Publié dans Politique

Parti HVM - Plus de raison d'être

Publié le lundi, 02 décembre 2019

Silence électorale pour le parti Hery Vaovaon'i Madagasikara (HVM) depuis sa défaite cuisante, lors de la dernière élection présidentielle de 2018. Ce parti ne participe pas aux élections, perdant ainsi sa raison d'être. Ses quelques membres restants s'abritent au Sénat, le temps d'organiser les futures sénatoriales.

 

La conquête du pouvoir par les urnes. Tel est le principal objectif et raison d'être d'un parti politique légalement constitué et digne de ce nom. Les grands partis politiques du pays y ont passé, comme le PSD, l'AREMA, le TIM, le MAPAR. Le parti HVM a brillé le temps d'un mandat, le temps de sa création pour les besoins du moment. Durant ce mandat, les députés HVM étaient quasi invisibles. Seule la Chambre haute abritait un panel de sénateurs HVM.

En faisant le bilan de l'année écoulée, l'on arrive à la conclusion inévitable de la mort lente de ce parti. Sa dernière participation aux élections est la présidentielle de 2018. Ayant obtenu un score minable lors du premier tour, ce parti a presque disparu du paysage politique malagasy. Créé au lendemain de l'élection de Hery Rajaonarimampianina, c'est également au lendemain de son élimination dès le 1er tour des élections présidentielles, cinq années plus tard, que le HVM disparaissait de la circulation. Aucun baron de ce parti ne s'est présenté sous ses couleurs lors des dernières élections législatives. Une débâcle qui s'est poursuivie aux dernières élections communales et municipales. Du moins dans les grandes villes du pays, aucun candidat HVM n'était visible.

Etant refoulé par les électeurs à plusieurs reprises, élections présidentielles et législatives, ce parti est forcé de rester en retrait durant les communales et municipales. Ce qui ne présage rien de meilleur pour son avenir politique. En effet, viendront les élections sénatoriales où maires et conseillers municipaux seront les grands électeurs. Le parti HVM disparaîtra définitivement du paysage politique malagasy après les sénatoriales. Ni Hery Rajaonarimampianina, ni Rivo Rakotovao ne pourront changer la donne, quoi qu'ils fassent, quoi qu'ils disent.

Durant leur mandat, par la force du hasard ou par chance, c'est selon, ils n'ont pas su gagner la confiance de la population en général, des électeurs en particulier. Gagner cette confiance constitue une bataille de tous les jours, par la force du travail, en créant du travail, en renforçant la sécurité des personnes et de leurs biens. Mais rien ne fut. Au contraire, ils se sont distingués par des scandales politiques ou financiers qui se poursuivent jusqu'à maintenant. Les futures sénatoriales sonneront ainsi le glas pour ce parti une bonne fois pour toutes, en n'ayant plus d'élus dans ses rangs.

Fil infos

  • Code de la communication médiatisée - La boucle est bouclée
  • Flambée des cas de Covid-19 en Europe - Crainte sur la réouverture du ciel malagasy !
  • Maire d’Antananarivo - Le grand « moral » de Naina Andriantsitohaina
  • Sénatoriales - De quoi a peur le Groupe du Panorama ?
  • Affaire Raoul Arizaka Rabekoto - L'INSCAE réagit et précise
  • Tovonanahary Rabetsitonta sur la pandémie - « Les mesures préconisées par l'Etat malagasy ont été efficaces »
  • Covid-19 - Le PM expose le cas malagasy à l'AG des Nations unies
  • Descente inopinée à la maison de force de Tsiafahy - Le traitement de faveur de Mbola Rajaonah démasqué
  • Lutte contre la malnutrition - L'usine promise par le Président de la République embarquée
  • Assassinat de Danil Radjan - Des révélations de la famille en vue 

Editorial

  • Immunité et impunité !
    Le régime MAPAR de Rajoelina Andry Nirina s’investit énormément. En moins de deux ans au pouvoir, d’immenses progrès s’inscrivent déjà sur le tableau des résultats. D’énormes efforts ont été consentis et continuent afin d’exécuter, à la lettre, les termes du « Velirano ». Mais, beaucoup reste à faire et le parcours, encore loin et long, parsemé d’embûches, s’annonce âpre et éreintant. Du courage, de la volonté et de la bravoure, il en faut certainement.Le combat contre toute forme de malversation est une lutte de longue haleine. En dépit des tirs aveugles des détracteurs, la bataille bat son plein. Durant la campagne électorale, le candidat n°13 s’était engagé fermement à lutter contre la corruption comme étant la base de toute action destructive. En tandem du mal avec l’impunité, la corruption résiste. Et quand l’impunité croise en chemin l’immunité, le combat se corse davantage. Conscient de l’effet dévastateur, de la gravité sinon…

A bout portant

AutoDiff