Publié dans Politique

Iles éparses - Macron opte pour une « cogestion »

Publié le mercredi, 23 octobre 2019

« Que les îles éparses fassent l’objet d’un traitement commun ». Voici la position privilégiée par la France. Pour des analystes, il s’agirait d’une autre manière de parler de cogestion des îles éparses. Au cours d’une visite hier matin sur l’île principale des « îles Glorieuses, la « Grande Glorieuse », le Président français Emmanuel Macron a tenu à rappeler que les îles Eparses étaient françaises. « Ici c’est la France, c’est notre fierté notre richesse », rajoutant, « Ce n’est pas une idée creuse. Les scientifiques et les militaires qui sont là le rappellent. La France est un pays archipel, un pays monde. On porte une conscience universelle. On n’est pas là pour s’amuser mais pour bâtir l’avenir de la planète. Ce que nous préservons ici aura des conséquences sur les littoraux y compris dans l’hexagone ».

 

Répondant à une question sur la souveraineté de la France sur ces îles, le Chef de l’Etat français, affirme souhaiter que ces îles fassent « l’objet d’un traitement commun avec Madagascar dans une perspective de développement durable », soulignant que « Le modèle de développement malgache ne peut pas être antagoniste avec la prise de conscience qui est la nôtre sur les enjeux de développement climatique ». La notion de restitution n’a jamais été évoquée. Rappelant également que la France a signé la charte de la biodiversité, le Président Macron affirme avoir pris la décision de classer en réserve naturelle nationale « la Grande Glorieuse ». « L’ensemble des Eparses a aussi vocation à l’être. Ce qui est bon pour nos territoires est bon pour nos partenaires », précise-t-il. Selon le numéro Un français, « La France est prête à s’engager. Vis-à-vis de nos partenaires dans l’océan Indien, la présence et la souveraineté française ont permis d’éviter l’exploitation prédatrice des mers. Nous devons réussir à les engager dans un agenda commun. La France peut être un partenaire plutôt qu’un rival ».

Madagascar revendique sa souveraineté sur les îles éparses, devenues Terres australes et antarctiques françaises (TAAF) en 2007.  « Madagascar et les îles qui en dépendent » avaient été rattachées à la France au moment où Madagascar a été faite colonie française. A l’indépendance du pays, ces îles n’ont pourtant pas été restituées à la Grande île. L’Organisation de l’unité africaine (OUA, ancêtre de l’Union africaine) a invité en 1978 la France à rétrocéder ces îles. Dans la foulée, l’Assemblée générale des Nations Unies avaient adopté deux résolutions non contraignantes en 1979 et 1980, invitant la France à entamer des discussions entre la France et l’Etat malgache. Des résolutions jamais suivies de faits. En mai dernier, les Présidents malgache Andry Rajoelina et français Emmanuel Macron ont décidé de reprendre les discussions sur ces îles, par la mise en place d’une commission mixte afin d’aboutir à une solution consensuelle d’ici juin 2020. Gestion ou restitution, étaient les options. La France semble avoir sa préférence. La question se pose, quid de la mise en place de cette commission mixte à l’heure actuelle ?

La Rédaction

 

Fil infos

  • Rapatriement des Malagasy - Priorité aux personnes vulnérables
  • Covid-19 à Madagascar - 9.000 contaminés guéris en un mois
  • Site de la MBS à Anosipatrana - La CUA veut reprendre son bien
  • Etat d’urgence sanitaire - Allègement du confinement à Analamanga - Rapatriement des Malagasy bloqués à l’étranger - Ouverture conditionnée de Nosy Be au tourisme international - Plan social pour les employés du secteur privé
  • Concentrateurs d’oxygène importés - Le Président réceptionne la première livraison à Ivato
  • Collectif des opposants - Un mouvement mort-né !
  • Coronavirus - Le Président met l’accent sur l’objectif « zéro décès »
  • La presse en deuil - Décès de Salomon Ravelontsalama
  • Lutte contre la Covid-19 - Quid du sens de la responsabilité citoyenne ?
  • Nouvelle organisation pour le « Vatsy Tsinjo » - Du porte-à-porte pour renouveler la liste des bénéficiaires

La Une

Editorial

  • FDS sur la pente raide !
    Dérapages. Débordements. Dérives. Bavures. Et puis quoi encore ! Les mots manquent pour décrire les mésaventures et souvent meurtrières des éléments de la Force de défense et de la sécurité (FDS) du pays. Des actes totalement indignes des valeurs morales et diamétralement opposés à l'éthique que l'Armée et la Police nationale entendent véhiculer.

A bout portant

AutoDiff