Publié dans Société

Ministère  de l’Education nationale - Un cadre financier et ses co-accusés sous les verrous

Publié le lundi, 16 novembre 2020

Jamais les affaires de détournement et de corruption n’ont connu une explosion que lors du régime précédent, notamment dans les ministères. Celui de l’Education nationale a particulièrement défrayé la chronique à l’époque, pour ne pas dire champion en la matière. Vendredi dernier, la principale accusée, puisqu’il s’agit d’une femme qui fut une sorte de cadre financier au MEN, a comparu avec six autres à la Cour criminelle du Pôle anti-corruption ou PAC des 67Ha.

A la fin des débats, qui étaient assez houleux, le président de la Cour a prononcé la sentence : 15 ans de prison ferme pour détournement de deniers publics, de faux en écriture publique, de faux et usage de faux  pour la concernée. Le préjudice s’élève à quelques dizaines de millions d’ariary. Quant à ses cinq co-accusés, ils ont été condamnés à des peines variées allant de 5 à 10 ans ferme pour complicité notamment,  ou encore selon la nature de la poursuite. Seul un septième a été relâché au bénéfice du doute.  Et pourtant, ce qui intrigue lors des débats à l’audience, la principale accusée, à aucun moment, n’a jamais cité ses complices qui ont comparu à côté d’elle.

Les faits dont ils sont accusés survenaient dans une période comprise entre 2016 et 2017. Depuis le box des accusés, cette désormais ex-employée du MEN, mère de quatre enfants, a tout avoué. Cependant, ses explications étaient évasives quant à l’utilisation de l’argent détourné. « Je l’ai utilisé pour mes intérêts personnels, dans des achats », s’était-elle contentée d’expliquer au juge. Les fonds, qu’elle et ses complices ont détournés, étaient essentiellement  prévus à subventionner les directions régionales de l’Education nationale du pays. Dans ses explications, la principale accusée arguant le fait qu’elle a travaillé directement avec un ministre à l’époque pour débloquer et gérer les fonds lui a facilité la tâche. A suivre de près le déroulement du débat, même le Daf du MEN de l’époque, n’avait autant de pouvoir et de décision que la concernée dans la gestion des finances au sein du ministère en cause. De plus, elle a affirmé avoir fait de hautes études en gestion et finances publiques pour pouvoir occuper ce poste.

Franck R.

Fil infos

  • Secteur halieutique - Des investisseurs « abandonnés » implorent le ministère
  • Nouvelle hausse des cas de Covid-19 - Appliquons les gestes qui sauvent !
  • Président de la République - Trois magistrats et un ancien ministre parmi les désignés sénateurs
  • Campagne de reboisement 2021- Coup d’envoi par le couple présidentiel à Taolagnaro
  • Trafic de 73,5 kg d’or - L’Opposition divague
  • Covid-19 - Un reconfinement pas à l’ordre du jour
  • Exécutif - Aucun remaniement gouvernemental à l’horizon - Halte à la désinformation dans l’affaire des 73.5kg d’or !
  • Sénateur Rakotondrainibe Andrianantenaina - « Le MMM sera une force de proposition au Sénat »
  • Cour administrative d’appel - Mise en place demandée par la Cour suprême
  • Donald Trump - Mis en accusation pour la seconde fois et isolé par les médias !
Pub droite 1

Editorial

  • Pour qui sonne… !
    Pour qui sonne le glas ! Le jour fatidique arrive. La session extraordinaire (la première d’ailleurs) du Sénat se tient en ce deuxième mardi comme le veut la Constitution. En effet, dans l’Art 78, par analogie aux dispositions légales qui régissent l’Assemblée nationale, le Sénat se réunit le deuxième mardi qui suit la proclamation des résultats. Une session spéciale qui, pour le cas présent, met fin définitivement à l’existence du Sénat (ancienne formule) et met sur les rails définitivement le Sénat (la nouvelle formule). Le Sénat est mort, vive le Sénat ! Et pour qui sonne… la sonnerie de la mort ? Le dernier bastion du régime HVM s’écroule et le dernier bataillon radicalisé défendant les causes de l’ancien régime bleu et surtout du Président déchu Rajaonarimampianina évacué. En 2015, au point culminant de la puissance sans partage du parti au pouvoir HVM, le régime Rajaonarimampianina saccagea la Chambre haute.…

A bout portant

AutoDiff