Publié dans Politique

Traite de personnes - Des sanctions sévères envers les auteurs

Publié le jeudi, 11 avril 2019

Après le rapatriement, les condamnations. Les auteurs, directement ou indirectement impliqués dans les affaires de traite de personnes, seront sévèrement punis. Ceux  derrière l'envoi clandestin des femmes malagasy au Koweït, récemment rapatriées sur l'initiative du Président de la République, en  sont concernés. « Ceux qui sont responsables du calvaire de ces femmes seront sanctionnés. Ils s'assureront entre autres du remboursement des salaires impayés ainsi que toutes les dépenses liées à la prise en charge de ces victimes de maltraitances », selon le communiqué du Conseil des ministres en date du 10 avril dernier. En fait, la loi malagasy en vigueur punit le trafic d'être humain sous toutes ses formes.

L'envoi des travailleurs malagasy dans les pays à risque, notamment Koweït, Arabie Saoudite, Jordanie, Liban, etc. a été suspendu depuis 2013. Pourtant, des agences de placement ont enchaîné l'envoi clandestin, avec des « complices d'en haut lieu ». L'envoi des travailleurs malagasy dans les pays ne respectant pas les droits de l'homme, où les femmes subissent fréquemment des violences, reste suspendu. Il en est de même pour ceux n'ayant aucun Consulat malagasy. Outre la poursuite des auteurs et leurs complices, les contrôles au niveau des lignes aériennes desservant ces pays seront renforcés. D'un autre côté, une ligne téléphonique spéciale pour communiquer directement avec les responsables ou encore pour dénoncer les cas de corruption sera opérationnelle. Divers ministères vont également assurer les sensibilisations axées sur la lutte contre les violences faites aux femmes migrantes, afin qu'elles puissent mieux se protéger.

Pour sa part, le Secrétaire général du syndicat « SEKRIMA » interpelle les autorités compétentes à déterminer une issue, à part la suspension de l'envoi des travailleurs migrants à l'étranger. « La mise en place de Consulat honoraire dans les pays où des Malagasy travaillent fait partie des solutions à ce problème. La régularisation des agences de placement, actuellement considérées comme complices dans la traite de personnes, en constitue aussi une », avance Rémi Botodia, Secrétaire général du syndicat « SEKRIMA ». La validation des accords bilatéraux de travail (ABT) avec les pays du Golfe a été une étape franchie, tout comme les lois y afférentes prévues sortir en 2020. En attendant, le syndicat félicite les mesures concrètes déjà adoptées.

Fil infos

  • Corruption - 19 magistrats traduits en Conseil de discipline en 2020
  • Police nationale - Dotation de 550 nouveaux fusils
  • Campagne de vaccination anti-Covid-19 - Une dernière journée mouvementée
  • Fête nationale - Rappel à l'ordre nécessaire
  • Tanamasoandro - Les tracés débutent à Imerintsiatosika
  • Pont d’Ampasika - L’infrastructure menacée par l’extraction de sable
  • Examen du CEPE - Une évaluation finale avant la session officielle
  • Stade « Barea » - Le Président Andry Rajoelina réussit son pari !
  • Météo de la semaine - Température minimale à 3° Celsius pour les Hautes terres
  • Appui supplémentaire pour le Sud de Madagascar - Les Etats – Unis offrent 40 millions de dollars

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Consternation générale !
    L’Union européenne fait savoir par le biais de l’Ambassade de France qu’elle ne reconnait pas le vaccin Covishield. L’accès dans le territoire Schengen est formellement interdit à ceux ou celles qui présentent le passeport vaccinal portant le cachet Covishield. Seuls les vaccins Moderna, Pfizer, AstraZeneca et Johnson & Johnson sont accordés. Coup de bluff ou coup vache ? En tout cas, c’est la consternation générale ! Anxiété et inquiétude se mêlent dans les esprits. Madagasikara, l’un des pays ayant opté pour cet indésirable vaccin et qui vient d’achever la première phase, se trouve dans une situation d’embarras indescriptible. Evidemment, il faut s’attendre à une réaction sans détour de l’Etat malagasy. Il demande des explications à l’endroit de l’OMS et de l’UNICEF. Rappelons que Madagasikara s’inscrit dans l’initiative COVAX recommandée par les instances onusiennes ainsi que les partenaires européens. D’ailleurs, le choix a été fait en collaboration et sous la « …

A bout portant

AutoDiff