Publié dans Politique

Lutte contre l’insécurité - Cinq hélicoptères et de nouveaux armements pour les Forces

Publié le vendredi, 08 février 2019

Un nouveau visage de la sécurité à Madagascar dans les six mois à venir. Telle est l’ambition du Président de la République Andry Nirina Rajoelina. « Il faut fixer des objectifs », rapporte le Conseil des ministres d’avant-hier. L’Exécutif est décidé à taper fort sur la table pour renverser la tendance croissante de l’insécurité à Madagascar. Des actions urgentes pour lutter contre le fléau ont été annoncées. L’Etat va procéder à l’achat de cinq hélicoptères à mettre à la disposition des Forces de sécurité pour qu’elles puissent agir très rapidement. Selon le rapport du Conseil des ministres, ces hélicoptères seront disponibles à Madagascar dans deux mois. Andry Rajoelina réaliserait ainsi la moitié de son engagement de campagne de doter de 10 hélicoptères les Forces de l’ordre malgaches.

Outre l’inventaire des matériels roulants achetés l’année dernière et qui sont censés avoir été utilisés par les Forces de l’ordre, l’Etat compte procéder au renforcement de l’équipement par l’achat de nouveaux véhicules. Afin qu’elles retrouvent leur dignité d’antan, les Forces de l’ordre et de la sécurité seront également dotées de nouvelles armes. Le Conseil des ministres rappelle que le dernier approvisionnement en armes des hommes en treillis date de 1975.

Sur le plus long terme, des mesures drastiques sont prises, notamment la mise en place d’un système de renseignements efficace, l’adoption d’une politique pénale sévère dans la lutte contre l’insécurité et surtout en matière de kidnapping, de banditisme en ville et dans nos campagnes, la mobilisation et coordination de toutes les Forces de l’ordre pour la mise en place d’un système de quadrillage des villes particulièrement la nuit et ce, afin de rassurer la population et d’instaurer un climat général de sécurité, la création de prisons spécialisées de « haute sécurité » pour incarcérer les auteurs des infractions liées à l’insécurité notamment en matière de crimes de sang, de vols de zébus, d’attaque à main armée, et finalement le démantèlement des réseaux de kidnapping.

« La peur doit changer de camp »

Selon le communiqué relatant les décisions prises lors du Conseil des ministres, « La reprise des attaques à main armée, les kidnappings en ville ou dans  les campagnes ces derniers jours est perçue comme une défiance à l’égard de l’autorité  de l’Etat ».  L’Etat reconnaît, par ailleurs, que les dispositifs et les mécanismes en place trouvent leurs limites pour endiguer et éradiquer ce fléau. « Il est temps de mettre fin à cette situation. Il est impératif de renforcer la présence de l’Autorité au sein de la société », indique le communiqué.

En attendant la mise en place des nouvelles structures pour lutter contre l’insécurité comme les forces spéciales, le Gouvernement annonce le déploiement de tous les moyens disponibles afin de démanteler les réseaux.  « La crédibilité de la parole publique et de l’efficacité de l’Etat en dépendent », précise le communiqué. L’Exécutif entend continuer à déployer les efforts fournis précédemment sous le précédent gouvernement de Ntsay Christian,  de renforcer et d’améliorer les dispositifs et système de sécurité mis en place. « Le chantier est vaste et la sécurité des citoyens doit faire partie des priorités (…). La peur doit changer de camp », selon la consigne du Président de la République.

L.R.

Fil infos

  • Corruption - 19 magistrats traduits en Conseil de discipline en 2020
  • Police nationale - Dotation de 550 nouveaux fusils
  • Campagne de vaccination anti-Covid-19 - Une dernière journée mouvementée
  • Fête nationale - Rappel à l'ordre nécessaire
  • Tanamasoandro - Les tracés débutent à Imerintsiatosika
  • Pont d’Ampasika - L’infrastructure menacée par l’extraction de sable
  • Examen du CEPE - Une évaluation finale avant la session officielle
  • Stade « Barea » - Le Président Andry Rajoelina réussit son pari !
  • Météo de la semaine - Température minimale à 3° Celsius pour les Hautes terres
  • Appui supplémentaire pour le Sud de Madagascar - Les Etats – Unis offrent 40 millions de dollars

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Consternation générale !
    L’Union européenne fait savoir par le biais de l’Ambassade de France qu’elle ne reconnait pas le vaccin Covishield. L’accès dans le territoire Schengen est formellement interdit à ceux ou celles qui présentent le passeport vaccinal portant le cachet Covishield. Seuls les vaccins Moderna, Pfizer, AstraZeneca et Johnson & Johnson sont accordés. Coup de bluff ou coup vache ? En tout cas, c’est la consternation générale ! Anxiété et inquiétude se mêlent dans les esprits. Madagasikara, l’un des pays ayant opté pour cet indésirable vaccin et qui vient d’achever la première phase, se trouve dans une situation d’embarras indescriptible. Evidemment, il faut s’attendre à une réaction sans détour de l’Etat malagasy. Il demande des explications à l’endroit de l’OMS et de l’UNICEF. Rappelons que Madagasikara s’inscrit dans l’initiative COVAX recommandée par les instances onusiennes ainsi que les partenaires européens. D’ailleurs, le choix a été fait en collaboration et sous la « …

A bout portant

AutoDiff