Publié dans Société

Docteur Manitra Rakotoarivony - Une référence en matière de sensibilisation

Publié le vendredi, 25 décembre 2020

Méconnu de la scène nationale, le Docteur Manitra Rakotoarivony a réussi à marquer de son empreinte la lutte contre la Covid-19 à Madagascar. Dès la première fois où il a monté sur le plateau de la télévision malagasy (TVM) pour animer l’émission Covid-19, son nom a fait le tour des réseaux sociaux. A travers ses sensibilisations, associant des versets de la Bible, l’humour, parfois la fermeté et la douceur, il a su persuader les plus intellectuels et les analphabètes.

 

Mais derrière ce rideau se cache un grand talent. Le Dr Manitra est un ami de la scène depuis une vingtaine d’années. Depuis 1995 jusqu’en 1999, il était animateur au niveau des prisons, enseignant la bonne conduite. Il a été l’initiateur de l’émission «  Ny dian’ny mpifatotra », sue la chaîne privée « Radio Madagasikara ho an’i Kristy » et à la fois, président d’un chorale à Antananarivo. Et ce sont ses acquis qu’il a utilisés pour sensibiliser la population durant les périodes de la peste, rougeole et dernièrement la Covid -19. « Tous les moyens sont bons. Pour que mon message soit bien transmis aux auditeurs et spectateurs, je me suis tourné vers la connaissance émotionnelle, mais pas intellectuelle. Le message doit être transmis à l’enfant, adolescent ou adulte, dirigeant d’église ou voyou, enseignant ou analphabète », soutient-il.

Dr Manitra consacre plus de temps au feed-back. Chaque jour, il arrive à son bureau à 5h du matin pour se connecter sur les réseaux sociaux, voir les mails, ... « A chaque fois que je monte sur scène, je me réfère sur mes interlocuteurs », affirme-t-il.

Durant cette période de fêtes, le Docteur Manitra a laissé un message à toute la population. D’après lui, nous devrions encore nous limiter à la salutation. Pas de baiser ni de contact. « La Covid -19 est toujours –là quelque part. L’ambiance est festive quand on célèbre la fête de fin d’année avec une foule, mais soit toujours conscient, que quelqu’un, dans la salle, pourrait être porteur de la maladie. Soit toujours vigilant », conclut-il.

Avant de devenir directeur de promotion de la santé publique au sein du ministère de la Santé publique, le Docteur Manitra Rakotoarivony a déjà occupé quelques postes à Antsiranana.En 1995, il a travaillé au Centre de santé de base niveau II à Diego, puis, Médecin inspecteur à Antsiranana I. Au moment où l’épidémie de rougeole et celle de la peste ont fait ravage à Antananarivo, en 2017, il a été convoqué dans la Capitale pour occuper le poste de directeur régional de la santé publique à Analamanga, puis directeur de la promotion de la santé.

Fil infos

  • 8 mars - Madagascar honore toujours ses femmes
  • Président Andry Rajoelina - « Que les forces des ténèbres soient vaincues »
  • Préfet de police d’Antananarivo - Le territoire de son ressort
  • Ministère de la Culture et de la Communication - Un tremplin vers la professionnalisation des artistes
  • Election du président de la Confédération africaine de football - La honte pour l’Afrique !
  • Construction illicite - Un Nabab nargue la Mairie d’Antananarivo
  • Indisponibilité de Soamandrakizay - Tant pis pour l’Opposition
  • Conseil des ministres - Le président de l’Université de Toamasina limogé
  • Etudes universitaires - L'époque où les bourses n'étaient pas systématiques !
  • Caisse de retraites civiles et militaires - Un déficit de 213 % l'année dernière

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Journée des combattantes
    8 mars, jour-J ! « Journée internationale de la femme » ce jour. Journée de l'année spécialement dédiée aux réflexions, sinon à la mise pour la énième fois sur le plateau du débat relatif aux droits fondamentaux du genre féminin. L'ONU, Organisation des Nations unies, adopte en Assemblée générale en 1977 une résolution historique reconnaissant la date de 8 mars comme étant une Journée mondiale de la femme. Et que tous les pays membres épris de liberté et respectant les droits humains, notamment ceux de la femme ont le devoir voire l'obligation de consacrer ce jour-là à une réflexion approfondie et à organiser ainsi des manifestations officielles se rapportant sur les droits de la femme. Madagasikara tient, tous les ans, à rendre hommage à cette journée hautement symbolique.

A bout portant

AutoDiff