Publié dans Société

Echauffourée à Imerintsiatosika - 7 suspects placés sous MD

Publié le lundi, 04 janvier 2021

10 personnes arrêtées par la Gendarmerie à la suite des échauffourées qui ont visé la brigade de gendarmerie d’Imerintsiatosika, la nuit du 26 décembre dernier.  Quatre jours après cela, les suspects ont été déférés au Parquet. A l’issue de leur déferrement, 7 d’entre eux ont été placés sous mandat de dépôt à la prison d’Arivonimamo.

 

Ces individus ont violemment manifesté leur colère en s’en prenant au poste de Gendarmerie locale après qu’ils ont soupçonné ses éléments d’avoir ouvert le feu sur un suspect surnommé Liva Kely alors que celui-ci a tenté de prendre la fuite.  D’après une version de la Gendarmerie, le fugitif a trouvé la mort après une chute à Tsarafaritra, et non en recevant un projectile des gendarmes, comme les émeutiers le prétendent.  De plus, une source précise que feu Liva kely aurait participé, au côté d’une dizaine d’autres complices, à l’assaut d’une maison individuelle dans le secteur de Tanambao, District d’Imerintsiatosika. Lorsque l’alerte fut donnée, Liva Kely n’a pas eu la chance de fuir à temps, comme ses camarades, et que les gendarmes l’avaient surpris encore dans les parages. Sommé de se rendre, le fugitif a au contraire, continué de fuir avant de faire une  mauvaise chute du haut d’un mur. Souffrant d’un traumatisme crânien sévère, il a succombé peu après son évacuation vers un centre de soins local.

Les faits. Tout a démarré vers 1h du matin, le 26 décembre dernier lorsque les gendarmes de cette localité ont reçu une alerte à propos d’un assaut perpétré par cette bande et qui est survenu à Tanambao. En intervenant sur les lieux, les gendarmes réalisent que les assaillants se sont déjà retirés de l’endroit pour fuir quelque part. Devant cette tournure de la situation, les Forces de l’ordre, avec les victimes à leur côté, ont continué de rechercher les traces des fugitifs. C’était dans ces circonstances qu’ils ont repéré le prénommé  Liva Kely. Et on connaît la suite.

Le bilan de cette émeute fut lourd : 3 gendarmes ont été blessés, 10 personnes arrêtées, tandis que le bureau de la Gendarmerie fut détruit à 50%. L’on ne parle plus de la destruction de 5 motos par le feu. Elles appartiennent à des gendarmes,… Toutefois, aucun mort d’homme n’est à déplorer malgré les tirs de semonce et les gaz lacrymogène de la Gendarmerie afin de faire disperser les émeutiers. A propos, le secrétaire d’Etat à la gendarmerie (SEG), en l’occurrence le général Richard Ravalomanana est sorti de ses gonds. Il a sérieusement averti la population pour que ce genre de situation ne se reproduise à l’avenir. « La loi en vigueur stipule que les Forces de l’ordre ont bel et bien le droit de faire usage de leurs armes en cas d’assaut de leurs casernes », déclare-t-il devant la presse. A bon entendeur, salut !

Franck R. 

Fil infos

  • 8 mars - Madagascar honore toujours ses femmes
  • Président Andry Rajoelina - « Que les forces des ténèbres soient vaincues »
  • Préfet de police d’Antananarivo - Le territoire de son ressort
  • Ministère de la Culture et de la Communication - Un tremplin vers la professionnalisation des artistes
  • Election du président de la Confédération africaine de football - La honte pour l’Afrique !
  • Construction illicite - Un Nabab nargue la Mairie d’Antananarivo
  • Indisponibilité de Soamandrakizay - Tant pis pour l’Opposition
  • Conseil des ministres - Le président de l’Université de Toamasina limogé
  • Etudes universitaires - L'époque où les bourses n'étaient pas systématiques !
  • Caisse de retraites civiles et militaires - Un déficit de 213 % l'année dernière

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Journée des combattantes
    8 mars, jour-J ! « Journée internationale de la femme » ce jour. Journée de l'année spécialement dédiée aux réflexions, sinon à la mise pour la énième fois sur le plateau du débat relatif aux droits fondamentaux du genre féminin. L'ONU, Organisation des Nations unies, adopte en Assemblée générale en 1977 une résolution historique reconnaissant la date de 8 mars comme étant une Journée mondiale de la femme. Et que tous les pays membres épris de liberté et respectant les droits humains, notamment ceux de la femme ont le devoir voire l'obligation de consacrer ce jour-là à une réflexion approfondie et à organiser ainsi des manifestations officielles se rapportant sur les droits de la femme. Madagasikara tient, tous les ans, à rendre hommage à cette journée hautement symbolique.

A bout portant

AutoDiff