Publié dans Politique

Ville de Toamasina - A la merci des émanations gazeuses suffocantes

Publié le vendredi, 19 avril 2019

Le Président Andry Rajoelina l’a bien senti lors de ses deux récentes visites dans la ville portuaire de Toamasina. Ses habitants sont à la merci des émanations gazeuses suffocantes depuis quelque temps déjà. Le plus haut sommet de l’Etat a demandé des clarifications sur ce problème de pollution de l’air. Mais personne n’est en mesure d’identifier avec précision les vraies unités industrielles responsables. Le renforcement de la campagne de sensibilisation reste la seule option trouvée pour aider la population à faire face à la situation. Le 12 avril dernier, l’association Mitia, en charge de cette activité, a ainsi présenté aux responsables et aux autres parties prenantes, au niveau local, le résultat de ses interventions dans ce sens. Les participants ont discuté de fait des consignes de sécurité et de l’amélioration future.

Les autorités régionales d’Atsinanana ont confirmé l’existence de la fuite de gaz et d’odeur suffocante dans toute la ville et ses périphériques. Elle est particulièrement pesante en temps pluvieux. D’ailleurs, l’adjoint au maire de la commune suburbaine l’a corroboré. Un directeur a alors sollicité l’élargissement de l’espace de sensibilisation. Une requête sur l’odeur et la société émettrice doit être mise en exergue.

Le représentant de la compagnie Ambatovy a proposé une sensibilisation par SMS. Et la collaboration avec les opérateurs économiques devait être envisagée à cette fin. Aussi, l’élaboration d’un message concis exige un travail méticuleux. C’est une condition sine qua non pour la population cible. Car, il ne devrait pas être de nature à paniquer. Bon nombre d’habitants, surtout les jeunes de nos jours, font des réseaux sociaux leur premier moyen de communication et de vulgarisation des informations, d’où l’idée de transmettre et faire la sensibilisation par le biais de ces derniers. Un représentant de la compagnie Ambatovy a expliqué la nuance entre fuite de gaz et émission de gaz. Suivant ses précisions, la plupart des odeurs que nous sentons d’habitude, sont a priori dues à l’émission de gaz et non à la fuite de gaz. Quant à la sensibilisation, il a mentionné que le projet SMS est bel et bien à l’étude, d’Analamalotra à Antananambo, pour informer toute la population tous les premiers mercredis du mois. Un spot téléviser et audio est également disponible. Le comité créé pour gérer la « crise » doit en décider la diffusion.

La sensibilisation menée par l’association Mitia a touché environ 30 000 personnes réparties dans près de 10 000 foyers. Ils ont appris les dispositions à prendre en cas de fuite de gaz et les consignes de sécurité d’urgence en cas d’alerte. Plus de 10 520 individus dont les camionneurs ont été ciblés directement. Les exemplaires du prospectus contenant de simples directives ont été distribués.

L’Ecole publique primaire du dépôt Analakininina aussi est dans le viseur. Il est primordial de sécuriser les écoliers et les enseignants. Après la rencontre préalable avec la directrice de l’établissement, avalisée par le patron de la circonscription scolaire d’ailleurs, suivie d’un exercice d’évacuation d’urgence en cas de besoin, les membres du personnel ont bénéficié d’une séance de renforcement de capacité.

M.R.

Fil infos

  • Entrepreneuriat - Le Président Rajoelina partage ses secrets pour réussir
  • Arrestation de Raoul Arizaka Rabekoto  - Les autorités judiciaires se contredisent
  • Manifestation à la Réunion - Des « indignés » aux attitudes indignes !
  • Poursuite d’anciens hauts dirigeants - Les députés devant leurs responsabilités
  • Relations bilatérales Egypte-Madagascar - Les grands projets de Rajoelina séduisent Fattah Al-Sissi
  • 21ème sommet du COMESA - Le Président Rajoelina vante les mérites du numérique
  • Sècheresse à Madagascar - L’eau, un produit de luxe
  • Trafic de drogue - La Gendarmerie intercepte 600 kilos de cocaïne pure
  • Exportation de girofle - Crainte d'immixtion des spéculateurs
  • Covid-19 à Madagascar - Inquiétude et peur suite à la hausse des cas de contamination

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Come back tant redouté !
    La bête noire est là de retour. Comme il fallait s'y attendre, la 3 ème vague de la Covid-19, pas forcément du variant Delta, frappe à nos portes et entre sans avoir été conviée. Elle contamine déjà certaines localités du pays. Tout commençait à Ivato lors du premier débarquement du premier vol en provenance de l'Europe ce 6 novembre. Deux cas importés ont été constatés après les tests et contrôles d'usage parmi les passagers. Ce retour pour la troisième vague de la Covid-19 relance le débat sur la pertinence ou non de la réouverture des frontières. Nous étions tous témoins de la forte la résistance des détenteurs du pouvoir, au sommet de l'Etat, concernant l'éventuelle réouverture de notre ciel au trafic international. On garde encore vive dans les mémoires la virulence de la toile quand Iavoloha accorda une dérogation spéciale d'entrée sur le territoire de trois vols conduisant des passagers…

A bout portant

AutoDiff