Publié dans Politique

Andry Rajoelina à l'EPP Ampefiloha - Lancement d'un « Rakibolana » pour les écoliers malagasy

Publié le mercredi, 06 novembre 2019

Une grande première dans les annales de l'éducation nationale. Le Président Andry Rajoelina vient de lancer un « Rakibolana » de 800 pages destiné à tous les écoliers malagasy du cycle primaire et secondaire. Les premiers exemplaires de cet ouvrage éducatif en deux langues (malagasy et français) ont été distribués par le Chef de l'Etat hier au cours d'une visite à l'EPP Ampefiloha Ambodirano. Avec l'en-tête de la République en guise de couverture, l'ouvrage comporte un mot du Président en préface. « Ce Rakibolana permettra aux élèves malagasy de mieux maîtriser la langue malagasy », a déclaré le Président. Conformément à l'un de ses « Velirano », l'homme fort du pays tient à promouvoir le milieu de l'éducation à Madagascar.

 

Ce fut l'occasion pour le locataire d'Iavoloha de procéder à une remise de kits scolaires pour les jeunes écoliers de cet établissement en cette rentrée pour l'année scolaire 2019 - 2020. Des kits composés de cahiers, de stylos et de cartables. Les élèves qui sont en classe d'examen se sont également vu remettre de tablettes interactives. Des dons que vont également bénéficier les autres élèves des quatre coins de l'île.

Allègement des dépenses parentales

Concernant les droits d'entrée, le Président a réitéré que l'inscription est gratuite. Pour le cas des parents de l'EPP Ampefiloha Ambodirano, il prendra également en charge les dépenses liées au salaire des enseignants FRAM. Ainsi, les parents qui ont déjà payé seront remboursés. Les parents des familles nombreuses qui n'ont pu scolariser qu'un seul enfant se verront également obtenir l'aide du Président pour assurer l'intégration de leurs progénitures à l'école. Durant sa visite, le Président a constaté qu'une grande majorité des élèves étaient pieds - nus. Il a donc promis de doter prochainement ces élèves de souliers et de tabliers ainsi que tous les autres écoliers de la Grande île.

Le choix de l'EPP Ambodirano pour démarrer cette visite des écoles publiques de la Capitale n'est pas fortuit. Le Président Andry Rajoelina a confié que pendant sa candidature aux élections municipales en 2007, il avait obtenu 100% des voix dans l'un des bureaux de vote au sein de cette EPP. « Ce score m'a particulièrement marqué jusqu'à maintenant et je suis venu ici pour répondre à cet amour à 100% », a déclaré le Chef de l'Etat.

Le Président de la République a également écouté les desiderata des 8 enseignants FRAM qui sont pris en charge par les parents. Afin de réduire les dépenses des parents, ces enseignants ainsi qu'un gardien seront désormais intégrés en tant que fonctionnaires.

La Rédaction

Fil infos

  • JIRAMA - Les impayés des fournisseurs s’élèvent à 1 000 milliards d’ariary
  • Etat de droit - « Le système judiciaire est corrompu »
  • Affaire de Vohilava Mananjary - Les raisons du mécontentement de la population
  • Sénatoriales - Le CNOE se plie à la décision de la HCC
  • Situation sanitaire à Madagascar - L’état d’urgence levé, la prudence exigée
  • Arrêt de l’exploitation aurifère à Vohilava - La Société civile exige des sanctions contre la société fautive
  • Association AFF - Fondation - VISEO Ensemble pour un renouveau de l’éducation
  • Décret de convocation du collège électoral - La HCC déboute Rivo Rakotovao et les sénateurs
  • Marc Ravalomanana - Un indécrottable mauvais payeur
  • Vol de marchandises d'1 milliard Ar - Quand la politique entre dans le prétoire…

Editorial

  • Bataille acquise !
    Zéro décès, nombre de contaminés en traitement stationnaire. Le Président Rajoelina est en passe de gagner son pari, son combat. C’est le cas de le dire, il a pris la lutte contre la pandémie de Covid-19 pour « son » combat, défi et pari personnel. Il a de quoi à être fier ! L’Etat met fin à l’état d’urgence sanitaire. Pour un Chef d’Etat, perdre ou gagner la bataille contre la Covid-19 équivaut à perdre ou gagner son combat politique personnel. La mauvaise gestion de la réponse à la pandémie traduit un échec politique d’un dirigeant qui va perdre, de fait, la confiance de son peuple. Le cas risque de se produire quelque part en Amérique en cette veille de l’élection présidentielle du 3 novembre prochain.

A bout portant

AutoDiff