Publié dans Société

Toamasina - 3 assaillants éliminés par la FIP, 3 autres capturés vivants

Publié le jeudi, 02 juillet 2020

La Force d’intervention de la police (FIP) a déclenché une action musclée antigang vers 19h30 mercredi dernier, dans le quartier de Barikadimy à  Toamasina. Le bilan de cette opération policière s’avérait lourd, du moins du côté des assaillants, car il s’agissait d’eux. Ils ont perdu trois hommes dans leur rang au cours de cet échange de tirs avec la FIP, et que trois autres encore s’étaient fait prendre. D’après une information que la FIP n’a pas confirmée, ni infirmée,  l’un des agresseurs serait un membre des Forces de l’ordre.

Sur place, des témoins ont affirmé  que le secteur avait été secoué par la fusillade. Du coup, la panique s’était emparée du bon nombre de riverains. « Les gens s’étaient calfeutrés chez eux. On avait très peur à cause de toutes ces détonations ou autres explosions. Et de poursuivre : « Pire, on ne savait pas qui ont tiré sur qui, et pourquoi justement ? », relate un habitant du quartier, encore sous le coup de l’émotion.   L’affrontement qui fut bref, fut très violent. A preuve, trois corps gisaient finalement inertes sur le bitume, au bout de quelques minutes ».

Mais comment la situation était-elle arrivée jusqu’à ce point ? D’après une information recueillie auprès de cette force de police, un gang s’était préparé à perpétrer un assaut dans le quartier susmentionné. Sitôt informé sur l’intention dudit gang et après une ultime vérification de l’information, le commandant de la FIP, a mobilisé rapidement  ses hommes.

Pourtant, dès que les Forces se sont pointées à Barikadimy, les assaillants les ont accueillis par des tirs nourris. La Police a dû répliquer aux tirs adverses, étant en position de légitime défense. Cela expliquerait donc l’escalade dont l’issue était loin d’être à l’avantage des bandits. Au contraire, si  leurs acolytes n’ont pas ainsi été éliminés, ils ont été arrêtés. Leurs pertes se sont alourdies par la saisie d’un fusil de calibre 12, d’une arme de poing artisanale ainsi que plusieurs munitions en leur possession par la Police.

Sur place, l’on parle d’une opération policière d’assez importante envergure. A preuve, le commandement de la FIP Toamasina, a expliqué que celle-ci devait se poursuivre encore sur place tout au long de la journée d’hier.

Franck R. 

Fil infos

  • « Sosialim – bahoaka » sur fond de contestation - Les Forces de l’ordre soupçonnent des troubles intentionnels
  • Conjoncture - Andry Rajoelina va au-devant d’une population mécontente
  • Dénigrement du régime Rajoelina - Amnésie internationale s’en mêle !
  • MATP - Chasse aux remblais illicite
  • Attachement au principe de souveraineté - Tentative de meurtre médiatique à l’endroit d’Andry Rajoelina
  • Magouilles dans la distribution d'aides sociales - Le Président Andry Rajoelina avertit les chefs de Fokontany
  • « Sosialim - bahoaka » à Antananarivo - Les aides de l'Etat s'enchaînent dans les 6 Arrondissements
  • Remaniement imminent - Qu'un vrai leader soit à la tête du ministère
  • Ministère de la Défense nationale - Mise en garde contre toute désinformation
  • Finance publique - Un cours magistral, signé Rindra Rabarinirinarison

La Une

Editorial

  • Bons réflexes
    A la guerre comme à la guerre ! On se défend par tous les moyens. On attaque sans état d’âme. Un seul objectif : la défaite de l’ennemi.Depuis le 20 mars 2020, le pays va en guerre. Etant une île et se gardant l’idée de s’immiscer dans les affaires des autres (Etats), Madagasikara n’est pas censé faire la guerre sauf qu’en cas exprès d’invasion étrangère. Toujours fidèle au sacro-saint principe de Non-alignement et de la Non-immixtion dans les affaires d’autrui, la République de Madagasikara joue la carte de la neutralité. Toutefois, la République Malagasy dispose d’une Armée et se réserve le droit de riposter contre toute attaque de quelque nature que ce soit. Quoi qu’il en soit, l’Armée offre ses compétences pour prêter main-forte en cas de nécessité dans l’intérêt supérieur de la Nation. La guerre que nous menons, en ce moment, est une guerre atypique sinon insolite mais virulente.…

A bout portant

AutoDiff