Publié dans Société

Emeute d'étudiants à l'ENS Ampefiloha - Un manifestant et deux policiers blessés, 3 personnes arrêtées

Publié le mercredi, 06 janvier 2021

Des tirs de bombes lacrymogènes, des vieux pneus flambent au beau milieu de la chaussée, mais aussi des jets de pierres, côté manifestants, bref un heurt sporadique mais assez violent ! Une revendication estudiantine a viré à l'émeute vers la fin de la matinée à l'Ecole nationale supérieure (ENS) Ampefiloha, hier.  Des éléments de la force d'intervention de la Police sont intervenus de façon assez musclée. Bilan : un manifestant et deux policiers ont été blessés lors de ces échauffourées.  Les membres des Forces de sécurité blessés ont subi des morsures au moment où ils ont voulu embarquer les meneurs de grève sur le champ.  

 

Quant à ces derniers, il s'agit de l'un des trois activistes supposés de ce mouvement estudiantin spontané, et qui furent par la suite arrêtés.  Incitation à la révolte, manifestation non autorisée sur la voie publique, entrave à la circulation, etc. Tels sont les chefs d'inculpation des incriminés. “Actuellement encore (Ndlr, hier après-midi), ces étudiants sont encore soumis à un interrogatoire au commissariat du 4e Arrondissement. De la suite de l'évènement, on ignore encore. L’on ne sait pas les dispositions que les autorités vont prendre”, confie une source auprès d'un département de la Police nationale à Anosy. La Police rejette donc l'information avancée par certaines sources comme quoi 8 étudiants ont été arrêtés.

La Police justifie l'emploi de gaz lacrymogène pour faire disperser, mais surtout refouler les manifestants dans l'enceinte de l'ENS. Quelques instants après l'explosion des premières grenades lacrymogènes, les émeutiers sont revenus occuper la chaussée pour poursuivre leur manifestation. En effet, par deux fois, et en jouant au chat et à la souris avec la Police anti-émeute, ces étudiants ont occupé la rue principale passant devant l'école et bloqué cette même voie avec ces vieux pneus qu'ils ont brûlés. Mais une fois refoulés dans l'enceinte de l'ENS, ils ont attaqué les Forces de l'ordre en leur lançant des projectiles, essentiellement constitués de débris de pavé. Ce qui a transformé la situation en une véritable escalade, avec les résultats que l'on sait.  Après, les esprits se sont finalement calmés, et ce, malgré la réitération des revendications des étudiants, entre autres la libération sans condition de leurs camarades. Enfin, les  manifestants affirment être descendus dans la rue pour réclamer leur recrutement systématique au sein du ministère de l'Education nationale.

Franck R.

Fil infos

  • Préfet de police d’Antananarivo - Le territoire de son ressort
  • Ministère de la Culture et de la Communication - Un tremplin vers la professionnalisation des artistes
  • Election du président de la Confédération africaine de football - La honte pour l’Afrique !
  • Construction illicite - Un Nabab nargue la Mairie d’Antananarivo
  • Indisponibilité de Soamandrakizay - Tant pis pour l’Opposition
  • Conseil des ministres - Le président de l’Université de Toamasina limogé
  • Etudes universitaires - L'époque où les bourses n'étaient pas systématiques !
  • Caisse de retraites civiles et militaires - Un déficit de 213 % l'année dernière
  • Barea de Madagascar - Ne tirez pas sur l’artiste Dupuis !
  • Tests Covid-19 - Attention aux faux négatifs !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Un couple battant
    Le jeune couple ne se laisse guère abattre. Moralement et physiquement solides, le Chef de l’Etat et la Première dame tiennent bon et ce en dépit des attaques sordides.

A bout portant

AutoDiff