Publié dans Politique

Chanson « Drako hely » - La phrase de tous les dangers !

Publié le lundi, 18 novembre 2019

Certains se sont emballés tandis que d’autres se sont lancés dans des débats tendancieux et souvent stériles à la note sortie par le ministère de la Communication relative à la censure du titre « Drako hely » de Rijade. Il est certain  qu’avant de prendre cette décision, le ministère a murement décortiqué les paroles du titre en question. Il s’agit d’une composition en dialecte sakalava avec  certes beaucoup de nuances.

Le mot « Drako » est exclusivement utilisé par le sexe féminin dans la partie nord de la Grande île pour désigner une amie ou voisine ou encore une proche et littéralement « hely » signifie petite ou  en termes d’âge cadette. Les femmes ou les filles dans la partie septentrionale de la Grande île disent par exemple  « akôry drako » pour se saluer.

Pour revenir à la composition de Rijade « Drako hely » peut évoquer la jeunesse laquelle, en général, rime avec la beauté.  Il n’y a pas de ce fait le moindre mal  quand elle dit dans sa chanson que « Jaolahy be » pour ainsi dire aucun homme  ne résiste à « drako hely ». Mais là où ses paroles dans sa chanson suscitent des controverses c’est quand notre artiste dit à l’endroit des descendantes d’Eve que si elles savent bien se servir de « drako hely », lequel mot en ce moment-là prend un autre sens,  elles ne sont pas obligées  d’aller à l’école pour voir les Etats-Unis (USA). En somme, pour réussir dans la vie. C’est dans cette phrase que réside le danger dans la mesure où elle incite réellement  à la débauche.

A l’heure où les parents se donnent tout le mal du monde pour envoyer leurs progénitures à l’école en vue d’un avenir radieux et que les dirigeants du pays encouragent l’éducation en construisant des écoles et en distribuant des kits scolaires, l’artiste Rijade peut-être bien sans le vouloir dans sa chanson incite les jeunes filles à se détourner du chemin de l’école. Un raiamandreny de la ville de Nosy Be qui nous a contacté hier a dit nous citons : « les parents digne de ce nom  qui trouvent que les paroles de la chanson « drako hely » de Rijade ne sont pas à blâmer n’ont peut-être pas de filles ». Nous n’allons pas pour autant condamner Rijade car c’est une artiste et  il se peut qu’elle n’ait pas mesuré les conséquences désastreuses de sa composition. Elle doit savoir qu’en tant qu’artiste elle a un rôle éducatif à jouer et surtout doit préserver la culture malagasy. Il n’est jamais trop tard pour bien faire et l’erreur est humaine.

 A.Lepêcheur

Fil infos

  • Coronavirus - Le Président met l’accent sur l’objectif « zéro décès »
  • La presse en deuil - Décès de Salomon Ravelontsalama
  • Lutte contre la Covid-19 - Quid du sens de la responsabilité citoyenne ?
  • Nouvelle organisation pour le « Vatsy Tsinjo » - Du porte-à-porte pour renouveler la liste des bénéficiaires
  • Ministère de l'Economie et des Finances - Sept nominations dont un directeur du budget
  • Lutte contre la Covid-19 - Dix concentrateurs d’oxygène remis à Fianarantsoa par le Chef de l’Etat
  • Double explosion à Beyrouth - Une ressortissante malagasy parmi les victimes
  • « Sosialim – bahoaka » sur fond de contestation - Les Forces de l’ordre soupçonnent des troubles intentionnels
  • Conjoncture - Andry Rajoelina va au-devant d’une population mécontente
  • Dénigrement du régime Rajoelina - Amnésie internationale s’en mêle !

Editorial

  • Crise démentielle !
    Décidément, la crise sanitaire ne suffit pas. Il nous en faut encore d’autres. La crise de jalousie et la maladie de nostalgie rongent les esprits égarés des meneurs du Rodoben’nympanohitra ho amin’nydemokrasiaeto Madagasikara (RMDM), une plateforme regroupant les déchus du pouvoir et les déçus de leurs propres prestations lors des derniers scrutins. L’arrivée de Rajoelina Andry Nirina, par la voie royale des urnes, dérangent les ratés de la politique du pays. Le nouvel homme fort du pays fait naître auprès de ses adversaires une profonde jalousie. Le jeune Président, la quarantaine, gêne. Les adversaires déclarés, des quinquagénaires, des sexagénaires et même un certain septuagénaire n’admettent point leurs défaites. Ils ne veulent rien savoir ! La bande à Tsarahamy ne tolère, à jamais, la victoire éclatante du jeune Rajoelina. Le soutien populaire qu’il bénéficie rend malade. La crise de jalousie, tellement profonde et virulente, déclenche une autre crise beaucoup plus inquiétante,…

A bout portant

AutoDiff