Publié dans Politique

Election municipale à Antananarivo - La course à la mairie au masculin

Publié le lundi, 23 septembre 2019

Le successeur de Lalao Ravalomanana à la tête de la Commune urbaine d'Antananarivo sera un homme. Sur les 5 postulants, aucune femme ne figure donc en liste sur la ligne de départ de la course à la mairie d'Antananarivo. Dans cette liste figure notamment Faniry Alban Rakotoarisoa (APM), Feno Harison Andriajoelina (Indépendant), Tahiry Ny Riana Andriamasinoro (TIM), Naina Andriantsitohaina (Isika rehetra miaraka amin'i Andry Rajoelina) et Eliace Ralaiarimanana (Indépendant).

 

Contrairement à l'élection municipale de 2015 qui avait enregistré la participation de cinq femmes, la réalité est donc tout autre cette année 2018 à Madagascar. En 2015, la parité homme/ femme avait été respectée. Sur les 10 candidats en course à la mairie, la moitié était des représentantes de la gent féminine. Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo, Harilala Ramanantsoa, Lalao Ravalomanana, Lalatiana Ravololomanana, Nicole Véronique Rajerison, étaient dans les starting- blocks lors de la dernière course à la mairie de la municipalité d'Antananarivo.

Quatre ans plus tard, aucune femme n'a osé se porter candidate à la mairie de la municipalité d'Antananarivo. Et pourtant, les conditions d'éligibilité énoncées dans les textes électoraux sont conformes autant pour les hommes que les femmes. Pourquoi aucune femme ne s'est intéressée à ce poste? Se sentent-elles incompétentes? Où sont-elles incapables financièrement ? Ces questions restent sans réponses. Notons que, depuis l'indépendance jusqu'à ce jour, la ville d'Antananarivo n'a eu qu'une seule femme comme maire en la personne de Lalao Ravalomanana de 2015 à 2019. Pour la prochaine mandature, les Tananariviens n'auront pas pour le moment la chance d'être dirigés par une femme.

Dans d'autres anciens chefs-lieux de province, la situation est similaire à Antananarivo. La Commission électorale nationale indépendante devra publier incessamment la liste officielle des candidats retenus, conformément à la loi électorale en vigueur à Antananarivo. Sauf erreur et sauf changement, aucune candidature féminine n'a été enregistrée dans les Communes urbaines d'Antsiranana I, de Mahajanga I, de Toamasina I et de Toliara I.  La Commune urbaine de Fianarantsoa est la seule à ressortir du lot avec deux candidatures féminines enregistrées.  Pour quelques observateurs, il s'agit d'une reculade. Une preuve supplémentaire que le chantier de la participation politique des femmes dans le pays est vraiment énorme, qu'il y a fort à faire pour renverser la tendance ou convaincre même les concernées à monter au créneau.

Recueillis par Lalaina A.

Fil infos

  • Descente inopinée à la maison de force de Tsiafahy - Le traitement de faveur de Mbola Rajaonah démasqué
  • Lutte contre la malnutrition - L'usine promise par le Président de la République embarquée
  • Assassinat de Danil Radjan - Des révélations de la famille en vue 
  • Sénatoriales - Sans surprise, le parti TIM officialise son boycott
  • Extradition de Raoul Arizaka Rabekoto - La partie malagasy attend la réaction des autorités françaises et suisses
  • Encadrement juridique des élections - La CENI avance des « amendements »
  • Détournements à la CNAPS - L’Exécutif amorphe contre Raoul Arizaka Rabekoto
  • Palais d'Iavoloha - L'ambassadeur « malgachophone » fait ses adieux
  • Carburants - L’Etat doit encore 83 milliards d’ariary aux pétroliers
  • KMF-CNOE – Etat malagasy - Le Conseil d’Etat se déclare incompétent

Editorial

  • En avant, la relance !
    Le pays suffoque. L'économie s'agenouille. La pandémie de Covid-19, la faucheuse, menace toujours. C'est dans une telle atmosphère moribonde que le peuple malagasy est appelé à avancer, à relever ensemble le défi de la relance. L'Etat desserre l'étau du confinement. Apparemment, le bilan de la Covid s'améliore au fil des jours. Le nombre de décès diminue considérablement jusqu'à descendre à zéro ces derniers jours. Certes, le bilan des nouveaux cas de contamination continue à garder son rythme mais les chiffres restent modérés jusqu'alors. Raison pour laquelle les décideurs politiques au niveau de l'Etat osent prendre des mesures courageuses dans le sens du déconfinement. Il en faut bien du fait que tout le pays risque de payer trop cher le coût d'un confinement continu.

A bout portant

AutoDiff