Publié dans Société

Baccalauréat 2020 - 8 candidats mis en quarantaine dans leur centre d’examen !

Publié le lundi, 19 octobre 2020

Pour cette session 2020 du baccalauréat, le centre d’examen « Lycée Morarano Ihosy » a enregistré 8 candidats testés positifs à la Covid-19. Et suivant les recommandations du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (MESUPRES), des dispositifs se rapportant au respect des mesures sanitaires liées à la Covid-19 ont été aussitôt appliqués. De ce fait, ces 8 porteurs du virus ont été mis en quarantaine auprès dudit centre, non seulement afin de préserver leur état de santé mais aussi celui des autres candidats.

 

Selon une source locale, comme mentionné dans leurs convocations, ces futurs bacheliers sont enregistrés auprès de trois centres d’examen distincts. Afin d’éviter toute propagation du coronavirus, les responsables les ont groupé au lycée d’Ihosy. A cette occasion, trois salles de classe leur ont été mises à disposition. L’une d’elle les accueille lors des épreuves écrites. L’autre pièce sert à prendre les trois repas.  La troisième est destinée exclusivement à passer la nuit puisqu’ils vont y rester confinés jusqu’à la fin de l’examen. « Ces candidats sont isolés des autres et sont accueillis dans des chambres à part. Leur salle d’examen est désinfectée deux fois par jour. Aussi, ils disposent de leurs propres membres de jury et sont équipés d’équipements de protection individuelle dotés par la Direction régionale de la santé publique (DRSP) d’Ihorombe. A cela s’ajoute la séparation de leurs feuilles de copie de celles des autres candidats dans des plis à part. Pendant leur séjour à Ihosy, une partie du repas de ces 8 candidats est également prise en charge par le Centre régional de commandement opérationnel (CRCO) », précise Mbarison Maxime Nasondrojanahary, directeur de l’Education nationale (DREN) dans la Région d’Ihorombe. Et d’ajouter que suite à une conversation avec le MESUPRES, ces candidats à l’examen du baccalauréat 2020, confirmés positifs au coronavirus, doivent avoir une égalité des chances comme les autres. D’où la préconisation de ces dispositifs par le CRCO d’Ihorombe.

D’après des explications venant d’une autre source, ces futurs bacheliers ont passé leur année scolaire 2019-2020 auprès du lycée de Ranohira. Récemment, ils ont été en contact avec un de leurs enseignants infectés par le SARS-CoV-2. A l’approche des épreuves écrites du baccalauréat, les autorités sanitaires locales ont décidé de dépister tous les lycéens issus de la même classe. Après une analyse en laboratoire utilisant la technique GèneXpert, la contamination au coronavirus de ces 8 élèves s’est avérée. Cependant, après 6 jours de traitement, ces individus infectés ne présentent pas de forme symptomatique. Néanmoins, un médecin suit de près l’évolution du virus dans leur organisme.

K.R.

Fil infos

  • Paiement des bourses - Solution en cours malgré tout
  • Traitement de Covid-19 - Le couple Rajoelina met du baume au cœur des malades
  • La Fièvre de la Vallée du Rift frappe de nouveau - Un millier de têtes de cheptel atteint
  • Serial killer - Un quinquagénaire récidiviste fut repris
  • Destitution du maire élu de Nosy Be - La décision controversée du Conseil d’Etat suspendue
  • Haute Cour constitutionnelle  - Les nouveaux juges d’Ambohidahy prennent fonction
  • Trafic d’influence et usurpation de titre - Un assistant parlementaire déféré au Parquet
  • Réunion du TIM et RMDM - Trêve ou mauvais coup en préparation ?
  • Prix exorbitants et détournement de médicaments - Des répressions sévères attendent les contrevenants !
  • Un parfum de scandale à Nosy Be - Avec 5% de voix, un candidat déclaré maire

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Et… la vie continue !
    La pandémie de Covid-19, variant sud-africain, assomme le pays. Le dernier bilan affiche la gravité et la dangerosité du virus. On parle, sans ambages, de record de nouveaux cas. La barre de cinq-cent-cinquante (nouveaux cas) est dépassée en une journée (du 8 au 9 avril) ! Et celle du décès atteint même au-delà de dix. La page « nécro » des quotidiens de la Capitale est prise d’assaut. Analamanga détient toujours le triste palmarès avec quatre-cent-trente-neuf (nouveaux cas). Et on n’est pas encore au bout de nos peines. Personne n’est en mesure d’anticiper à quand le bout du tunnel ! Catastrophique ! Apocalyptique ! Mais, attention ! La vie continue ! Et les problèmes classiques sinon « traditionnels » continuent aussi de sévir, redoublent même d’intensité. Que les tenants du pouvoir ne se trompent pas. Au front, ils ont en face non pas un seul « ennemi » (le variant…

A bout portant

AutoDiff