Publié dans Politique

Présidentielle - Le vote de la diaspora malagasy se dessine

Publié le mardi, 24 janvier 2023



Un nouveau pas de plus, en direction de l’effectivité du droit de vote pour la diaspora malagasy, a été franchi. Un atelier de finalisation de l’étude de faisabilité sur la mise en œuvre du droit de vote de la diaspora s’est tenu dans les locaux du ministère des Affaires étrangères, selon un communiqué de département publié hier. A l’initiative du ministère des Affaires étrangères en collaboration avec l’International Centre for Migration policy development (ICMPD), depuis avril 2022, cette étude vise à préparer l’opérationnalisation du droit de vote de la diaspora malagasy. Elle détaille les objectifs, les résultats, les propositions et l’analyse comparative des coûts et avantages y afférents, selon le compte-rendu. L’atelier a vu la participation de la Présidence, de bureau du Premier ministre, du ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation, du ministère de la Justice, de la Commission électorale nationale indépendante, ainsi que de l’Union européenne qui finance le projet. D’après le département ministériel d’Anosy, d’autres consultations avec des acteurs comme la société civile, se suivront dans les prochains jours, les recommandations issues de cette étude seront soumises aux autorités étatiques.
Cet atelier fait suite à la déclaration du ministre de la Défense nationale et non moins ministre des Affaires étrangères malagasy par intérim de la semaine dernière. Devant la presse, le Général Richard Rakotonirina, se devait de rappeler que la participation de la diaspora aux élections est un engagement du Président de la République qu’il convient de réaliser « coûte que coûte ». Rappelons que le droit de vote pour la diaspora est une revendication ancienne.  Le Président de la République Andry Rajoelina a accédé à cette demande à son arrivée à Iavoloha pour permettre le vote à l’étranger. Il est question d’une représentation de la diaspora, non seulement, pour la présidentielle mais aussi pour les législatives. Un contre-la-montre est lancé au niveau des autorités. Le scrutin présidentiel est prévu en fin d’année. L’ambassadeur de la France, Arnaud Guillois, rappelait lors d’une conférence à la Résidence de France en début de semaine, qu’environ 100 000 ressortissants malagasy sont installés en  France, ce qui constitue le plus gros contingent malagasy à l’étranger.
L.A.


Fil infos

  • Christian Ntsay - "La priorité de l'Etat est la population"
  • Ville de Moramanga - Parfum d’abus de fonction et de corruption
  • Vanille - Les fossoyeurs de la filière démasqués !
  • Pacte national pour l’alimentation et l’agriculture - Le Président Rajoelina convainc et obtient 534 millions de dollars des partenaires
  • Conjoncture politique - L’Opposition concocte un plan machiavélique
  • Sommet sur l’alimentation en Afrique - Le Président Rajoelina défend la cause des agriculteurs
  • Exportation de crabes - Redevances quadruplées en une année
  • Maroc - Le Parlement décide de reconsidérer ses relations avec le Parlement européen
  • Embardée d’un taxi-brousse sur la RN5 - Un bébé décède sur le coup
  • Présidentielle - Le vote de la diaspora malagasy se dessine

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Du déjà entendu !
    Redite. Ibidem. Récidive. La communauté internationale revient à la charge avec quelques nuances près. Une subtile note qui sonne après tout en litanie ou refrain du déjà entendu et qui, passez-nous les termes, frise à certains égards l’arnaque !SEM Arnaud Guillois, l’ambassadeur de France, en résidence à Antananarivo, au cours d’une conférence de presse tenue ce lundi 23 janvier à la Résidence de France, devait s’étaler au moins sur deux sujets essentiels relatifs aux défis et enjeux de l’année en cours. En fait, sur les deux thèmes majeurs évoqués à savoir l’élection (présidentielle) et les îles Eparses, Arnaud Guillois annonçait la couleur concernant la position officielle affichée par le Quai d’Orsay.De l’élection, notamment présidentielle, qui se tiendra normalement au cours du dernier trimestre de l’année 2023, l’ambassadeur Arnaud Guillois a bien voulu émettre son avis qui devait, soulignons-le encore une fois, légitimement refléter la position officielle de la France dont…

A bout portant

AutoDiff