Publié dans Politique

Demandes d'amnistie et d'indemnisation - Près de 1 300 dossiers accumulés au CFM

Publié le lundi, 02 mars 2020

Du boulot pour les membres du « Conseil pour le Fampihavanana Malagasy » ! Cette institution de réconciliation a débuté officiellement son assemblée générale pour cette année 2020, hier à son siège situé à Ampefiloha. Ce fut l'occasion pour le président du CFM, Maka Alphonse de définir les grandes lignes de leurs missions pour cette année.

En dépit d'autres objectifs que l'institution s'est fixé, le CFM n'oublie pas pour autant sa vocation première qui est l'étude des dossiers de demande d'amnistie, de réparation ou encore d'indemnisation à la suite des crises politiques antérieures qui ont secoué le pays (de 2002 à 2009). D'après les déclarations de son président, près de 1 300 demandes dans ce sens sont actuellement entre les mains de cette institution. Des dossiers qui sont encore au stade d'étude. A entendre toujours le numéro un du CFM, le Conseil marche sur des œufs dans le traitement de ses dossiers en vue d'une prise de décision cette année. Des investigations sont menées avec les officiers de police judiciaire au sein de la Gendarmerie et la Police nationale. D'autre part, un projet de décret a été déposé auprès des instances judiciaires pour la création d'un fonds national de solidarité afin de procéder à une indemnisation ou une réparation.

Place au dialogue

L'amélioration de l'application du « Dina » figure aussi parmi les missions qui attendent les réconciliateurs, et ce, avec le concours des ministères concernés dont le ministère de l'Intérieur, celui de la Justice ainsi que les Forces de l'ordre. Ce système qui consiste à la mobilisation du « fokonolona » dans la lutte contre l'insécurité sera ainsi revu de près en vue de meilleurs résultats.

Le CFM se penchera également sur d'autres phénomènes au sein de la société malagasy comme la migration interne qui crée quelques tensions entre les nouveaux venus (« Mpiavy ») et les autochtones. A cela s'ajoute la réconciliation historique, une autre tâche pour les conseillers pour le « fampihavanana » et qui consiste à régler les éventuelles rivalités nées des affrontements dans le passé. Le Conseil poursuivra la mise en place et l'extension d'une plate- forme de dialogue qui rassemble différents acteurs comme les politiciens, les membres de la société civile, les leaders religieux, les leaders traditionnels, etc. Comme son nom l'indique, ladite plate-forme privilégie les discussions face à un problème relatif entre autres à l'insécurité, les litiges fonciers, pour trouver une solution « à l'amiable » et éviter les recours en justice.

S.R.

Fil infos

  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu
  • Norbert Lala Ratsirahonana - “ Non à l’impunité ! ”
  • Gouverneur de Betsiboka - La lutte contre le grand banditisme érigée en priorité
Pub droite 1

Editorial

  • L’inévitable rappel !
    La Présidence fonce dans le tas. Conscient du degré alarmant du laxisme dans certains secteurs de l’administration, le sommet de l’Etat se décide, enfin, à prendre la situation en main. Un ministre fait même l’objet d’un rappel à l’ordre de la Présidence. Il fallait à tout prix prendre le taureau par les cornes.

A bout portant

AutoDiff