Publié dans Politique

« Velirano » du Président Andry Rajoelina - Les grands chantiers débutent à Toamasina

Publié le dimanche, 07 avril 2019

Les actions continuent ! Après le dernier lancement du « Vary Mora » et la présentation de l’aménagement du bord de la mer à Toamasina, le Président Andry Rajoelina est de retour au Grand port pour poursuivre la concrétisation de ses « Velirano ». A peine arrivé de son déplacement du Sénégal samedi, le patron de l’Exécutif a effectué sa seconde visite dans le Betsimisaraka hier. Cette fois – ci, le Chef de l’Etat a procédé à la pose de la première pierre en vue de la construction d’une voie rapide (autoroute) reliant le Port de Toamasina à la route nationale n°02. Une voie qui s’étend sur près de 10km et dont le délai d’exécution est de 24 mois. A priori, l’ouvrage a pour objectif d’ « accompagner le projet de développement du port de Toamasina et constitue également une solution pour résoudre de problème de saturation du réseau de transport dans la ville ». La cérémonie de lancement des travaux fut l’occasion pour le Président de réitérer les autres projets dont bénéficiera la capitale de l’Atsinanana.

« Nous devons travailler de manière rapide et moi – même je travaille sans relâche, 24h sur 24. Nous allons commencer la réalisation des Velirano qui ont été promis à la population à l’instar de la nouvelle ville, l’extension du Port, ect. », a déclaré le Président Andry Rajoelina. Il a particulièrement insisté sur l’évènement d’hier qui fut une journée mémorable car marquant le début effectif des travaux pour la transformation de Toamasina en une ville modèle et moderne.
Du rêve à la réalité
Bientôt, les habitants de Toamasina passeront du rêve à la réalité. Aux grands ouvrages précités s’ajoutent, en effet, d’autres projets comme la construction d’un nouveau gymnase pour remplacer celui de Soavita qui date déjà de plusieurs années, la création de centre de loisirs et de formation pour les jeunes, les buildings et Trano Mora. Selon les explications, le nouveau stade devra être terminé avant la célébration de la fête nationale, le 26 juin prochain. Le Canal de Pangalane fera aussi l’objet de travaux et dans cette optique, le Chef de l’Etat a envoyé une délégation au Maroc. Pour ceux qui doutent encore de sa bonne foi, le Président Andry Rajoelina a donné rendez – vous à ses détracteurs dans deux ans pour évaluer les travaux effectués. « Je viendrai régulièrement à Toamasina pour suivre de près la réalisation de tous ces grands ouvrages », a promis le jeune Président. Il a également assuré que des Chefs d’Etat étrangers seront invités au moment de l’inauguration de ces grandes infrastructures.
La Rédaction

Fil infos

  • La Vérité de la semaine
  • Saisie de 22,5 kg d’or aux Seychelles - Soupçons de laxisme au sein des organes de contrôle malagasy
  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Cas désespéré !
    Quand quelqu’un détruit un des biens personnels à la maison, il est à plaindre. Mais quand il s’amuse à démolir sa propre maison en sapant irrémédiablement les fondations, il est malade voire un cas désespéré !Les désastres par le feu continuent. Des incendies ravageurs se déclarent un peu partout sur le territoire national presque au même moment. Des feux involontaires ou actes criminels ? Les résultats des enquêtes nous fixeront sur les détails. Dans tous les cas de figure, l’incendie détruit à jamais ! Des crimes de sang à la destruction totale des patrimoines nationaux en passant l’anéantissement d’une partie non négligeable des zones protégées pour en finir aux habitations humaines et d’animaux d’élevage défraient les chroniques. Des villages entiers disparaissent avec ce que cela suppose de dégâts humains, matériels et d’ordre moral. Des familles perdent en un seul moment tout ce qu’elles ont durement épargné des années. Tout récemment,…

A bout portant

AutoDiff