtés des forces de sécurité et de l’autorité civile.
« Pour répondre à l’exigence de l’équilibre entre libertés fondamentales et maintien de l’ordre public, la GDF requiert des capacités efficaces d’anticipation et d’exploitation des incidents, donc des moyens technologiques adaptés et des ressources humaines en quantité suffisante », cite la source.
M.R.

Fil infos

  • Christian Ntsay - "La priorité de l'Etat est la population"
  • Ville de Moramanga - Parfum d’abus de fonction et de corruption
  • Vanille - Les fossoyeurs de la filière démasqués !
  • Pacte national pour l’alimentation et l’agriculture - Le Président Rajoelina convainc et obtient 534 millions de dollars des partenaires
  • Conjoncture politique - L’Opposition concocte un plan machiavélique
  • Sommet sur l’alimentation en Afrique - Le Président Rajoelina défend la cause des agriculteurs
  • Exportation de crabes - Redevances quadruplées en une année
  • Maroc - Le Parlement décide de reconsidérer ses relations avec le Parlement européen
  • Embardée d’un taxi-brousse sur la RN5 - Un bébé décède sur le coup
  • Présidentielle - Le vote de la diaspora malagasy se dessine

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Du déjà entendu !
    Redite. Ibidem. Récidive. La communauté internationale revient à la charge avec quelques nuances près. Une subtile note qui sonne après tout en litanie ou refrain du déjà entendu et qui, passez-nous les termes, frise à certains égards l’arnaque !SEM Arnaud Guillois, l’ambassadeur de France, en résidence à Antananarivo, au cours d’une conférence de presse tenue ce lundi 23 janvier à la Résidence de France, devait s’étaler au moins sur deux sujets essentiels relatifs aux défis et enjeux de l’année en cours. En fait, sur les deux thèmes majeurs évoqués à savoir l’élection (présidentielle) et les îles Eparses, Arnaud Guillois annonçait la couleur concernant la position officielle affichée par le Quai d’Orsay.De l’élection, notamment présidentielle, qui se tiendra normalement au cours du dernier trimestre de l’année 2023, l’ambassadeur Arnaud Guillois a bien voulu émettre son avis qui devait, soulignons-le encore une fois, légitimement refléter la position officielle de la France dont…

A bout portant

AutoDiff