Publié dans Politique

Loi sur les violences basées sur le genre - Feu vert de la Haute Cour constitutionnelle

Publié le lundi, 13 janvier 2020

Déclarée conforme à la Constitution. Tel est le verdict de la Haute cour constitutionnelle (HCC), à l'issue d'une audience privée tenue dans la matinée d'hier à Antananarivo, quant à la loi n°2019-008 relative à la lutte contre les violences basées sur le Genre (VBG). Celle-ci a été soumise à cette juridiction d'Ambohidahy le 24 décembre 2019 pour un contrôle de constitutionnalité. Outre sa conformité à la Constitution, la Loi est également conforme aux conventions et protocoles internationaux relatifs à ce sujet. Ainsi, elle peut faire l'objet d'une promulgation, selon toujours la décision de la HCC.

Cette juridiction constitutionnelle a été saisie par le Président de la République aux fins de contrôle de constitutionnalité, préalablement à sa promulgation. Avec le feu vert de la HCC donc, le Chef de l'Etat peut la promulguer. Sa publication dans le Journal officiel confirmera sa mise en vigueur. Toutefois, un Décret d'application s'impose en cas de nécessité de précision des modalités. Toutes ces étapes à suivre avant l'application de la Loi sont attendues cette année 2020.

Cette loi relative à la lutte contre les VBG a, rappelons-le, finalement été adopté auprès de l'Assemblée nationale,dans la matinée du 13 décembre, et au Sénat l'après-midi même. Ceci après un ajournement suite à des discussions hors sujet et des craintes auprès de la Chambre basse. Son adoption a ensuite été devenue un sujet de polémique, notamment sur les réseaux sociaux, durant les dernières semaines de l'année 2019. Ceci suite aux mauvaises interprétations, notamment l'affirmation d'un Député. Ce dernier a annoncé que cette nouvelle loi favorise le mariage pour tous et l'homosexualité. Outre le démenti du Gouvernement, à travers sa porte- parole, même le Président de la FJKM a réagit à ce sujet, en apportant des précisions suite à une déclaration sur le mariage homosexuel. « Cette loi a été faite afin de sanctionner les violences perpétrées à l'encontre des femmes et des enfants. En conséquence, celle-ci n'a aucun lien avec le mariage pour tous », a souligné le Pasteur Irako Andriamahazosoa Ammi.

Pour sa part, le Coordonnateur et Représentant du Système des Nations Unies à Madagascar en la personne de Violet Kakyomya s'est exprimée à ce sujet.  « Il faut que le Député et tous ce qui s'impliquent dans cette discussion prennent le temps de lire le contenu de cette Loi…Lier la lutte contre les VBG et le mariage pour tous n'est pas vraiment fondé. Il n'y a rien dans ce texte qui lie les 2. En tout cas, je peux vous assurer que la Loi qui a été adoptée est très positive pour nous aider à avancer dans la lutte contre ce phénomène », a-t-elle lancé. Cette responsable de suggérer « si vous ne pouvez pas lire le texte de cette loi, trouvez quelqu'un qui peut lire pour vous afin que vous soyez vraiment informe. Tous les débats sociaux et autres questions politiques doivent être fondés sur la réalité. La réalité maintenant c'est le contenu de cette Loi…Nous devons aussi faire les efforts de traduire la loi dans la langue malagasy pour que tout le monde puisse lire le contenu ou non de la loi ».

Recueillis par Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Covid-19 - Le rebond de l’épidémie à l’étranger doit interpeller les Malagasy
  • Session ordinaire de l’Assemblée nationale - Les dossiers transmis par la HCJ au menu
  • Tournée présidentielle dans le Nord - Sambava, premier bénéficiaire du CVO plus
  • Renforcement du système de santé à Madagascar - Deux hélicoptères médicaux de la Russie
  • Axe Ambilobe - Vohémar - L'inauguration prévue dans 8 mois
  • Arrestation du député Leva - Son épouse parlementaire en flagrant délit
  • Fin de mandat - Rivo Rakotovao rêve d’une prolongation utopique
  • Palais d’Anosikely - Des sénateurs récalcitrants veulent rester à tout prix !
  • Rapatriement - Arrivée d’une énième vague
  • Manifestation populaire à Vohilava - La CNIDH interpelle les autorités étatiques

Editorial

  • Dans le top 10
    L’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (ONU) consacra la date du 15 septembre en « Journée internationale de la démocratie ». Madagasikara, pays membre, tenait à la célébrer et ce en dépit des restrictions imposées par la pandémie de Covid-19.En 2016, sur la base de « l’indice de démocratie », Madagasikara se positionnait au 103ème rang mondial sur 167 pays. En janvier 2020, selon le nouveau rapport établi par l’« Economist Intelligence Unit » (EIU), la Grande île a gagné 6 points, ce qui le place dans le top 10 des pays africains. A l’issue des élections de 2018-2019 et en se basant sur le processus électoral, Madagasikara s’est attribué la mention de « bon élève » et obtient la note de 7,92 sur 10 alors qu’entre 2009 et 2014, le pays avait en dessous de 4. Des progrès notables ont été constatés mais beaucoup d’efforts restent encore à…

A bout portant

AutoDiff