Publié dans Société

Mesures préventives contre la Covid-19 - Rassemblement de plus de 50 personnes interdit

Publié le mercredi, 13 janvier 2021


Vers le durcissement des mesures de restriction dans les endroits publics. Depuis la période des fêtes de fin d’année, le nombre de personnes contaminées par la pandémie de la Covid-19 ne cesse d’augmenter dans le pays. Le relâchement constaté, notamment dans la Région d’Analamanga, pourrait être à l’origine de cette hausse. Face à cette situation, le préfet de police d’Antananarivo, le Général Angelot Ravelonarivo, a annoncé hier sur une chaîne de radio privée qu’à partir de la semaine prochaine, toutes les institutions qui voudraient effectuer un rassemblement pour plus de 50 personnes, devront faire une demande d’autorisation auprès de la Préfecture de police. Cette mesure signifie que tout rassemblement de plus de 50 personnes dans certains endroits serait donc de nouveau interdit. En plus, toute l’assistance devra respecter les barrières sanitaires comme le port de masque, la distanciation sociale d’un mètre, l’utilisation du gel désinfectant,… D’après ce responsable, cette décision a été prise après la déclaration du ministre de la Santé publique concernant la restriction du rassemblement dans quelques lieux situés au sein des 4 Régions concernées par l’augmentation du nombre de nouveaux cas positifs.
D’autres mesures pourraient être également prises dans le secteur du transport public, entre autres la réduction du nombre de passagers dans les véhicules afin de respecter la distanciation sociale. Toutefois, l’application de ces décisions attend encore les instructions venant du ministère de la Santé publique et le Conseil du Gouvernement, d’après toujours le préfet de police d’Antananarivo.
Recueillis par Anatra R.

Dépistage gratuit pour les cas suspects ! 
L’annonce a été faite très tard dans la soirée du mardi dernier par le Professeur Hanitrala Jean Louis Rakotovao, n° 1 du ministère de la Santé publique : le Centre de traitement Covid-19 (CTC-19) situé au Village Voara Andohatapenaka ouvrira de nouveau ses portes. Les dépistages gratuits des cas suspects de coronavirus reprennent, en particulier dans la Région d’Analamanga, a-t-il précisé durant son intervention. Joint au téléphone, son directeur de la communication, Andry Raharison, a par la suite confirmé que toute personne présentant des symptômes suspects du coronavirus, ainsi que celles qui ne montrent aucun signe clinique banal mais ayant été en contact avec un individu porteur du virus, peuvent se présenter auprès de ce centre pour des prélèvements. Les résultats des analyses en laboratoire seront obtenus dans les 24 ou 48 heures, ou au plus tard 72 heures. « Les personnes testées positives au coronavirus et ayant des symptômes de la maladie seront traitées au niveau du CTC-19 Andohatapenaka, tandis que celles qui développent entre autres des problèmes respiratoires seront accueillies au niveau des hôpitaux. En ce qui concerne les cas asymptomatiques, ils sont libres de suivre un traitement à domicile. Cependant, ces individus devront s’engager à respecter un auto-confinement durant leur traitement, tout en signant une lettre d’engagement », a souligné le ministre de la Santé publique. Hier, ledit centre n’a pas encore reçu de visiteurs mais selon les autorités sanitaires, la décision du ministère s’applique dès son annonce à travers les médias. 
En outre, le Professeur Hanitrala Jean Louis Rakotovao a aussi précisé que 14 Régions sont de nouveau infectées par la Covid-19 à Madagascar. Et plus particulièrement, 4 Régions, à savoir Analamanga, Boeny, Haute-Matsiatra et Vatovavy-Fitovinany présentent une forte contamination. Par conséquent, les Centres de santé de base (CSB II) au niveau des Régions d’Analamanga, Vatovavy-Fitovinany et Haute-Matsiatra seront de nouveau habilités à prescrire des médicaments pour les patients infectés par le coronavirus.
Rappelons que du 2 au 8 janvier dernier, Madagascar a recensé 234 personnes testées positives à la Covid-19 sur 1 607 tests PCR réalisés. La Région d’Analamanga a recensé le plus de cas positifs avec 93 nouvelles contaminations dont 11 formes graves. Elle est suivie par Boeny, qui a découvert 48 porteurs du virus. La Région de Haute-Matsiatra a également identifié 25 nouveaux individus infectés. Dans cet intervalle de temps, 5 patients ont également perdu la vie à Analamanga, Haute-Matsiatra et Melaky. Et au cours de ces 7 derniers jours, le pays a comptabilisé 149 patients ayant rempli les critères de guérison dont 131 personnes rétablies pour la Région d’Analamanga.
K.R.

Fil infos

  • Vie politique - Le Malagasy Miara-Miainga en plein essor
  • Pression au sein de l’Exécutif - Mise à l’épreuve prolongée pour le Gouvernement Ntsay
  • Sénat - Imbiki Herilaza et Nicolas Rabemananjara, vice-présidents
  • Nombre excessif de collaborateurs - La HCC recadre les nouveaux sénateurs
  • Opposition au Sénat - « Une disposition illogique »
  • Contrat de location auprès de la compagnie STA - Démenti du ministère de l’Economie et des Finances
  • Etats – Unis - Investiture sous haute protection pour le Président Joe Biden
  • Campagne de reboisement 2021 - 75 000 hectares à couvrir d’arbres !
  • Chambre haute du Parlement - Razafimahefa Herimanana, élu président du Sénat
  • Secteur halieutique - Des investisseurs « abandonnés » implorent le ministère

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Esprit de fidélité
    L’état d’esprit, c’est la base de tout. Avoir un état d’esprit intègre, c’est mieux. Mais savoir entretenir, en soi, un esprit de fidélité, c’est excellent ! En ces temps-ci, il est très rare de rencontrer quelqu’un de fidèle surtout au niveau des dirigeants ou des leaders. La noblesse d’esprit basée surtout sur la fidélité se fait très rare voire introuvable. Le déclin de la mentalité sociale se fait sentir et se constate à vue d’œil. Il résulte de l’absence totale de l’esprit de fidélité dans les relations entre humains (entre amis, entre époux, entre dirigeants et administrés, etc.). Etre fidèle à son principe, à sa promesse ou à ses engagements devient, par la force du temps, chose obsolète ou révolue ! On a honte, parfois, d’être fidèle. La trahison sinon la traitrise ou la félonie règnent dans notre société, dans le pays. Trahir devient chose courante, une mode, une tendance …

A bout portant

AutoDiff