Publié dans Société

Malagasy bloqués en Inde - Appels de détresse pour un rapatriement

Publié le mardi, 23 juin 2020

Composés majoritairement de malades et de leurs accompagnateurs. 96 ressortissants malagasy bloqués en Inde, particulièrement à New Dehli et Bombai, renforcent leurs appels de détresse à l’endroit des autorités compétentes. « Nous sollicitons un rapatriement le plus tôt possible, puisque la plupart d’entre nous ne disposent plus les moyens pour rester ici. De plus, le Covid-19 frappe davantage de personnes vulnérables, dont les patients qui ont subi des interventions chirurgicales. Pourtant, bon nombre d’entre nous sont venus en Inde pour des transplantations d’organes, notamment de reins. Il y a déjà beaucoup de guéris, après avoir subi les opérations et/ou suivi quelques semaines de traitement », nous confie D.S., l’un des accompagnateurs en détresse. « Je me suis fait évacuer ici pour une greffe de rein. J’étais déjà hospitalisé quand les mesures sanitaires d’urgence ont été décrétées, dont la fermeture des frontières. Cela fait maintenant 4 mois que je suis coincé ici, alors que je n’ai prévu que 2 mois de séjour. Je suis à court d’approvisionnement faute de moyens, comme nous tous ici », témoigne H.R., un patient guéri. En fin mars dernier, l’un de ces ressortissants malagasy en Inde est décédé de l’insuffisance rénale. Il a été incinéré quelques jours plus tard. Une autre compatriote y a accouché le 4 juin dernier, après avoir raté son retour au pays au mois de mars à cause du confinement.
S’entraider pour survivre
Outre les malades et leurs accompagnateurs, ces ressortissants malagasy coincés en Inde se composent également d’étudiants, stagiaires, personnes en formation ainsi que quelques travailleurs migrants. L’entraide constitue leur principal moyen de survie puisque la plupart d’entre eux n’ont plus les moyens de se nourrir, de payer les hôtels ni d’assurer leur traitement et les dépenses liées aux achats de médicaments. « Nous n’avons reçu aucune aide ni du Gouvernement indien ni des autorités malagasy depuis la pandémie de Covid-19. C’est la raison de notre rétention ici. Ceux qui ont encore les moyens de se nourrir et de se loger soutiennent les autres. D’autres squattent les salons et les canapés des compatriotes, surtout la nuit. Un cadre supérieur malagasy, travaillant dans l’ambassade, nous est d’une grande aide », s’exprime le porte-parole de ces ressortissants. Autant de raisons pour lesquelles ces derniers poussent des cris d’alarme à l’endroit des autorités compétentes de Madagascar, à commencer par le Président de la République Andry Rajoelina. D’ailleurs, ils se disent disposés à suivre à la lettre l’organisation pour accélérer leur rapatriement. « Les travailleuses migrantes de Koweït ont pu rentrer à Madagascar le 8 juin dernier. Nous espérons bénéficier également  de ce privilège bientôt », attendent-ils. Notons que ces Malagasy restent en contact avec l’Ambassade et le ministère des Affaires étrangères, d’après leurs dires. Ces institutions attendent la décision d’en haut avant de passer aux prochaines étapes…
Recueillis par Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Rapatriement des Malagasy - Priorité aux personnes vulnérables
  • Covid-19 à Madagascar - 9.000 contaminés guéris en un mois
  • Site de la MBS à Anosipatrana - La CUA veut reprendre son bien
  • Etat d’urgence sanitaire - Allègement du confinement à Analamanga - Rapatriement des Malagasy bloqués à l’étranger - Ouverture conditionnée de Nosy Be au tourisme international - Plan social pour les employés du secteur privé
  • Concentrateurs d’oxygène importés - Le Président réceptionne la première livraison à Ivato
  • Collectif des opposants - Un mouvement mort-né !
  • Coronavirus - Le Président met l’accent sur l’objectif « zéro décès »
  • La presse en deuil - Décès de Salomon Ravelontsalama
  • Lutte contre la Covid-19 - Quid du sens de la responsabilité citoyenne ?
  • Nouvelle organisation pour le « Vatsy Tsinjo » - Du porte-à-porte pour renouveler la liste des bénéficiaires

La Une

Editorial

  • FDS sur la pente raide !
    Dérapages. Débordements. Dérives. Bavures. Et puis quoi encore ! Les mots manquent pour décrire les mésaventures et souvent meurtrières des éléments de la Force de défense et de la sécurité (FDS) du pays. Des actes totalement indignes des valeurs morales et diamétralement opposés à l'éthique que l'Armée et la Police nationale entendent véhiculer.

A bout portant

AutoDiff