Publié dans Politique

Kidnapping à Tsaratanàna - 60 millions d’ariary pour la liberté d'une mère de famille

Publié le jeudi, 08 février 2024

Actuellement, c'est le désarroi total pour un jeune chef de famille d'Ambolosy, Commune rurale d'Ambakireny, District de Tsaratanàna. Dimanche soir dernier, six bandits lourdement armés ont enlevé son épouse. Et ces derniers ont demandé 60 millions d’ariary contre la liberté de l'otage.

D'après ce cultivateur et non moins épicier, ce fut un véritable cauchemar, pour sa femme et lui. "Nous étions en train de regarder tranquillement un film lorsqu'ils ont fait irruption dans la maison non sans qu'ils n'aient brisé le verrou de la porte d'entrée avec une pince coupante. Ils ont braqué leurs kalachnikovs et autres Mas36 dans notre direction. Puis, ils nous ont ligotés avant de nous emmener de force avec eux", raconte notre interlocuteur. Et de poursuivre : "En chemin, ils m'ont emmené dans la rizière où ils ont voulu m'assassiner. Mais ils ont finalement renoncé et m'ont laissé libre en emmenant ma femme", renchérit-il.

D'après toujours ce chef de famille, les assaillants n'ont même pas pris la peine de masquer leurs traits. "Ces individus ne sont pas de la région", continue-t-il. Un avis que deux officiers de Gendarmerie aux commandes d'unité de la région semblent partager. "L'opération Harato II venait de démarrer et ces bandits ont frappé à Ambolosy. L'enquête tend à privilégier une piste qui mène au Sud- est du District, soit à Ankazobe, soit à Anjozorobe. Les éléments de la Gendarmerie, engagés dans l'opération, sont déjà en action sur le terrain pour tenter de retrouver les traces des assaillants. Ces derniers n'ont toujours pas relâché non plus l'autre otage, cette fille de 17 ans enlevée peu de temps après cette habitante d'Ambolosy à laquelle ils réclament 80 millions d’ariary à ses proches pour sa liberté. Et pourtant, les victimes et leurs familles sont loin d'être des personnes nanties pour qu'elles puissent payer les rançons. Raison de plus pour le mari de l'otage d'Ambolosy de se tourner vers le dirigeant en place pour les appuyer.

 

Franck R.

Fil infos

  • Castration des violeurs - L’Etat malagasy choisit le camp des enfants
  • Déplacement présidentiel en Turquie - Nouvelle offensive économique et diplomatique en vue
  • Castration des violeurs d’enfants - Ingérence de l’Union européenne
  • Arena Rajoelina - Critiques infondées sur ses activités
  • Actu-brèves
  • Forces armées - Pluie d’étoiles chez les officiers
  • Toamasina - Le corps d'un étranger retrouvé dans l'océan
  • Actu-brèves
  • Epidémie de choléra - Un paquebot en escale à Nosy Be suspecté
  • Peine pour les violeurs de mineures - La HCC approuve la castration chirurgicale

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • ODOF, oui mais … !
    La mise sur pied des unités de production dans le cadre du projet gouvernemental ODOF avance à grand pas. L’industrialisation, parmi les trois piliers, 3 Andry, sur lesquels s’appuie la Politique générale de l’Etat (PGE) reprend du souffle, du concret. Le projet One district, one factory, ODOF, est l’un des projets-phare du régime Orange. Un des projets qui marchent à une vitesse grand « V ». Tout porte à croire et au rythme actuel des actions, le projet ODOF couvrira le territoire national à la fin du second mandat de Rajoelina. Et la devise « aucun district n’est oublié » sera atteinte ! D’après certains observateurs de la vie nationale, la concrétisation dudit Projet entre dans la nécessité de la continuité du régime pour un second mandat. Elle justifie la réélection du Président sortant Rajoelina Andry en décembre 2023. Evidemment, il existe d’autres projets en marche qu’il faut, à tout…

A bout portant

AutoDiff