Publié dans Politique

Jacques Chirac - Mémoire d’une visite historique à Madagascar

Publié le jeudi, 26 septembre 2019

L’ancien président français Jacques Chirac a tiré sa révérence hier à l’âge de 86 ans. Le décès de ce grand homme politique est l’occasion pour la presse française de rappeler les moments forts et importants de l’histoire qu’il a marquée. Pour le cas de Madagascar, les souvenirs de Jacques Chirac remontent à près d’une quinzaine d’années, plus précisément lors de sa visite officielle dans le pays les 21 et 22 juillet 2005. D’ailleurs, nombreux sont les Malagasy lambda de cette génération à se remémorer l’arrivée de  cette grande figure de la politique française à Mahajanga.

Après un accueil chaleureux des habitants de la ville des fleurs, il avait alors assisté à la pose de la première pierre de la réhabilitation du marché de Marolaka, financée par l'Agence française de développement (AFD) avant de rallier la Capitale. A cette époque, il fut alors le 2ème Chef d’Etat français à faire le déplacement dans la Grande île après l’indépendance. Il a marché sur les traces de François Mitterrand qui est venu à Madagascar en 1989 tandis que son homologue Charles de Gaulle avait proclamé officiellement l’indépendance du pays en 1958.

Officiellement, l’appui à la politique de démocratisation, de décentralisation et d'ouverture économique ainsi que le renforcement de la coopération économique bilatérale entre les deux pays furent les principaux objets de cette visite.

Moments douloureux de la répression coloniale

Mais de manière officieuse, ce déplacement dans une ancienne colonie était qualifié de « visite de la réconciliation » par la presse de l’époque. En effet, la France n’a reconnu que tardivement la prise de pouvoir de Marc Ravalomanana en 2002. Une arrivée à la Présidence qui fut précédée par une grande crise politique de plusieurs mois et ayant fait de nombreux morts. D’ailleurs, le Gouvernement français a répondu absent lors de la cérémonie d’investiture du fondateur du « Tiako i Madagasikara » à Mahamasina.

Jacques Chirac fut d’ailleurs parmi les rares personnalités françaises à avoir reconnu le caractère inacceptable des « répressions engendrées par les dérives du système colonial » en 1947. Il avait alors fait allusion à la répression violente par l'armée française contre le mouvement d’insurrection anticoloniale des nationalistes malagasy.  Un combat qui avait fait plusieurs dizaines de milliers de morts.

Pour sa part, Marc Ravalomanana s’était attiré la foudre des nationalistes invétérés et avait été la cible de nombreuses critiques pour ses propos déplacés sur le sujet. Interrogé par les journalistes sur cette période sombre de l’histoire de Madagascar, le Président  avait tout simplement rétorqué qu’il n’était pas encore né en 1947.  

S.R.

Fil infos

  • Entrepreneuriat - Le Président Rajoelina partage ses secrets pour réussir
  • Arrestation de Raoul Arizaka Rabekoto  - Les autorités judiciaires se contredisent
  • Manifestation à la Réunion - Des « indignés » aux attitudes indignes !
  • Poursuite d’anciens hauts dirigeants - Les députés devant leurs responsabilités
  • Relations bilatérales Egypte-Madagascar - Les grands projets de Rajoelina séduisent Fattah Al-Sissi
  • 21ème sommet du COMESA - Le Président Rajoelina vante les mérites du numérique
  • Sècheresse à Madagascar - L’eau, un produit de luxe
  • Trafic de drogue - La Gendarmerie intercepte 600 kilos de cocaïne pure
  • Exportation de girofle - Crainte d'immixtion des spéculateurs
  • Covid-19 à Madagascar - Inquiétude et peur suite à la hausse des cas de contamination

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Come back tant redouté !
    La bête noire est là de retour. Comme il fallait s'y attendre, la 3 ème vague de la Covid-19, pas forcément du variant Delta, frappe à nos portes et entre sans avoir été conviée. Elle contamine déjà certaines localités du pays. Tout commençait à Ivato lors du premier débarquement du premier vol en provenance de l'Europe ce 6 novembre. Deux cas importés ont été constatés après les tests et contrôles d'usage parmi les passagers. Ce retour pour la troisième vague de la Covid-19 relance le débat sur la pertinence ou non de la réouverture des frontières. Nous étions tous témoins de la forte la résistance des détenteurs du pouvoir, au sommet de l'Etat, concernant l'éventuelle réouverture de notre ciel au trafic international. On garde encore vive dans les mémoires la virulence de la toile quand Iavoloha accorda une dérogation spéciale d'entrée sur le territoire de trois vols conduisant des passagers…

A bout portant

AutoDiff