Publié dans Politique

« Velirano » du Président Andry Rajoelina - Les grands chantiers débutent à Toamasina

Publié le dimanche, 07 avril 2019

Les actions continuent ! Après le dernier lancement du « Vary Mora » et la présentation de l’aménagement du bord de la mer à Toamasina, le Président Andry Rajoelina est de retour au Grand port pour poursuivre la concrétisation de ses « Velirano ». A peine arrivé de son déplacement du Sénégal samedi, le patron de l’Exécutif a effectué sa seconde visite dans le Betsimisaraka hier. Cette fois – ci, le Chef de l’Etat a procédé à la pose de la première pierre en vue de la construction d’une voie rapide (autoroute) reliant le Port de Toamasina à la route nationale n°02. Une voie qui s’étend sur près de 10km et dont le délai d’exécution est de 24 mois. A priori, l’ouvrage a pour objectif d’ « accompagner le projet de développement du port de Toamasina et constitue également une solution pour résoudre de problème de saturation du réseau de transport dans la ville ». La cérémonie de lancement des travaux fut l’occasion pour le Président de réitérer les autres projets dont bénéficiera la capitale de l’Atsinanana.

« Nous devons travailler de manière rapide et moi – même je travaille sans relâche, 24h sur 24. Nous allons commencer la réalisation des Velirano qui ont été promis à la population à l’instar de la nouvelle ville, l’extension du Port, ect. », a déclaré le Président Andry Rajoelina. Il a particulièrement insisté sur l’évènement d’hier qui fut une journée mémorable car marquant le début effectif des travaux pour la transformation de Toamasina en une ville modèle et moderne.
Du rêve à la réalité
Bientôt, les habitants de Toamasina passeront du rêve à la réalité. Aux grands ouvrages précités s’ajoutent, en effet, d’autres projets comme la construction d’un nouveau gymnase pour remplacer celui de Soavita qui date déjà de plusieurs années, la création de centre de loisirs et de formation pour les jeunes, les buildings et Trano Mora. Selon les explications, le nouveau stade devra être terminé avant la célébration de la fête nationale, le 26 juin prochain. Le Canal de Pangalane fera aussi l’objet de travaux et dans cette optique, le Chef de l’Etat a envoyé une délégation au Maroc. Pour ceux qui doutent encore de sa bonne foi, le Président Andry Rajoelina a donné rendez – vous à ses détracteurs dans deux ans pour évaluer les travaux effectués. « Je viendrai régulièrement à Toamasina pour suivre de près la réalisation de tous ces grands ouvrages », a promis le jeune Président. Il a également assuré que des Chefs d’Etat étrangers seront invités au moment de l’inauguration de ces grandes infrastructures.
La Rédaction

Fil infos

  • Corruption - 19 magistrats traduits en Conseil de discipline en 2020
  • Police nationale - Dotation de 550 nouveaux fusils
  • Campagne de vaccination anti-Covid-19 - Une dernière journée mouvementée
  • Fête nationale - Rappel à l'ordre nécessaire
  • Tanamasoandro - Les tracés débutent à Imerintsiatosika
  • Pont d’Ampasika - L’infrastructure menacée par l’extraction de sable
  • Examen du CEPE - Une évaluation finale avant la session officielle
  • Stade « Barea » - Le Président Andry Rajoelina réussit son pari !
  • Météo de la semaine - Température minimale à 3° Celsius pour les Hautes terres
  • Appui supplémentaire pour le Sud de Madagascar - Les Etats – Unis offrent 40 millions de dollars

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Consternation générale !
    L’Union européenne fait savoir par le biais de l’Ambassade de France qu’elle ne reconnait pas le vaccin Covishield. L’accès dans le territoire Schengen est formellement interdit à ceux ou celles qui présentent le passeport vaccinal portant le cachet Covishield. Seuls les vaccins Moderna, Pfizer, AstraZeneca et Johnson & Johnson sont accordés. Coup de bluff ou coup vache ? En tout cas, c’est la consternation générale ! Anxiété et inquiétude se mêlent dans les esprits. Madagasikara, l’un des pays ayant opté pour cet indésirable vaccin et qui vient d’achever la première phase, se trouve dans une situation d’embarras indescriptible. Evidemment, il faut s’attendre à une réaction sans détour de l’Etat malagasy. Il demande des explications à l’endroit de l’OMS et de l’UNICEF. Rappelons que Madagasikara s’inscrit dans l’initiative COVAX recommandée par les instances onusiennes ainsi que les partenaires européens. D’ailleurs, le choix a été fait en collaboration et sous la « …

A bout portant

AutoDiff