Publié dans Politique

Désengorgement des prisons - Début des audiences foraines à partir du 21 octobre

Publié le jeudi, 17 octobre 2019

Dans trois jours ! Le processus de désengorgement des prisons de la Grande île démarre sur les chapeaux de roues. D'après la décision prise en Conseil des ministres avant - hier, les audiences foraines annoncées par le Président de la République, Andry Rajoelina, débuteront le 21 octobre, lundi prochain plus précisément, à Antananarivo. Le processus s'étendra par la suite dans les régions. L'objectif principal est de débloquer la situation de surpopulation carcérale qui concerne toutes les prisons du pays.

 

Faut - il rappeler que les consignes du Président insistent sur le traitement des affaires impliquant les simples délits et ce, afin de poursuivre la procédure judiciaire des détenus qui attendent leur jugement depuis plusieurs années. Le Chef de l'Etat a également mis l'accent sur la nécessité de mettre en place une justice équitable. Pour ce faire, il interpelle fortement les magistrats en vue d'appliquer des sanctions pénales adéquates contre les auteurs de crimes, ainsi que de faire la distinction avec les simples délits. Pour ce 2ème cas, des sanctions plus clémentes sont requises au lieu de la peine d'emprisonnement qui devrait être le lot des grands criminels.

Des décisions …injustes

Rappelons l'exemple du Président, concernant le cas des voleurs de poules qui croupissent pendant de nombreuses années en prison. En revanche, il y a les auteurs de détournement de derniers publics ou encore des assassins qui arrivent encore à se soustraire à la Justice ou à bénéficier d'une entière liberté sans être inquiétés. Le recours abusif à la détention provisoire constitue aussi le principal raison de la surpopulation dans les prisons malagasy. Un autre point qui a fait l'objet de nombreuses interpellations de la part des organisations œuvrant dans la protection des droits de l'homme. D'après les statistiques, 60% des détenus attendant leur procès dans les maisons carcérales sont impliqués dans des affaires de délits mineurs.  

La Rédaction

Fil infos

  • « Sosialim – bahoaka » sur fond de contestation - Les Forces de l’ordre soupçonnent des troubles intentionnels
  • Conjoncture - Andry Rajoelina va au-devant d’une population mécontente
  • Dénigrement du régime Rajoelina - Amnésie internationale s’en mêle !
  • MATP - Chasse aux remblais illicite
  • Attachement au principe de souveraineté - Tentative de meurtre médiatique à l’endroit d’Andry Rajoelina
  • Magouilles dans la distribution d'aides sociales - Le Président Andry Rajoelina avertit les chefs de Fokontany
  • « Sosialim - bahoaka » à Antananarivo - Les aides de l'Etat s'enchaînent dans les 6 Arrondissements
  • Remaniement imminent - Qu'un vrai leader soit à la tête du ministère
  • Ministère de la Défense nationale - Mise en garde contre toute désinformation
  • Finance publique - Un cours magistral, signé Rindra Rabarinirinarison

La Une

Editorial

  • Bons réflexes
    A la guerre comme à la guerre ! On se défend par tous les moyens. On attaque sans état d’âme. Un seul objectif : la défaite de l’ennemi.Depuis le 20 mars 2020, le pays va en guerre. Etant une île et se gardant l’idée de s’immiscer dans les affaires des autres (Etats), Madagasikara n’est pas censé faire la guerre sauf qu’en cas exprès d’invasion étrangère. Toujours fidèle au sacro-saint principe de Non-alignement et de la Non-immixtion dans les affaires d’autrui, la République de Madagasikara joue la carte de la neutralité. Toutefois, la République Malagasy dispose d’une Armée et se réserve le droit de riposter contre toute attaque de quelque nature que ce soit. Quoi qu’il en soit, l’Armée offre ses compétences pour prêter main-forte en cas de nécessité dans l’intérêt supérieur de la Nation. La guerre que nous menons, en ce moment, est une guerre atypique sinon insolite mais virulente.…

A bout portant

AutoDiff