Publié dans Société

Escroquerie - Un commissaire de Police placé sous MD à Antanimora

Publié le vendredi, 10 juillet 2020

Comme certaines informations en provenance du Nord du pays l’ont déjà rapporté, un commissaire de Police basé dans cette région a été entraîné dans une affaire louche. Il aurait escroqué au moins cinq personnes dans cette partie de la Grande île et une plainte contre lui a été déposée à qui de droit par une des victimes. Trafic d’influence serait également un autre chef d’inculpation de ce commissaire de Police qui a promis à ses victimes une embauche dans l’administration moyennant certaines sommes.

En garde à vue au camp de son corps après son transfert d’Antsiranana à Antananarivo, à la suite de son arrestation la semaine dernière, il a été présenté jeudi dernier au Pôle anti-corruption (PAC). Après son audition, le commissaire avait été placé de facto sous mandat de dépôt à Antanimora.

Cette affaire constitue une occasion pour le ministre de la Sécurité publique de dire que la Police nationale n’abrite pas des malfaiteurs. Dès même sa prise de fonction, il  a déjà annoncé qu’aucun corporatisme ne sera toléré au sein de cette Force, sous peine de porter atteinte à son image aux yeux de l’opinion. « Tout fonctionnaire de police pris en faute doit être sanctionné selon la gravité de l’infraction commise, et ce, quel que soit son poste, ou son grade. C’est ce qui arrive à ce commissaire », lâche le ministre.

A ce haut responsable de la Police de marteler que l’assainissement interne bat toujours son plein au sein de la Police nationale. D’après ses dires, l’objectif cherche le raffermissement de la confiance de la population à l’égard de la Police.

En l’espace de deux ans, au moins deux commissaires ont été entraînés dans des affaires similaires, et qui sont loin de faire l’honneur de cette entité, notamment en matière de corruption. En janvier 2019, un autre avait eu mailles à partir avec le BIANCO pour une affaire en relation avec une circulation de fausses coupures. Néanmoins, ces faits prouvent notamment l’audace qui se traduit par la ferme volonté des entités, luttant contre la corruption du pays, à s’attaquer de plus en plus à tous ceux que l’on considère comme les  présumés « gros poissons » pour manipuler les ficelles dans les coulisses.

Franck R.

Fil infos

  • Covid-19 - Le rebond de l’épidémie à l’étranger doit interpeller les Malagasy
  • Session ordinaire de l’Assemblée nationale - Les dossiers transmis par la HCJ au menu
  • Tournée présidentielle dans le Nord - Sambava, premier bénéficiaire du CVO plus
  • Renforcement du système de santé à Madagascar - Deux hélicoptères médicaux de la Russie
  • Axe Ambilobe - Vohémar - L'inauguration prévue dans 8 mois
  • Arrestation du député Leva - Son épouse parlementaire en flagrant délit
  • Fin de mandat - Rivo Rakotovao rêve d’une prolongation utopique
  • Palais d’Anosikely - Des sénateurs récalcitrants veulent rester à tout prix !
  • Rapatriement - Arrivée d’une énième vague
  • Manifestation populaire à Vohilava - La CNIDH interpelle les autorités étatiques

Editorial

  • Dans le top 10
    L’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (ONU) consacra la date du 15 septembre en « Journée internationale de la démocratie ». Madagasikara, pays membre, tenait à la célébrer et ce en dépit des restrictions imposées par la pandémie de Covid-19.En 2016, sur la base de « l’indice de démocratie », Madagasikara se positionnait au 103ème rang mondial sur 167 pays. En janvier 2020, selon le nouveau rapport établi par l’« Economist Intelligence Unit » (EIU), la Grande île a gagné 6 points, ce qui le place dans le top 10 des pays africains. A l’issue des élections de 2018-2019 et en se basant sur le processus électoral, Madagasikara s’est attribué la mention de « bon élève » et obtient la note de 7,92 sur 10 alors qu’entre 2009 et 2014, le pays avait en dessous de 4. Des progrès notables ont été constatés mais beaucoup d’efforts restent encore à…

A bout portant

AutoDiff