Publié dans Politique

Parti HVM - Plus de raison d'être

Publié le lundi, 02 décembre 2019

Silence électorale pour le parti Hery Vaovaon'i Madagasikara (HVM) depuis sa défaite cuisante, lors de la dernière élection présidentielle de 2018. Ce parti ne participe pas aux élections, perdant ainsi sa raison d'être. Ses quelques membres restants s'abritent au Sénat, le temps d'organiser les futures sénatoriales.

 

La conquête du pouvoir par les urnes. Tel est le principal objectif et raison d'être d'un parti politique légalement constitué et digne de ce nom. Les grands partis politiques du pays y ont passé, comme le PSD, l'AREMA, le TIM, le MAPAR. Le parti HVM a brillé le temps d'un mandat, le temps de sa création pour les besoins du moment. Durant ce mandat, les députés HVM étaient quasi invisibles. Seule la Chambre haute abritait un panel de sénateurs HVM.

En faisant le bilan de l'année écoulée, l'on arrive à la conclusion inévitable de la mort lente de ce parti. Sa dernière participation aux élections est la présidentielle de 2018. Ayant obtenu un score minable lors du premier tour, ce parti a presque disparu du paysage politique malagasy. Créé au lendemain de l'élection de Hery Rajaonarimampianina, c'est également au lendemain de son élimination dès le 1er tour des élections présidentielles, cinq années plus tard, que le HVM disparaissait de la circulation. Aucun baron de ce parti ne s'est présenté sous ses couleurs lors des dernières élections législatives. Une débâcle qui s'est poursuivie aux dernières élections communales et municipales. Du moins dans les grandes villes du pays, aucun candidat HVM n'était visible.

Etant refoulé par les électeurs à plusieurs reprises, élections présidentielles et législatives, ce parti est forcé de rester en retrait durant les communales et municipales. Ce qui ne présage rien de meilleur pour son avenir politique. En effet, viendront les élections sénatoriales où maires et conseillers municipaux seront les grands électeurs. Le parti HVM disparaîtra définitivement du paysage politique malagasy après les sénatoriales. Ni Hery Rajaonarimampianina, ni Rivo Rakotovao ne pourront changer la donne, quoi qu'ils fassent, quoi qu'ils disent.

Durant leur mandat, par la force du hasard ou par chance, c'est selon, ils n'ont pas su gagner la confiance de la population en général, des électeurs en particulier. Gagner cette confiance constitue une bataille de tous les jours, par la force du travail, en créant du travail, en renforçant la sécurité des personnes et de leurs biens. Mais rien ne fut. Au contraire, ils se sont distingués par des scandales politiques ou financiers qui se poursuivent jusqu'à maintenant. Les futures sénatoriales sonneront ainsi le glas pour ce parti une bonne fois pour toutes, en n'ayant plus d'élus dans ses rangs.

Fil infos

  • JIRAMA - Les impayés des fournisseurs s’élèvent à 1 000 milliards d’ariary
  • Etat de droit - « Le système judiciaire est corrompu »
  • Affaire de Vohilava Mananjary - Les raisons du mécontentement de la population
  • Sénatoriales - Le CNOE se plie à la décision de la HCC
  • Situation sanitaire à Madagascar - L’état d’urgence levé, la prudence exigée
  • Arrêt de l’exploitation aurifère à Vohilava - La Société civile exige des sanctions contre la société fautive
  • Association AFF - Fondation - VISEO Ensemble pour un renouveau de l’éducation
  • Décret de convocation du collège électoral - La HCC déboute Rivo Rakotovao et les sénateurs
  • Marc Ravalomanana - Un indécrottable mauvais payeur
  • Vol de marchandises d'1 milliard Ar - Quand la politique entre dans le prétoire…

Editorial

  • Bataille acquise !
    Zéro décès, nombre de contaminés en traitement stationnaire. Le Président Rajoelina est en passe de gagner son pari, son combat. C’est le cas de le dire, il a pris la lutte contre la pandémie de Covid-19 pour « son » combat, défi et pari personnel. Il a de quoi à être fier ! L’Etat met fin à l’état d’urgence sanitaire. Pour un Chef d’Etat, perdre ou gagner la bataille contre la Covid-19 équivaut à perdre ou gagner son combat politique personnel. La mauvaise gestion de la réponse à la pandémie traduit un échec politique d’un dirigeant qui va perdre, de fait, la confiance de son peuple. Le cas risque de se produire quelque part en Amérique en cette veille de l’élection présidentielle du 3 novembre prochain.

A bout portant

AutoDiff