Publié dans Politique

Claudine Razaimamonjy - De nouveau devant la barre hier

Publié le mercredi, 21 août 2019

Au lendemain de sa condamnation à 7 ans de travaux forcés par la Cour criminelle ordinaire du pôle anti – corruption (PAC), Claudine Razaimamonjy a de nouveau été appelée devant la barre. En effet, cette ex – conseillère de l’ancien Président Hery Rajaonarimampianina devait répondre à un nouveau chef d’accusation relatif à un marché fictif. Cette fois – ci, la milliardaire est poursuivie dans le détournement de subvention destinée à la Commune de Mahasoabe, dans la Région Haute Matsiatra. L’intitulé du marché fictif était la rénovation du bureau de la commune concernée avec le déblocage d’un montant s’élevant à 145 millions d’ariary. La somme en question a été virée depuis le compte de la commune vers celui d’une entrepreneure, dénommée Nelly Razanamalala. Une transaction a été effectuée le 20 octobre 2014. Le lendemain, c'est-à-dire le 21 octobre, la somme de 116 millions d’ariary a été virée vers le compte de Claudine Razaimamonjy tandis que le reste soit la somme de 28 millions d’ariary est restée sur le compte de l’entrepreneure. Lesdits travaux de rénovation n’ont pourtant eu lieu qu’en 2015. Le délit de marché fictif est donc plus que flagrant  puisque le coût des travaux qui n’ont pas encore démarré a été déjà payé. Pour se défendre, l’accusée a avancé que la somme virée dans son compte par la Dame Nelly n’est autre que le remboursement d’un prêt qu’elle lui  a accordé. « J’ai dépanné beaucoup de personnes dont Nelly. Je croyais que ce virement m’est destiné pour le remboursement », a expliqué Claudine Razaimamonjy. A la question du président si elle connait que cette dame est aujourd’hui en fuite, Claudine Razaimamonjy répondait par la négation en arguant qu’elle était toujours en prison.
 Un suspect recherché
 Durant le procès d’hier, Claudine Razaimamonjy a comparu avec d’autres suspects dont le maire et le secrétaire comptable de la commune de Mahasoabe. L’entrepreneure Nelly Razanamalala à, quant à elle, répondu absent et demeure encore recherchée. Aucun verdict n’a encore été prononcé à l’issue du procès. En attendant la décision de la justice sur cette affaire, le maire et le secrétaire comptable ont pu recouvrir leur liberté tandis que la propriétaire de l’A&C Ivato a repris le chemin de la prison d’Antanimora où elle est incarcérée depuis près de deux ans. Auparavant, Claudine Razaimamonjy a séjourné à la prison pour femmes sise à Manjakandriana. Faut – il rappeler qu’avant-hier, cette opératrice a déjà été condamnée à écoper une peine de 7 ans de travaux forcés pour corruption et doit s’acquitter d’une amende de 100 millions d’ariary. Une peine qui pourrait encore s’alourdir à en croire le nombre de dossiers qui pèsent sur elle. Notons qu’elle a été jugée coupable de complicité dans une première affaire de détournement de derniers publics. Après ce nouveau procès, deux autres dossiers attendent encore la milliardaire qui, selon les dernières nouvelles, se serait déjà vu saisir certains de ses biens. Plus d’un observateur espère que cette opératrice ne sera pas la seule à être égratignée dans ces affaires de détournement de derniers publics dans lesquels les noms de plusieurs anciens hauts responsables, dont un ex – Premier ministre, ont été cités.
 Sandra R.

Fil infos

  • Covid-19 - Le rebond de l’épidémie à l’étranger doit interpeller les Malagasy
  • Session ordinaire de l’Assemblée nationale - Les dossiers transmis par la HCJ au menu
  • Tournée présidentielle dans le Nord - Sambava, premier bénéficiaire du CVO plus
  • Renforcement du système de santé à Madagascar - Deux hélicoptères médicaux de la Russie
  • Axe Ambilobe - Vohémar - L'inauguration prévue dans 8 mois
  • Arrestation du député Leva - Son épouse parlementaire en flagrant délit
  • Fin de mandat - Rivo Rakotovao rêve d’une prolongation utopique
  • Palais d’Anosikely - Des sénateurs récalcitrants veulent rester à tout prix !
  • Rapatriement - Arrivée d’une énième vague
  • Manifestation populaire à Vohilava - La CNIDH interpelle les autorités étatiques

Editorial

  • Dans le top 10
    L’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (ONU) consacra la date du 15 septembre en « Journée internationale de la démocratie ». Madagasikara, pays membre, tenait à la célébrer et ce en dépit des restrictions imposées par la pandémie de Covid-19.En 2016, sur la base de « l’indice de démocratie », Madagasikara se positionnait au 103ème rang mondial sur 167 pays. En janvier 2020, selon le nouveau rapport établi par l’« Economist Intelligence Unit » (EIU), la Grande île a gagné 6 points, ce qui le place dans le top 10 des pays africains. A l’issue des élections de 2018-2019 et en se basant sur le processus électoral, Madagasikara s’est attribué la mention de « bon élève » et obtient la note de 7,92 sur 10 alors qu’entre 2009 et 2014, le pays avait en dessous de 4. Des progrès notables ont été constatés mais beaucoup d’efforts restent encore à…

A bout portant

AutoDiff