Publié dans Politique

Toamasina - Une commerçante morte étranglée dans une maison de passe

Publié le jeudi, 04 avril 2019

Triste fin pour cette commerçante basée  de Toamasina. Son corps inerte et dénudé est retrouvé par un employé  d’une maison de passe au quartier de Valpinson (Toamasina) dans l’après-midi de mercredi.  Le constat d’un médecin légiste note que le décès de cette dame de 45 ans est causé par un étranglement. D’autant plus que du sang coulait de sa bouche lors de la découverte du corps.  De là à déduire à un assassinat, tout le monde épouse cette thèse. Et la disparition des  16 millions d’ariary que la victime aurait eu sur elle et son téléphone portable conforte la thèse d’un vol suivi d’un assassinat. Cette somme perdue est destinée à un achat de matériaux de construction d’après les proches de la défunte, venus récupérés le corps à la morgue dans la soirée de mercredi.


Selon un employé de cette maison de passe, la dame y est entrée vers 15h20, précédée quelques minutes auparavant par un homme âgé, venu à bicyclette. Une demi-heure plus tard, ce dernier est sorti de la chambre et a quitté l’établissement. Passée l’heure limite d’occupation de la chambre, une heure, la dame en question n’a pas encore emboité les pas du monsieur. Un des employés est allé ainsi frapper à la chambre pour aviser à l’occupante que l’heure est largement dépassée. Il n’a reçu le moindre écho en frappant à la porte entrouverte et c’est en poussant celle-ci, qu’il a vu la dame immobile sur le lit, vêtue uniquement de son slip. Son sac vidé de son contenu s’y trouvait encore. C’est après cette horrible découverte que l’employé a voulu rattraper l’homme âgé mais celui-ci avait déjà disparu.  Bien que la loi exige à ce genre d’établissement d’enregistrer l’identité de leurs clients, le réceptionniste ne l’a pas fait, du moins dans ce cas. C’était pourtant une des voies exploitables pour retrouver l’homme avec qui cette mère de famille mariée s’était donné rendez-vous dans cet après-midi de mercredi.
 F.R.

Fil infos

  • Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo - « Paul Rafanoharana n’a jamais été conseiller du Président de la HAT »
  • Menaces intérieures et extérieures - Les Forces armées derrière le Président
  • Ralaialitiana Andrianarisoa, témoin d’histoire - « La mise en cause des intérêts économiques de sociétés étrangères entraîne à chaque fois la déstabilisation du régime »
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - « Un tel projet va à l’encontre des valeurs malagasy »
  • Cardinal Tsarahazana Désiré à Iavoloha - « Les catholiques s’opposent à la violence et l’attentat à la vie »
  • Kidnapping à Anjozorobe - Un suspect échappe de la protection des Forces et meurt lynché
  • Présidents en exercice à Madagascar - Au moins quatre attentats manqués depuis 1975
  • Conjoncture - Une inflation à surveiller de très près !
  • Tentative d'élimination physique du Président - 11 gendarmes dont 4 GSIS et deux généraux auditionnés
  • Mobilisation pour le Sud - Vers la capitalisation des ressources en eau

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Trop de princes !
    Que la triste et choquante tentative d’élimination physique de la personne du Chef de l’Etat ne nous voile pas les réalités toujours compliquées et encore difficiles vécues par les concitoyens. Qu’il nous soit permis de dresser sans état d’âme, ni complaisance ou détours le tableau qui met en relief la vie nationale vue surtout sous l’angle du train de vie des « Mpitondra Fanjakana ». Et qu’il nous soit admis également de rappeler, en toute humilité et en toute franchise, les consignes decelui à qui le peuple a confié son pouvoir et son avenir.La population vit dans une ambiance des plus tordues. Les effets délétères de la pandémie corsent tous les secteurs des activités économiques dont le tourisme qui littéralement s’agenouille. Les opérateurs attirent sérieusement l’attention des décideurs que leurs chiffres d’affaires ont baissé d’au moins 56 %. Le nombre des sans-emplois gonflent. Le coût de la vie, de son…

A bout portant

AutoDiff