Publié dans Politique

Cour spéciale sur le trafic de bois de rose - 16 dossiers chauds en cours de traitement

Publié le mardi, 09 avril 2019

Des têtes vont – elles bientôt tomber ? La Cour spéciale qui s’occupe des affaires de trafic de bois de rose et de bois d’ébène est actuellement en train de traiter 16 dossiers chauds. Des affaires sulfureuses qui concernent, a priori, de gros trafics de bois de rose. D’après les confidences du procureur de cette Cour spéciale, relayées par un  média hier, un ancien ministre du régime HVM serait sur la sellette concernant particulièrement l’exportation de bois de rose saisis à Singapour. Au début de l’année, l’ancien ministre en question avait fait l’objet d’une convocation par le Bureau indépendant anti – corruption pour audition. Il a, par la suite, été présenté devant le Pôle anti – corruption (PAC) avec ses anciens collaborateurs puis reparti libre.


Pour revenir brièvement sur cette affaire, un navire transportant 30.000 rondins de bois de rose quitta le port de Toamasina au mois de février 2014. Soit plus d’un mois après l’investiture du Président Hery Rajaonarimampianina. Cette marchandise d’une valeur de 50 millions d’USD a pu passer sans difficulté le Grand Port de l’Est étant donné qu’elle était accompagnée par des documents d’autorisation d’exportation signés par les autorités. Un mois après son départ de Madagascar, le navire fut inspecté puis interpellé à Singapour où son contenu a été saisi. Suivent ensuite des procès à n’en plus finir mettant en cause les acheteurs accusés d’avoir importé ces marchandises illicites. Pour l’instant, le dossier est encore loin d’être clos.
 Faut – il rappeler qu’outre les infractions commises sur le territoire terrestre, maritime et aérien malagasy, les compétences de cette Cour spéciale s’étend également sur les affaires impliquant la saisie des bois de rose ou bois d’ébène provenant de Madagascar dans un territoire étranger. Dès son opérationnalisation en 2018, les magistrats de cette Cour spéciale ne chôment pas. A cette époque, 79 dossiers étaient déjà en suspens.
 L.R.

Fil infos

  • Meurtre d’un opérateur économique français - Le principal suspect extradé de Madagascar
  • AG des Nations unies - Renforcement des capacités pharmaceutiques de l’Afrique souhaité
  • 332 millions $ d’aide non remboursable du FMI - La plaidoirie de Rajoelina fait mouche
  • Membres du Gouvernement - La descente sur le terrain continue
  • Lu sur le Net - Madagascar, pays sans Covid et sans dictature vaccinale
  • Andry Rajoelina sur les îles Eparses - Appel à une veille « bienveillante et cohérente » des Nations unies
  • Acte de banditisme à Tsiazotafo - La propriétaire d’un magasin délestée d’1 million Ar
  • Assemblée générale des Nations unies - Le President Rajoelina rencontre le SG Antònio Guterres
  • Midongy- Atsimo - Quarante-cinq morts dans un affrontement
  • Assemblée générale des Nations Unies - Une première pour le Président élu Andry Rajoelina

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Projets délirants ?
    Fous ! Chimériques ! Utopiques ! Tels sont les termes signifiant comment les sceptiques voient les projets présidentiels. Des projets pharaoniques, impossibles disent les uns. Fruits de la rêverie d’un jeune visionnaire ironisent les autres. En effet, étant vu les capacités matérielles limitées de la Grande île, compte tenu des ravages de la pandémie et considérant les besoins nécessaires pour la relance économique, les concrétisations de grands projets dans un contexte pareil relèvent de la délire, un pari inaccessible ! Contre toute appréhension et en dépit des doutes, lesdits projets prennent forme l’un après l’autre. Du moins en phase d’être pour certains cas.Projet « Tanamasoandro » à Antananarivo et environs. Quand le roi Andrianjaka (1610-1630) investit la colline d’Analamanga en 1610 et fonda la « Cité des Mille » (guerriers) en chassant les Vazimba, la plaine d’en-bas (Plaine d’Antananarivo) n’était qu’un espace désert. Il a fallu le transformer en zone…

A bout portant

AutoDiff