Publié dans Société

Echauffourée à Imerintsiatosika - Aucun mort par des tirs d’armes à feu, martèle la Gendarmerie

Publié le dimanche, 27 décembre 2020

3 gendarmes blessés, 6 personnes arrêtées, le mur d’enceinte de la Brigade de gendarmerie totalement endommagé, le bureau lui-même détruit à 50 %, 5 motos incendiées, toutes appartenant à des gendarmes,… Toutefois, aucun mort d’homme n’est à déplorer. A cause d’une information partagée sur les réseaux sociaux à propos de l’exécution supposée d’un suspect dans un Poste de gendarmerie situé à Imeritsiatosika, une violente échauffourée a éclaté sur place la nuit du 26 décembre. Cette nouvelle a déclenché la colère d’une poignée d’excités. Ces individus mécontents ont alors pris d’assaut puis ont cherché à mettre à sac la Brigade de gendarmerie locale. Une information que cette Force a formellement démentie. « Il n’y avait aucune mort d’homme occasionnée par des tirs supposés de gendarmes issus de ladite Brigade. Comme vous le voyez, chacun est libre de s’exprimer, donc de faire comme bon lui semble », tonne un Officier de gendarmerie à Imerintsiatosika.

A propos de cette sombre affaire, la Gendarmerie a tenu à apporter une version officielle des faits. Tout a démarré vers 1h du matin, le 26 décembre dernier lorsque les gendarmes de cette localité ont reçu une alerte à propos d’un assaut de bandits survenu en plein cœur d’Imerintsiatosika. En intervenant sur les lieux, les assaillants se sont déjà retirés de l’endroit pour fuir quelque part. Devant cette tournure de la situation, les Forces de l’ordre, avec les victimes à leurs côtés, ont continué de rechercher les traces des fugitifs. C’était dans ces circonstances qu’un suspect fut repéré. Or, en voyant les gendarmes, il a pris immédiatement la fuite, poussant ainsi les premiers à le pourchasser. Dans son instinct de survie, le fuyard a sauté du haut d’un mur. « Il a fait une mauvaise chute car c’est sa tête qui s’est fracassé en premier au sol. Il se trouvait dans un état critique lorsque les secours l’ont transporté d’urgence à l’hôpital où il a succombé peu après des suites de ses blessures », explique une source auprès de la gendarmerie. Et de poursuivre : « C’était seulement après cela que ses acolytes ont diffusé la fausse nouvelle comme quoi les gendarmes ont ouvert le feu sur leur camarade, des tirs qui ne pouvaient que lui être fatales ».

A cause de cette information, des émeutiers ont ainsi cherché à mettre à sac la Brigade de gendarmerie d’Imerintsiatosika. Du coup, ordre fut donné afin que les gendarmes protègent ladite Brigade, et qu’ils ont le droit d’agir en légitime défense. Une centaine d’éléments de gendarmerie de la Force d’intervention, encadrés par le commandant de la Circonscription régionale d’Antananarivo, furent dépêchés spécialement de la Capitale et d’Arivonimamo.  Une série d’explosions liées à l’utilisation de bombes lacrymogènes et des tirs de semonces, a été entendue sur place. Cette action de la Gendarmerie avait comme objectif la dispersion de cette foule d’excités.

Selon toujours la Gendarmerie, ce n’est pas la première fois qu’une pareille situation s’est produite à Imeritsiantosika. Une autre émeute s’y était également produite durant le régime de la Transition, mais il n’y avait eu aucune arrestation par la suite.

Franck R.

Fil infos

  • Recrudescence de la Covid-19 à Nosy-Be - Suspension des vols internationaux envisageable
  • Trafic des 73,5 kg d’or - La Justice sud-africaine déboute la société de Dubaï et les trois trafiquants malagasy
  • RMDM - Une plateforme adepte de la désinformation
  • Université de Toamasina - Son président aspire à devenir ministre
  • Transport par câble à Antananarivo - Les deux premières lignes opérationnelles en 2023
  • Route Nationale 44 - Les travaux avancent lentement…mais sûrement
  • Andry Rajoelina - Un Président respectueux de la démocratie
  • Diffamations envers les enfants du Président Rajoelina - Des mesures seront prises !
  • Université de Toamasina - Malgré tout, le président toujours en place
  • Forum économique international sur l’Afrique - Le Président Rajoelina plaide pour le secteur sanitaire et médical

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • A plaindre !
    Le microcosme politique dans lequel évolue l’Opposition à Madagasikara est médiocrement dominé par des hommes et des femmes à plaindre. Des leaders politiques qui souffrent lamentablement de perspicacitéet du sens de discernement. Ils conduisent les brebis vers l’échafaud. Fort heureusement que les simples militants sont plus intelligents voire plus malins que les dirigeants. Ils savent faire la différence entre le bon grain de l’ivraie. En effet, les supposés sympathisants ne se laissèrent guère manipuler par des dirigeants en manque d’objectif sérieux. La population de la Capitale atteint déjà un certain niveau de maturité politique, elle rejette toute tentative de livrer le pays au caprice de la crise ni de se faire avoir aux griffes du piège tendu.A tout seigneur, tout honneur ! Ravalomanana Marc, fondateur du parti TIM, le chef de file de l’opposition, en étant le président du RMDM, un ancien Chef de l’Etat, de son état, un ex-…

A bout portant

AutoDiff